Le Venezuela

Socialisme / État-providence / Néolibéralisme (I) | Pasqualina Curcio

La confusion des termes que l’on entend dans le discours de certains porte-parole de la direction révolutionnaire au Venezuela est une cause de surprise et d’inquiétude. Parfois, ils s’expriment de manière interchangeable avec le socialisme et l’État-providence. Ce n’est pas la même chose et ce n’est pas écrit de la même manière.

Alors que le premier est conçu comme un système économique, social et politique alternatif au système capitaliste qui pose des rapports sociaux de production et de distribution moins exploiteurs, le second, c’est-à-dire l’État-providence, est conçu dans le cadre et comme faisant partie du capitalisme lui-même, En fait, il est né au XIXe siècle sous Otto Von Bismarck dans le but de contenir le socialisme. Sans parler du néolibéralisme qui, dans le capitalisme, est le plus sauvage.

En termes simples, pour comprendre la différence entre ces trois manières de concevoir les rapports de production économiques, sociaux et donc politiques, il faut s’attarder sur au moins deux aspects : 1) comment ce qui est produit est distribué au cours du processus lui-même social production et 2) comment la production est redistribuée, étant entendu que ce second aspect ne peut s’expliquer qu’en reconnaissant la présence de l’État qui est celui qui redistribue.

Répartition de la production

Dans le processus social de production, ceux qui ajoutent de la valeur sont les travailleurs, cela n’a pas seulement été soulevé de manière magistrale par Marx, sur la base des classiques tels que David Ricardo et Adam Smith, mais accessoirement, c’est la manière dont les banques centrales de tous les pays, selon les manuels du FMI, mesurent le produit intérieur brut.

Ce qui est produit, bien qu’obtenu uniquement grâce à la force de travail, est réparti entre les ouvriers (la classe ouvrière) et les propriétaires du capital (la bourgeoisie). En fonction de la rémunération de ces deux facteurs et donc de la manière dont cette répartition s’opère dans le processus social de production lui-même, elle nous rapprochera du socialisme, du capitalisme ou du néolibéralisme. A des fins de comparaison et en termes très simples, nous devons prendre en compte trois variables et leur interaction : les prix, les salaires et le profit.

Les prix des biens sont le résultat de la corrélation des forces sur les marchés entre ceux qui achètent et ceux qui vendent. Bien que les enchérisseurs se rendent sur les marchés avec la référence minimale des coûts de production, cela dépendra des autres enchérisseurs et des demandeurs du prix final obtenu. Lorsqu’il y a des monopoles, le rapport de forces sera en faveur de cet enchérisseur unique. En termes agrégés, les enchérisseurs sont preneurs des prix qui résultent des marchés. Ce qui a été dit ici est relevé, même par Marx. Le point central est de savoir comment, étant donné ce prix, ce qui est produit est-il réparti entre les ouvriers et les capitalistes ?

Si une marchandise X a un prix de 100 bolivars, ce montant sera réparti entre le salaire et le profit. Si le salaire est de 50, alors le profit sera de 50. Si le salaire est de 10, le profit sera de 90. C’est là que réside la contradiction entre le travail et le capital. Le bénéfice dépend, compte tenu d’un prix, du niveau du salaire. De plus et comme cela arrive toujours, si le rapport entre le nombre d’ouvriers et les propriétaires du capital est plus grand en faveur des ouvriers, ces 50 ou ces 10 bolivars devraient être répartis entre de nombreux ouvriers tandis que le profit entre quelques bourgeois. Supposons que, pour une raison quelconque, par exemple, en raison de la dépréciation de la monnaie, le prix de ladite marchandise augmente sur les marchés de 100 à 200 alors que le salaire n’augmente pas, mais reste à 10. Maintenant, le profit sera de 190 à la place. de 90. La différence du prix le plus élevé ira à la poche du propriétaire du capital.

Compte tenu d’un prix établi sur le marché, le profit sera le résultat de la différence entre ce prix et le salaire. Par conséquent, dans la mesure où le salaire est inférieur, le profit sera plus important. Pas par hasard donc, dans le capitalisme, le bourgeois cherchera tous les moyens pour que la rémunération de l’ouvrier soit de moins en moins puisque son plus grand profit en dépendra.

Aller vers un système socialiste implique de changer les rapports sociaux de production et, parmi eux, la propriété des moyens de production, mais dans cette transition, au moins il est nécessaire de rendre les différences entre les salaires et les profits de plus en plus petites, c’est-à-dire, que l’appropriation de la valeur de la force de travail par le bourgeois, c’est-à-dire l’exploitation de l’ouvrier, est de moins en moins. Une transition vers le socialisme ne se conçoit pas si, au lieu de diminuer les profits par rapport aux salaires, ils augmentent.

A l’autre extrême se trouve le néolibéralisme, ce n’est pas par hasard que l’un de ses principaux postulats est de geler les salaires pendant que les prix se libèrent, faisant la différence, c’est-à-dire le profit, augmentant et avec eux les inégalités et la détérioration des conditions de vie des travailleurs.

Au Venezuela, entre 2013 et 2020, dans le contexte d’une guerre économique et à la suite de l’attaque contre le bolivar, les prix ont augmenté de 60 milliards pour cent alors que les salaires nominaux n’ont augmenté que de 5 milliards pour cent, la différence est allée au profit. La répartition de la production entre le travail et le capital est devenue de plus en plus inégale, détériorant les conditions de vie des travailleurs au prix de profits plus élevés pour la bourgeoisie.

Les données de la BCV montrent que, de tout ce qui a été produit en 2014, 36% correspondaient à la rémunération des ouvriers tandis que 31% au surplus d’exploitation (d’ailleurs, il y a 14 millions d’ouvriers alors que la bourgeoisie sont 400 mille). En 2017, ces pourcentages sont passés respectivement à 18 % et 50 %, reflétant une plus grande inégalité dans la répartition de la production en faveur du capital.

C’est contradictoire et, d’ailleurs, embrouille le fait que l’on continue à parler de socialisme et de révolution du XXIe siècle alors que, ce qui est le moins nécessaire, pour avancer vers cet autre système, c’est de réduire l’inégalité dans la répartition entre ouvriers et capitalistes qui, d’ailleurs, Au-delà du strictement économique, il touche à la nécessaire responsabilisation de la classe ouvrière.

A cette contradiction entre le discours socialiste et les inégalités croissantes, il faut ajouter une autre grande confusion. Nous nous référons à l’incorporation, dans le récit, de « l’État-providence sociale » comme s’il s’agissait de la même chose que le socialisme. Telle est la confusion qu’on l’appelle parfois « l’État-providence socialiste ». Nous renverrons à ce discours, au mieux réformiste et non révolutionnaire, dans la seconde partie de cet opus, s’intéressant non pas à la distribution, mais à la redistribution de la production.

L’entrée Socialisme / Etat-Providence / Néolibéralisme (I) | Pasqualina Curcio a été publiée pour la première fois dans Últimas Noticias.

Vous pourriez également aimer...