Scorpions de poison doux | Dernières nouvelles

L’extrême droite ne voit plus l’opposition scorpion comme si vénéneuse. Au contraire, il la courtise avec une danse ultraviolette de scorpions et de baisers de bec, ou plutôt de tenailles et de dards prêts. L’autre joue dur et demande des preuves plus convaincantes que la promesse grossière d’un «accord de salut national». La réconciliation a son prix, surtout quand les arachnides savent que leurs collègues gardiens virtuels viennent avec ce qui a été aspiré par Citgo et Monomers. Laissez-les payer, alors!, Un défi de scorpion arrogant et vaniteux avec le nouveau CNE.

L’extrême droite tient le pinceau. Votre chef de police est le dernier fonctionnaire effrayant à démissionner. Les États-Unis et l’UE parlent de «négociations», oh, le mot maudit, quelque chose comme nommer la corde dans la maison du pendu. Son héros importé dans la bataille des ponts, le sénateur Marco Rubio, vient de déclarer au Guardian que « vous devez faire attention à la menace des ovnis », c’est-à-dire que le type qui les gère depuis Washington voit déjà des ovnis.

Ce n’est pas pour moins. Le club ou le cartel de Lima devient plus solitaire que la station spatiale internationale. Almagro, assis dans l’embrasure de la porte comme une Celestina avec un rhume, n’attire pas de nouveaux clients. Et les vieillards repartent avec ce sourire répugnant de vieilles amours. C’est un automne sans printemps. Ce qui s’est passé au Chili était un ouragan inattendu dans le cône sud. L’oligarchie colombienne, nourrie de massacres et de faux positifs, ne sait pas comment se battre dans la rue. Macondo commence à connaître la glace.

Une fois de plus, les vents d’Ayacucho soufflent sur le Pérou. A tel point qu’un instituteur terrifie Mario Vargas Llosa et le fait retourner aux mamelles qui le relâchaient dans les nuits reculées de La ville et les chiens. Ce sont les signes de la fin du coûteux mandat intérimaire de Guaidó qui conduit au vote le plus coûteux de l’histoire. Il arrivera le 21 novembre après des guarimbas, des batailles au pont, un coup d’État de la banane vaincu, une tentative d’assassinat avec des drones, une opération Gideon, des attaques à la frontière narco-paracos et un blocus criminel coûteux. L’extrême droite – le G4 – pour laver son record, cherche à s’accoupler avec l’opposition «scorpion» et à sucer son poison, qui semble désormais plus doux que le miel du matin des anges.

★★★★★