La Colombie

Sanctuaire

23 mars 2021 – 23h35


Pour:

Alberto Silva

Des rumeurs se font entendre que sur la Plaza de Cayzedo de la capitale de Valle del Cauca, le maire fera l’embellissement et le conditionnement correspondants de son rang.

En tant qu’idée, elle est magnifique car sa présentation actuelle laisse beaucoup à désirer et avant que les architectes, ingénieurs et paysagistes n’interviennent, ils doivent d’abord la considérer pour ce qu’elle est: un sanctuaire de la République et en tant que telle, elle doit être traitée.

Les raisons d’estimer cela sont énormes. Sur son côté est se dressait la mairie où le conseil municipal signa la loi du 3 juillet 1810, qui déclencha la guerre pour l’indépendance de la Nouvelle-Grenade 17 jours avant le 20 du même mois à Santafé. Aucune autre confrontation militaire n’est connue comme celle des 1 080 unités patriotiques des villes confédérées de Valle del Cauca, qui, avec les 120 Cundinamarquesas, ont affronté les royalistes de la province de Popayán. Cela doit être connu et accepté par toute la nation, car ce rôle de la Valle del Cauca ne peut être nié.

Parce que là, sur la place vénérable sept mois plus tard, le 27 février 1811, le premier corps de troupes appelé «  Bataillon Patriotas de Cali  », composé de 468 Caleños et Cundinamarqueses, qui, avec les 700 autres soldats de Valle del Cauca de l’autre rive de la rivière Cauca, -Buga, Cartago, Caloto, Anserma et Toro- qui les attendaient à Quilichao pour avancer ensemble vers Bajo Palacé et livrer la première bataille d’indépendance un mois plus tard, le 28 mars 1811. Il a ainsi ratifié le fait d’être la première armée nationale formée à l’indépendance et non celle que Bolívar a alignée à Boyacá huit ans plus tard et qu’ils ont toujours voulu imposer de Bogotá comme date de naissance de l’armée nationale.

À l’époque de la terreur lors de la reconquête espagnole, la place a servi d’échafaudage à 11 Caleños qui ont donné leur vie sur la potence et avant les pelotons d’exécution. Là, vous pouvez encore sentir la chaleur de son sang et l’ingratitude de la Colombie et de la patrie de la Valle del Cauca avec cet endroit est palpable comme si de rien n’était là-bas.

De la Plaza de Cayzedo, alors appelée Plaza de la Constitución, le général Antonio José de Sucre partit le 21 mars 1821 à la tête de plusieurs bataillons dont le ‘Albión’ et le ‘Santander’, intégrés à plus de 1500 Valle del Cauca traverser la jungle du Pacifique et embarquer à Buenaventura en direction de Guayaquil. C’était l’invasion de l’Équateur dans la Valle del Cauca à l’indépendance, à travers les bancs de sable de Guachi et de Yaguachi, maintenus dans d’immenses proportions avec le débarquement allié en Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale, cent vingt ans plus tard.

Dix mois plus tard, dans le même cadre de la place, le libérateur Simón Bolívar a commencé sa marche vers Pasto avec 1600 autres Valle del Caucans, qui ont fait leur formation élémentaire aux couteaux et au polygone depuis les tentes érigées sur la place jusqu’aux pierres de l’autre rive du fleuve au vu de toute la population de Cali.
Bolívar préparait ainsi le régiment avec lequel il irait affronter la bataille de Bomboná sur les pentes du volcan Galeras de Pasto le 7 avril 1822, dernier de l’indépendance, tandis qu’Antonio José de Sucre en faisait de même dans celles du Volcan Pichincha à Quito. Ils y sont tous les deux arrivés par des chemins différents; Sucre par mer, les mangroves et jungles du Pacifique et Bolívar par les landes et les falaises du massif colombien. Les deux corps de troupes avaient laissé le même et vénéré sanctuaire où ils étaient nés: la Plaza de Caicedo à Cali. Y a-t-il une question sur son rang?

Vous pourriez également aimer...