Le Brésil

«  Rien n’effacera l’histoire  », déclare le fondateur d’Anvisa à propos de Bolsonaro et de la pandémie

São Paulo – Pour le médecin spécialiste des maladies infectieuses et ancien directeur de l’Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa), Gonzalo Vecina, «mieux vaut tard que jamais» le changement de ton du président Jair Bolsonaro sur la conduite du gouvernement fédéral face à la pandémie au Brésil. Après que le président ait signalé, mercredi (10), la défense des vaccins contre le covid-19 et le port de masques, le professeur de l’École de santé publique de l’Université de São Paulo (USP) estime que Bolsonaro tentera de corriger sa posture .

Les stratégies annoncées sont fondamentales et consolidées dans la plupart des pays. Cependant, une partie de l’opinion publique impressionnée en venant d’un gouvernement dont les membres sont généralement des négationnistes, contrairement aux mesures de protection de la maladie et qui, depuis le début de la pandémie, en mars dernier, ont négligé leurs responsabilités, comme plusieurs autorités dénoncer. Cependant, le discours de Bolsonaro a également soulevé la défense de traitements qui n’ont pas d’efficacité scientifique prouvée.

L’annonce du gouvernement a également été principalement favorisée par le discours de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva, qui, quelques heures auparavant, avait expliqué son mécontentement face à la situation du pays. Ce qui «a complètement changé le tableau politique», selon Vecina, et a provoqué «l’émergence d’une nouvelle discussion». Dans une interview avec Marilu Cabañas, Journal actuel du Brésil, le fondateur d’Anvisa souligne également que malgré le ton de Bolsonaro, rien n’effacera la façon dont il a conduit le pays vers ce qui est le pire moment de la crise sanitaire. «Je sais ce que tu as fait hier. L’histoire a enregistré ce que vous avez fait. Nous savons ce que Lula a fait et nous savons ce que Bolsonaro a fait. Rien n’effacera l’histoire », dit-il.

Nous avons fait de la relaxation sociale

«J’espère donc qu’entre-temps, le président actuel, tant qu’il continuera, fera de son mieux pour le Brésil. Je ne veux pas qu’il fasse le pire, que nous mourions ou que nous souffrions davantage. Je veux qu’il achète des vaccins, qu’il se joigne aux États dans cette lutte pour l’isolement social et la réduction des cas. Il faut réduire la mortalité, quel que soit le président de la République », ajoute l’infectologue.

Le tableau est inquiétant, comme le renforce Vecina. Pour la première fois, le Brésil a enregistré plus de 2 000 décès causés par le covid-19 en 24 heures, et 2 286 personnes ont perdu la vie. Et pour le 12e jour consécutif, il y a aussi un bilan moyen record de 1 626 morts la semaine dernière. Le pays a jusqu’à présent totalisé 270 656 décès. En parallèle, les Brésiliens meurent également sur la liste d’attente, sans se faire une place dans les unités de soins intensifs (USI). Dans le Minas Gerais, au moins 14 enfants, âgés de moins d’un an, sont décédés des suites de la maladie.

On note également une augmentation du nombre de jeunes hospitalisés et une pénurie de vaccins pour la vaccination collective, ce qui compromet déjà l’application de la deuxième dose dans certains endroits. Gonzalo Vecina observe que « nous vivons les conséquences de nos actes ». «Nous avons fait beaucoup de détente sociale», dit-il. «Et tant que ce moment de distance et d’isolement social, qui est proposé, ne s’est pas produit, – nous ne le vivons pas encore pleinement – nous continuerons à avoir une explosion de cas. Aujourd’hui, il y en avait 2 300, demain, il y aura 3 000 morts, malheureusement.

Sabotage gouvernemental

La situation de la pandémie fait déjà du Brésil une menace mondiale. Le bilan des morts dépasse déjà celui des pays à plus forte population, comme aux États-Unis, estimé à près de 329 millions de personnes, contre 212 millions de Brésiliens. En plus de devenir au centre de l’émergence de variantes du nouveau coronavirus, certaines d’entre elles sont plus mortelles et plus transmissibles.

Et dans la phase la plus sévère de la pandémie, le gouvernement Bolsonaro a réduit les fonds de 72% des lits de l’unité de soins intensifs pour les patients atteints du covid-19. Le nombre de lits bénéficiant d’un financement fédéral dans tout le pays est passé de 12 013 à 3 372 lits en mars. L’attitude, rapportée par RBA, est «criminel», comme le dénonce le fondateur d’Anvisa.

Selon Vecina, il y avait peu de lits aux soins intensifs avant la crise sanitaire. L’augmentation des postes vacants, garantie par la pression sociale, était même «un espoir qu’elle continuerait à être valable pour que nous puissions avoir de meilleurs soins en assistance également sans covid-19», dit-il. «Et maintenant, ces lits ont été progressivement retirés, silencieusement, comme si personne ne le remarquerait. Nous avons suivi et rapporté cela quotidiennement. Le résultat est là », dit l’infectologue, faisant référence à l’effondrement du système de santé à travers le pays.

Une enquête de la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz), publiée mardi (9), souligne que 25 des 27 capitales brésiliennes sont dans une situation critique, avec un taux d’occupation supérieur à 80% des lits en USI destinés au covid-19 .

Regardez l’interview

Rédaction: Clara Assunção

Vous pourriez également aimer...