Recommandations d’experts pour affronter l’été face au covid-19

São Paulo – Le Covid-19 est de retour après une période de baisse au second semestre 2020, et sera donc présent un autre été, le troisième touché par la pandémie. Bien que la vaccination maintienne les taux de mortalité relativement bas, le risque reste élevé. A cela s’ajoute l’assouplissement des mesures de sécurité, comme l’isolement social et l’utilisation de masques. Durant les premiers mois de l’année, les « évasions » sont courantes dans la vie de tous les jours pour essayer de profiter d’une plage. Les experts estiment qu’il est possible de profiter de l’été et de maintenir un certain degré de vie sociale en toute sécurité, sans négliger la prévention du covid-19.

Dans l’ensemble, les recommandations de RBA pour les fêtes de fin d’année sont toujours valables. Mais comme l’oubli en fin d’année entraîne déjà des résultats sensibles et que les hôpitaux sont surpeuplés, il vaut la peine de renforcer et d’ajouter des indications. « Nous avons le problème de nouvelles variantes à venir et nous ne savons jamais comment elles fonctionneront complètement, mais nous savons déjà ce qui doit être fait. Vous n’avez pas besoin du même niveau d’inquiétude qu’au début, mais il faut faire attention pour que l’on ne laisse pas (les cas) exploser à nouveau », explique le coordinateur du moniteur InfoGripe et chercheur à la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz ), Marcelo Gomes, à Revista Poli, de Fiocruz.

Évolution des cas

L’une des recommandations centrales au milieu des routines estivales est de prêter attention à l’évolution des cas de covid-19 dans chaque région et aussi à l’occupation des hôpitaux au milieu de l’été. « Dans ce cas, l’important est de savoir si ce type de notification est en croissance ou en diminution. Le nombre absolu n’est pas si significatif », explique la chercheuse Bianca Borges, de l’École polytechnique de santé Joaquim Venâncio (EPSJV/Fiocruz). Le plus fiable est de vérifier les indicateurs hospitaliers. « Ces données sont bien renseignées et fonctionnent comme un bon indicateur sentinelle, à tel point qu’elles sont surveillées ainsi depuis le début de la pandémie ».

Bianca soutient également que des tests doivent être effectués chaque fois que des symptômes pseudo-grippaux surviennent. Le test PCR, le plus détaillé et le plus chronophage, n’est efficace qu’à partir du troisième jour des symptômes. Cependant, comme nous le savons, les personnes asymptomatiques jouent un grand rôle dans la propagation du Covid-19. L’hygiéniste confirme l’existence de tests rapides fiables, notamment ceux qui mesurent les antigènes, alors que les tests sérologiques sont inefficaces. Elle considère qu’aucun test ne donne une certitude à 100 %, même si un bon test rapide d’antigène peut atteindre une précision de 95 %. « C’est une bonne mesure pour accompagner la décision des personnes les plus exposées de tenir certaines réunions », dit-il.

toujours des masques

A partir de là, l’utilisation de masques reste indispensable. Et de préférence un bon masque. Sachant qu’il n’y a pas de risque zéro, meilleure est la qualité de votre masque, plus la distance est grande et plus l’environnement est aéré, plus le risque est faible. Les masques PFF2 ou équivalents sont les plus sûrs. Considérant toutefois qu’ils peuvent être plus inconfortables à la chaleur, le chercheur de l’Observatório do Clima e Saúde de la Fiocruz Diego Xavier dit qu’il est possible de penser à des masques plus légers (de préférence chirurgicaux à deux couches) pour les espaces ouverts et d’utiliser le ceux avec une plus grande protection (N95, PFF2 et KN95) dans des endroits avec plus de monde et moins de ventilation, comme les cinémas, les centres commerciaux et les supermarchés. « La pire situation à risque se trouve dans des endroits sans circulation d’air, comme dans des environnements climatisés, avec beaucoup de monde et sans utilisation de masque », dit-il.

Trop de risques

Les voyages à la plage ont été signalés par les experts comme les moins risqués, car ils ont la brise marine et la présence du soleil, ce qui contribue à la stérilisation de l’environnement. Mais parce qu’il s’agit d’un environnement dans lequel l’utilisation d’un masque est inefficace en raison de la sueur et de l’humidité, il est important de respecter une distance de deux mètres entre
ménages qui ne sont pas dans l’arrangement que vous avez pris.

Cela dit, privilégiez toujours les espaces ouverts. « Les bars et restaurants en plein air peuvent également être une bonne option pour s’amuser. Puisqu’il ne sera pas possible de porter des masques pour manger et boire, la recommandation est que ces réunions aient lieu au sein de la combinaison des noyaux familiaux ou avec des personnes que vous connaissez prennent le maximum de mesures de protection possibles », explique Fiocruz. La recommandation est également de rechercher une distance d’au moins deux mètres entre les groupes. Si ce n’est pas possible, Xavier a raison : « N’y allez pas ».

Si l’idée est de regarder une salle de cinéma pendant les vacances scolaires, le scénario est plus trouble. Les endroits mal ventilés et climatisés n’offrent pas la sécurité nécessaire. Ainsi, la Fiocruz indique que vous ne vous rendez dans ces espaces que s’il y a une limitation de la vente de billets. De plus, il est important d’utiliser des masques PFF2 bien ajustés au visage. Ne vous rendez également que dans les chambres qui couvrent le passeport de vaccination. « Autant l’objectif principal du vaccin est de prévenir les cas graves, autant il a un impact, bien que moindre, sur la réduction du risque de transmission », précise Xavier, à propos de l’importance de la vaccination.


Avec les informations du magazine Poly

Découvrez ce reportage et d’autres dans leur intégralité dans le numéro 81 du magazine Fiocruz

★★★★★