La Colombie

Rétention des soldats

12 mars 2021 – 23h55


Pour:

Éditorial.

En Colombie, il ne peut y avoir de territoire interdit à la Force publique, chargée de maintenir l’ordre et de garantir la tranquillité des citoyens.

L’autonomie des peuples autochtones ne peut pas non plus être une excuse pour entraver leur travail ou pour des épisodes comme celui qui s’est produit dans la zone rurale de Carmen de Atrato, Chocó, où neuf membres de l’armée ont été illégalement détenus, désarmés et ligotés. pendant deux jours.

C’est la pratique qui se répète dans d’autres régions comme le nord du Cauca, où le maintien de l’armée par la garde indigène est fréquent, par ceux qui, revendiquant le droit à la Terre Mère, envahissent et détruisent des propriétés privées, ou par des communautés qui le font. non Ils permettent de faire avancer les opérations de lutte contre les organisations criminelles.

On comprend la peur qui existe dans ces zones de conflit où sont présentes toutes sortes de groupes en marge de la loi, qui contestent des activités telles que le trafic de drogue ou l’exploitation minière illégale.

Mais les peuples autochtones ne peuvent pas devenir complices de ces organisations, en enlevant des soldats et des policiers qui s’acquittent de leur devoir de protéger la Nation, qui les inclut.

Ce sont des actions qui échappent à la loi, qui n’ont rien à voir avec l’autonomie ou la justice autochtone et qui doivent être rejetées.

Vous pourriez également aimer...