Le Venezuela

Révolution aux USA?

Y a-t-il un moment pré-révolutionnaire aux États-Unis? Je ne suis pas un diseur de bonne aventure et donc je n'ose pas anticiper une révolution, qui en tant que telle n'est pas prévisible, si elle est vraie. Qui aurait prévu que la monarchie la plus forte d'Europe, les Français, pourrait patiner dans des mois? On pourrait dire la même chose de l'ordre colonial pierreux de notre Amérique.

Les États-Unis étant un pays violent, ils souffrent de violentes tensions politiques, sociales, économiques, culturelles, raciales, militaires et démographiques. Et presque tout le monde est armé.

Parfois, un volet papillon suffit à déclencher des catastrophes comme celles que nous voyons déjà. Bien moins encore qu'un papillon, gigantesque à côté d'un certain virus d'une taille ridicule, invisible, imperceptible, mesurable en milliardièmes de mètres, qui ne peut être conjecturé qu'avec des microscopes vergatariens. Et cette minutie, qui, selon eux, n'est même pas vivante, pourrait être le déclencheur d'une révolution. Un bouleversement social peut survenir en raison d'une minuscule augmentation de l'essence, de la prise de la Bastille ou de l'invasion de l'Espagne par Napoléon. Lorsque le déséquilibre est grand, une perturbation apparemment insignifiante peut suffire à déclencher une catastrophe, une discontinuité dans un processus continu, le premier domino à tomber, l'assassinat de l'archiduc Franz Ferdinand à Sarajevo en 1914, qui a déclenché la Première Guerre mondiale et une parabole de des révolutions et des guerres qui ne se sont arrêtées qu'avec la chute du mur de Berlin, lorsqu'un imbécile a annoncé la fin de l'histoire. Ils sont imprévisibles, je l'ai déjà dit, non?

Aux États-Unis, il y a beaucoup de déclencheurs, de temps en temps un crime policier éruptif, un tweet de Trump, une triquitraque, un feu de forêt, un ouragan, des incendies de porte-avions inexpliqués, un joyeux tir à gâchette, un pillage. Et des choses se passent, dit Mango.
Sont-ils un État hors-la-loi? Échoué? Trump est-il le Louis XVI qui a marqué le déclin final de la monarchie? Au moins, Luis Capet n'était pas arrogant. Luis Ultimo s'est distrait en démontant des horloges et n'a pas perdu sa dignité sur l'échafaud. Attention: je ne souhaite ni ce sort ni Trump.

Où vont les États-Unis? J'aimerais être un voyant parce que quoi qu'il en soit, cela va éblouir et la tragédie pourrait même proliférer sur toute la planète. Si cela arrive.

@ rhm1947

La révolution d'entrée aux USA? il a d'abord été publié dans Dernières nouvelles.

Vous pourriez également aimer...