Le Brésil

Roses sur la plage, cloches qui sonnent : le pays pleure 500 mille morts. le président ignore

São Paulo – « Bolsonaro n’a rien dit sur les 500 000 décès, n’a pas réconforté une famille, n’a pas visité un hôpital pendant toute la pandémie, une clinique de santé, une ligne de vaccin et a méprisé les personnes en deuil. Le plus fou, c’est que 30% suivent encore ce monstre », a déclaré l’écrivain Marcelo Rubens Paiva via un réseau social. Il s’ajoute à de nombreux messages d’indignation, au Brésil et à l’étranger, avec le triste bilan, atteint hier, des 500 000 morts des suites du covid-19.

Ce dimanche (20), avec plus de 1.025 cas enregistrés, le nombre total de décès dans le pays a atteint 501.825. Le nombre a augmenté pour la deuxième semaine consécutive. Le nombre total de personnes qui ont contracté la maladie est proche de 18 millions. Avec un ajout de 44 178 cas confirmés aujourd’hui, il y en a 17 927 928. Les chiffres ont été publiés plus tôt dans la soirée par le Conseil national des secrétaires à la santé (Conass). Jusqu’à présent, seulement 15 % de la population a reçu deux doses de vaccin.

chaque vie compte

Le nombre tragique a mobilisé les rues, avec des manifestations à travers le pays hier, et a continué de provoquer des réactions. Samedi également, la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) a organisé une « journée de sensibilisation » à la mémoire des morts, avec la devise « Toda vida importe ». L’organisation a suggéré que les cloches des églises sonnent à 15 heures pour honorer les victimes.

L’escalade tragique de la pandémie au Brésil (Arte RBA)

Aujourd’hui, la plage de Copacabana, au sud de Rio de Janeiro, a été transformée en roseraie. L’ONG Rio de Paz, liée au Département de l’information des Nations Unies, a répandu dimanche matin des fleurs rouges, également en mémoire des 500 000 morts et en répudiation de la façon dont le gouvernement fédéral « et une partie de la société font face à la pandémie depuis le début de la crise sanitaire ».

Où avons-nous tort?

Les fleurs symbolisent la solidarité et l’acceptation, selon le président de l’ONG, Antônio Carlos Costa. « La société et les pouvoirs publics brésiliens doivent répondre rapidement à une question d’une importance fondamentale pour que des tragédies de cette nature ne se répètent jamais : où avons-nous mal tourné ? », a-t-il demandé. « Comment exonérer de responsabilité le Président de la République et la partie de la population qui a été complice de ses crimes contre la vie ?

Selon Conass, le nombre de cas augmente depuis trois semaines. Il y a eu 508 932 confirmés dans ce dernier, avec 14 528 décès. La moyenne mobile des cas et des décès montre une courbe ascendante.

Le président de la République a passé le week-end sans aucune manifestation sur la pandémie et ses victimes. Sur leurs réseaux sociaux, aujourd’hui, seuls les messages remontent à des actions présumées visant des chauffeurs routiers (qui menacent de se mettre en grève en juillet).

Vous pourriez également aimer...