Le Venezuela

Salle de classe : « J’ai réussi à mener la course pendant près de cinq heures »

Le coureur Yaracuyan Orluis Aular a fait un défilé olympique héroïque au Japon, menant par 190 des 234 km au total l’épreuve du parcours masculin à Tokyo 2020, une journée épique pour l’Amérique latine qui a laissé l’Équatorien Richard Carapaz en tant que champion après avoir attaqué le mont Fuji à 24 km de la ligne d’arrivée avec un temps final de 6:05:26.

« Je tiens à remercier tous les fans au Venezuela pour les démonstrations d’affection. C’est incroyable toute cette motivation qu’ils m’ont donné. L’idée était de donner un spectacle au Venezuela, de partir à la recherche d’une carrière dès le début et j’ai essayé », a déclaré la créole du Fuji International Center.

Aular a dirigé l’équipe de départ aux côtés de personnalités telles que Michael Kukrle (République tchèque), Juraj Sagan (Slovaquie), Polychronis Tzortzakis (Grèce), Eduard Michel Grosu (Roumanie), Elchin Asadov (Azerbaïdjan), Paul Daumont (Burkina Faso) et Nic Dlamini (Afrique du Sud).

je laisse tout

Avec le passage des kilomètres, le double champion de la Vuelta a Venezuela et de la Caja Rural RGA d’Espagne, ainsi que le peloton de tête, ont réussi à escompter une différence allant jusqu’à 20 minutes par rapport au lot, qui a été raccourci en l’absence de 48km quand une attaque féroce de Remco Evenepoel a fini par capturer le créole.

A lire aussi : Alfonso Mestre a battu le record national du 400m nage libre

« Nous avons essayé de rester en tête de la course jusqu’au bout, mais ici il y avait beaucoup de coureurs qui venaient du Tour de France. Cependant, je suis content du travail que nous avons fait, nous avons pu mener la course pendant près de cinq heures et au final il nous manquait un peu plus de force », reconnaît Orluis.

« Nous savions que c’était un peu plus difficile d’atteindre la ligne d’arrivée car nous nous étions déjà beaucoup usés dans la compétition, j’ai un goût amer. »

Heureux pour la performance

Le Vénézuélien, le seul cycliste olympique de son équipe espagnole ProTour, ne se laisse pas décourager même s’il n’a pas pu terminer une course qui l’a mis en vedette dans 85% des 234 km en tant que protagoniste.

« L’idée, c’est la persévérance, le travail et le travail. »

«Je suis reconnaissant à tout le monde, c’était un rêve pour moi d’être ici. Chaque athlète veut être aux Jeux Olympiques et j’y suis parvenu, mais je continuerai à bien faire les choses pour aller à Paris 2024 mieux préparé ».

Enrique Campos, à Los Angeles 1984, a obtenu ce qui est jusqu’à présent le meilleur résultat pour un Vénézuélien sur la route des Jeux Olympiques : la 16e place.

Latino historique

Le cycliste Ineos, l’Equatorien Richard Carapaz (28 ans), qui venait de terminer une troisième place du Tour de France, a tout joué devant, à 1h37, de Wout van Aert (argent) et Tadej Pogacar (bronze) pour donner à l’Équateur la deuxième médaille d’or olympique de son histoire et la première en cyclisme latino-américain de tous les temps dans une journée terrifiante de 234 km et près de 5 000 m de dénivelé positif.

Vous pourriez également aimer...