Le Brésil

Savez-vous comment cela fonctionne?

loupe propre

LES Loi sur la feuille blanche a été créé en 2010 et est toujours en vedette dans les principaux journaux du pays. C’est parce qu’il traite de la possibilité de candidature des politiciens aux élections. De plus, il est encore débattu, sur le plan de sa constitutionnalité, à la Cour suprême. Alors que d’autres secteurs de la société discutent de son application et de ses conséquences, comprenons de quoi il s’agit vraiment ?

Comment est née la loi sur l’enregistrement vierge ?

Cette loi est née en décembre 2010 par initiative populaire, avec la Clean Sheet Campaign, par le Mouvement de lutte contre la corruption électorale (MCCE). Le mouvement a développé cette campagne en raison des manifestations de différents secteurs de la société qui aspiraient à plus de rigueur pour les candidatures politiques et dans la lutte contre la corruption.

La loi sur le casier judiciaire est, en fait, la loi complémentaire n° 135 de 2010, qui modifie certaines questions de la loi complémentaire n° 64 de 1990. LC n° 64 était la loi qui prévoyait les conditions, les raisons et les situations dans lesquelles un personne ne pouvait être élu à une fonction publique. Ainsi, la LC n° 135 est venue accorder plus de rigidité aux règles existantes et en imposer d’autres.

La collecte des signatures a commencé en 2008. En effet, il fallait atteindre plus de 1,3 million de signatures pour que le projet soit porté devant le Congrès national. En quelques mois, le projet a été porté au président de la Chambre des députés de l’époque, Michel Temer. Même après sa livraison, le nombre d’adhésions a continué d’augmenter, atteignant 1,6 million d’abonnements.

Ainsi, le projet de loi procédait comme n’importe quelle autre loi au Brésil. Tout d’abord, il est passé par la Chambre des députés – sur une commission qui a réuni des personnes de tous les partis politiques. Ensuite, par le Sénat fédéral – avec un seul changement dans la rédaction. Enfin, il a été sanctionné par le président de l’époque, Lula, le 4 mai 2010.

Après tout, que dit le Clean Record Act ?

Autant certaines activités sont illégales, autant elles continuent souvent d’être pratiquées par des représentants du gouvernement. La Clean Record Act vise à empêcher l’élection de personnes qui se livrent à de telles pratiques et qui ont été, par exemple, condamnés pour des crimes, ou ont des procédures en cours devant le tribunal électoral, entre plusieurs autres raisons.

Lors de son traitement à la Chambre des députés, un point important du projet de loi a été modifié. À l’origine, le projet de loi stipulait qu’une condamnation dans n’importe quel organe judiciaire impliquerait l’inéligibilité d’une personne. Cela, cependant, a changé. Seule une personne condamnée par un organe collégial est inéligible – c’est-à-dire si au moins trois juges ont participé à la décision.

Comme nous l’avons mentionné, la Clean Sheet Law remplit les conditions dans lesquelles les politiciens sont empêchés de se présenter aux élections. Certains d’entre eux avaient déjà été mentionnés dans la loi complémentaire n° 64, d’autres ont été créés par la nouvelle loi. La loi sur le casier judiciaire établit que les politiciens sont inéligibles pendant une période de 8 (huit) ans après leur condamnation – lorsque la décision devient sans appel et ne peut plus faire l’objet d’un appel – ou après s’être livrés à une pratique énumérée dans la loi. Nous listons ci-dessous quelques situations évoquées en LC 135, des politiciens qui :

  • Ils démissionnent de leurs fonctions pour ne plus être poursuivis ou pour échapper à une condamnation. Ceux-ci ne pourront pas se porter candidats aux deux prochaines élections ;
  • Étaient condamné pour des délits de diverses natures, allant de l’improbité administrative, aux délits contre les biens publics, au blanchiment d’argent et la dissimulation d’avoirs, l’abus de pouvoir, entre autres.
  • A ignoré les prérogatives de leurs positions prévue par la Constitution. Par exemple : ne pas être propriétaire d’entreprises qui ont des contrats avec le gouvernement, par exemple ;
  • Qui ont été condamnés par quelque mauvaise pratique concernant votre service au gouvernement, qui a à voir avec l’administration publique;
  • Quoi ont perdu leurs positions pour toute infraction qu’ils ont commise pendant leur mandat ;
  • ceux qui ont processus en cours (qui ont déjà été approuvées) au Tribunal Électoral ;
  • ceux qui ont procédure d’enquête sur l’abus de pouvoir économique ou politique pour l’élection à laquelle ils se présentent.

Ce ne sont là que quelques exemples des raisons pour lesquelles quelqu’un ne peut pas postuler à un poste. Il y en a d’autres énumérés dans la loi.

Pourquoi la loi n’était-elle pas valable pour les élections de 2010 ?

Le premier organe judiciaire à discuter de la loi sur le casier judiciaire était le TSE, avant les élections générales de 2010. Là, la loi a été victorieuse. En fait, les ministres de TSE sont allés visiter les tribunaux électoraux régionaux pour demander son application lors de ces élections.

Par la suite, la loi a été soumise au STF, qui devait décider si la loi sur le drap propre s’appliquerait aux élections de 2010. Si cela se produisait, plusieurs politiciens seraient en mesure de inéligibilité. Initialement, la Cour a statué sur la validité de la loi pour ces élections. Cependant, plusieurs poursuites sont arrivées, de la part de politiciens – dans des conditions d’inéligibilité – alléguant que la loi, lors de cette élection, n’était pas valide.

Un nouveau vote a eu lieu. Enfin, il a été décidé que la loi ne serait pas valable pour les élections générales de 2010, seulement pour celle de 2012. Ainsi, elle serait valable pour toutes les élections ultérieures, telles que celles de 2016 et 2018. Le STF a également jugé la constitutionnalité de la loi sur le casier judiciaire, c’est-à-dire qu’il a jugé s’il avait été rédigé conformément aux préceptes constitutionnels et pouvait être appliqué.

Modifications de la loi

Sur l’éligibilité des directeurs généraux

Le Clean Sheet détermine que les chefs de l’Exécutif qui verront leurs comptes rejetés par des « organes compétents » seront inéligibles à une « décision sans appel ». Qu’est-ce que ça veut dire?

Précisons : la Cour des comptes est chargée de contrôler les comptes du maire. L’arrêt des comptes appartient à la chambre des échevins et a un délai fixé. Il s’agissait essentiellement de la procédure prévue pour l’approbation ou le rejet des comptes du Directeur Général.

Si la chambre ne rendait pas le jugement à temps et que la Cour des comptes avait considéré les comptes comme non fondés, le maire de l’époque (ou le chef de n’importe quelle sphère de l’exécutif) serait empêché de se présenter aux élections – ce serait un « sale dossier ”.

En 2016, ce point de loi a été débattu en Cour suprême. Il a été décidé dans le jugement du Appels extraordinaires 848.826 et 729.744 que le rejet des comptes du Chef de l’exécutif ne peut le rendre inéligible que si le vote de la Chambre législative est pris. L’avis rendu par la Cour des comptes n’a pas le pouvoir d’empêcher l’homme politique de se porter candidat, seulement la Chambre. Cette mesure a commencé à s’appliquer aux élections municipales de 2016.

Et si le jugement de la Chambre n’arrivait jamais ? Peu importe, le maire a toujours un casier judiciaire vierge, même si la Cour des comptes a rejeté ses comptes.

Sur la constitutionnalité de la loi

Fin 2020, le ministre Kassio Nunes, en jugeant l’Action directe d’inconstitutionnalité 6630 proposée par le Parti démocrate du travail (PDT), a estimé qu’une certaine partie de la loi sur le casier judiciaire était inconstitutionnelle. Plus précisément, l’article 1, paragraphe E, point I, de la loi complémentaire 64/1990 avec la rédaction de la LCP 135/2010, qui se lit comme suit :

« Art.1 Ne sont pas éligibles :

(…)

e) ceux qui sont condamnés, par une décision définitive et sans appel rendue par une instance judiciaire collégiale, depuis la condamnation jusqu’à l’expiration du délai de 8 (huit) ans après avoir purgé la peine, pour les délits : ».

Dans la décision, le ministre a accepté les arguments avancés par la PDT sur l’article 1, paragraphe E, point I, qui devrait avoir un interprétation unique de sorte qu’une plus grande inéligibilité ne s’applique pas aux candidats politiques. Selon le libellé, le candidat serait déjà inéligible au cours du processus et en cas de condamnation devrait remplir les 8 ans établis par la loi – cela impliquerait une période d’inéligibilité plus longue si elle était ajoutée à la durée du processus et la condamnation.

Ainsi, le ministre Kassio Nunes a compris que le délai prescrit par la loi complémentaire doit compter dès le début du processus et non après l’autorité de la chose jugée – lorsqu’il n’y a plus de possibilité d’appel dans le processus.

À propos du projet de loi complémentaire nº9/2021 :

En 2021, un événement important s’est produit à la Chambre des députés qui a approuvé le projet de loi complémentaire n° 9/2021, le projet de loi entend limiter l’inéligibilité de certains hommes politiques.

Le vote à la Chambre, qui a conduit à un score de 345 en faveur du projet et 98 voix contre, a approuvé le changement qui permet aux politiciens dont les comptes ont été rejetés et punis pour ça va pour qu’ils restent éligibles, contrairement au texte original de la Clean Record Law.

Le projet de loi complémentaire doit encore passer par un vote du Sénat fédéral et, s’il n’y a pas de changement, il passera à la sanction présidentielle ou au veto.

Vous avez aimé ce contenu ? Partagez avec nous dans les commentaires !


Connaissez-vous déjà notre chaîne YouTube ?


Vous pourriez également aimer...