La Colombie

Si Darwin ressuscitait

23 décembre 2020-11: 40 p. m.
Pour:

Jorge Restrepo Potes

Si Charles Darwin sortait de sa tombe et revenait avec son récit sur l'évolution biologique par sélection naturelle, expliqué dans son livre «  L'Origine des espèces '', je ne doute pas qu'en examinant Donald Trump, il dicterait que la distance entre un anthropoïde supérieur et le clown gringo est court par rapport à la longueur qui existe entre lui et Barack Obama, par exemple.

J'en suis venu à la conclusion que le monde a eu de méchants dirigeants et que Trump doit être inclus dans cette catégorie, car même s'ils ont causé tant de dégâts, ils n'ont pas fait rage contre leur propre nation, comme l'a fait cet individu méprisable, qui est arrivé. à toutes les extrémités de sa folie, qui aurait donné à Charlie Chaplin un thème pour une nouvelle version de «The Great Dictator».

Parce que Trump semble détester les États-Unis parce que pendant les quatre années de son horrible mandat, il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour l'abaisser du piédestal qu'il occupait depuis sa victoire dans la Seconde Guerre mondiale, qui s'est terminée en 1945.

Son combat avec des pays amis. Ses combats avec des concurrents, comme cette absurdité avec la Chine, qui ont tous réussi à augmenter l'importance du géant asiatique dans la géopolitique universelle. Son agitation avec cet autre fou nord-coréen, son mépris de l'Union européenne. Son départ de l'Accord de Paris sur le changement climatique. Sa haine pour les immigrants. Et quelque chose de plus grave: sa rupture du pacte sur les questions nucléaires avec l'Iran, qui pourrait conduire à une guerre.

Mais là où elle a causé le plus de dégâts, c'est dans le domaine de la démocratie nord-américaine, car en remettant en question le résultat de l'élection présidentielle, elle a jeté une ombre sur le système électoral jusqu'ici fiable des États-Unis.

L'un des éléments essentiels de la démocratie est que le perdant reconnaît le triomphe du vainqueur. D'avant les élections du 3 novembre, il a semé la suspicion sur le résultat, s'il était défavorable. Avec cette stratégie malicieuse, il a polarisé ses compatriotes, comme s’ils étaient des Colombiens, car il copiait de la secte fanatique locale le qualificatif insipide de «Castro-Chavista», avec lequel il désignait Joe Biden et Kamala Harris.

Malgré les 7 millions de votes à la majorité obtenus par Biden, il a renoncé à intenter des poursuites pour fraude dans tous les États de l'Union. Un par un, les juges, républicains et démocrates, les ont limogés. Lorsqu'il n'a eu aucun autre recours judiciaire, il s'est adressé à la Cour suprême, dans laquelle des 9 magistrats se trouvent 6 républicains. Tacó burro, comme disent les joueurs de billard, parce qu'il a également perdu dans ce cas parce qu'il a recueilli à l'unanimité le verdict des sondages.

Et lorsque le collège électoral a statué que Biden avait obtenu 306 voix sur les 232 de Trump, il s'est mis en rage et là, il continue de s'étouffer.

C'est tellement maladroit que sûrement le 20 janvier, date fixée par la Constitution pour la possession de Joe Biden, l'autorité compétente devra l'expulser de la Maison Blanche, en recourant à la force si nécessaire. Je ne pense pas qu'il ait le courage ou la dignité de Salvador Allende.

Sans le pouvoir absolu qu'il détenait au cours de son mandat de quatre ans, il devra faire face à l'arsenal de poursuites civiles, fiscales et pénales que les démocrates ont déjà prêts à emmener en prison, qui est sa place légitime.

Vous pourriez également aimer...