Le Brésil

« Rupture de brevet » : qu’est-ce que cela signifie ?

vaccin-covid-19
Les pays en développement font pression sur l’OMC pour qu’elle « brise les brevets » sur les vaccins et les médicaments pour lutter contre le covid-19.

Depuis octobre 2020, un groupe de pays en développement, dirigé par l’Inde et l’Afrique du Sud, fait pression sur l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour tenter d’atteindre l’objectif suspension provisoire des brevets liés aux vaccins et aux médicaments pour lutter contre le coronavirus.

La proposition divise les opinions. D’une part, ces pays font valoir que la mesure serait responsable de accélérer le processus de production d’agents immunisants et de médicaments, ainsi que la réduction des coûts impliqués dans leur fabrication. En revanche, certains pays développés pensent que la licence serait une forme de décourager le développement scientifique et cela n’aiderait pas à lutter contre la pandémie en raison des déficiences de la capacité de production des pays qui veulent sa libération.

Comprenons-nous les principaux points de cette question?

L’objet de la loi sur la protection industrielle (LPI)

Il existe une grande variété de règles visant à protéger les actifs incorporels résultant de la créativité et de l’intelligence humaines. Tous appartiennent au genre « Propriété Intellectuelle » qui est divisé en deux espèces : a) droits d’auteur; B) Propriété industrielle.

A lire aussi : comment mesurer la productivité brésilienne ?

Le droit d’auteur relève du droit civil et vise à protéger les inventions littéraires, artistiques et scientifiques par le biais de la loi 9 610/98 et de l’article 5, point XXVII, de la Constitution fédérale, qui garantit la usage exclusif de l’oeuvre à l’auteur ou aux descendants. La propriété industrielle, quant à elle, relève du droit des affaires et vise à garantir au créateur la usage exclusif des inventions, dessins industriels, modèles d’utilité et de marques, par le biais d’enregistrements et de brevets, conformément à l’art. 2 de la loi 9279/96.

La protection de la propriété industrielle peut être comprise comme un moyen de protection doté d’une fonction sociale. C’est-à-dire qu’en garantissant à un certain inventeur l’usage exclusif de cette création, la structure juridique du Brésil a des intérêts clairs exprimés à l’article 5, XXIX, de la Constitution fédérale : « la loi assurera aux auteurs d’inventions industrielles des privilèges temporaires pour leur exploitation, ainsi que la protection des créations industrielles, la propriété des marques, dénominations sociales et autres signes distinctifs, compte tenu de l’intérêt social et du développement technologique et économique du pays « . (CF/88, italique ajouté).

De cette façon, les nouvelles personnes pourront investir du temps et des ressources dans la recherche d’autres inventions, dessins industriels, modèles d’utilité ou marques, sachant qu’ils ne peuvent être reproduits indistinctement par des tiers. Ce qui vous garantira une période pour récupérer vos investissements grâce au profit avec la production ou l’exploration de votre invention.

Ainsi, tout le cycle sera alimenté en permanence et les bénéfices sociaux et économiques du pays seront atteints grâce à la protection juridique garantie à la propriété industrielle.

En savoir plus sur la propriété intellectuelle ici!

Mais quels sont les actifs protégés par le LPI ?

Marchandises protégées

La loi en question protège les biens suivants classés comme « propriété mobile »: a) Inventions ; b) modèle d’utilité ; c) conception industrielle ; et d) Marque.

Ce texte ne convient pas à une explication plus détaillée de la définition de ces termes. Il est important de comprendre que toute création qui s’inscrit dans l’un de ces groupes peut être protégée par la loi, garantissant l’usage de l’exclusivité, par des instruments appropriés. Sont-ils: enregistrements et brevets.

ENREGISTRER BREVET
Instrument juridique garantissant l’utilisation exclusive des dessins et modèles industriels et des marques Instrument juridique garantissant l’utilisation exclusive des inventions et des modèles d’utilité

Chaque propriété protégée a un délai précis dans lequel l’usage exclusif par le titulaire de cet avantage sera garanti. Les délais sont comptés selon des critères spécifiques à chaque type.

Invention 20 ans
modèle d’utilité 15 ans
Tirage industriel 10 années
Marque 10 années

Toutes ces informations sont importantes pour que vous puissiez comprendre quelle protection est garantie à vaccins et médicaments utilisés dans la lutte contre le coronavirus : ce sont des inventions qui ont une garantie d’exclusivité aux laboratoires chargés de la période de vingt ans.

Prenons un exemple simple : imaginez que le laboratoire « A » mène des recherches pour pouvoir développer un vaccin contre le coronavirus et déposer un brevet pour celui-ci. Tous les autres laboratoires qui parviennent à obtenir le même résultat à l’avenir ne seront pas en mesure de le produire, car ce vaccin, avec ces caractéristiques, est à l’usage exclusif du laboratoire « A ».

Ainsi, comme mentionné au début du texte, certains pays souhaitent « casser des brevets» pour pouvoir produire le même localement ou l’importer à prix réduit, en abaissant le coût du procédé et en contournant la difficulté de production à laquelle les laboratoires détenteurs de droits sont confrontés et, par conséquent, ne peuvent pas répondre à l’ensemble de la demande mondiale.

Mais est-il possible de « casser des brevets » ?

Disposition légale pour « casser des brevets »

Le terme couramment utilisé comme « contrefaçon de brevet » fait en fait référence à licence obligatoire. Il s’agit d’une licence forcée accordée à des tiers qui brise le droit d’usage exclusif au titulaire de ce brevet. Il existe des lois spécifiques qui traitent de la question dans les traités internationaux et les lois nationales.

Au Brésil, la loi 9279, des articles 68 à 74, réglemente les possibilités d’accorder à des tiers l’exploitation de biens brevetés, ainsi que les caractéristiques spécifiques à l’exploitation lorsqu’elle est accordée.

En ce qui concerne les vaccins et les médicaments dans la lutte contre pandémie de Coronavirus, l’article retenu pour défendre la thèse de la nécessité d’une licence obligatoire est le 71 de la loi précitée :

Article 71. En cas d’urgence nationale ou d’intérêt public, déclarés dans un acte de l’Exécutif fédéral, à condition que le titulaire du brevet ou son licencié ne remplisse pas ce besoin, une licence obligatoire, temporaire et non exclusive peut être accordée ex. officio , pour l’exploitation du brevet, sans préjudice des droits du titulaire respectif.

En d’autres termes, il y a certaines conditions à remplir pour que le permis soit accordé, ainsi que des caractéristiques propres à l’exploration lors de la libération.

A lire aussi : l’histoire de la vaccination au Brésil !

Dès lors, la notion de « contrefaçon de brevet » génère un faux sentiment que le droit du licencié a été contourné. Au contraire, c’est la législation qui garantit à la population l’accès à la vente des produits qui, pour un certain nombre de raisons, n’atteignent pas tout le monde qu’ils devraient, ainsi que de garantir au titulaire du brevet la sécurité que l’exploitation se fera pour une période déterminée et les gains économiques du paiement de redevances.

Vous avez aimé le contenu ? Laissez votre avis dans les commentaires !

LES RÉFÉRENCES

Agence du Brésil. La contrefaçon de brevet relève de la chambre

G1. Les pays émergents font pression sur l’OMC pour suspendre les brevets sur les vaccins et les médicaments contre le Covid

Justice Fonction sociale de la propriété industrielle – Page 3/3 – Jus.com.br

RODRIGUE, Guillaume. Licence obligatoire d’efavirenz au Brésil en 2007.

TEIXEIRA, Tarcisio (2018). Droit des affaires systématisé. São Paulo : Saraiva


Connaissez-vous déjà notre chaîne YouTube ?


Vous pourriez également aimer...