Le Brésil

Sommet des dirigeants sur le climat et l’agenda international pour l’environnement !

Le président américain Joe Biden convoque le Climate Leaders Summit en avril 2021.

LES Sommet des leaders du climat était un événement environnemental convoqué par le président américain Joe Biden en avril 2021. Cependant, avant d’entrer dans le contenu du Sommet des leaders du climat, il est important de comprendre comment nous sommes arrivés à ce moment d’engagements internationaux conjoints en faveur de l’environnement. Consultez cette chronologie avec nous!

L’histoire du développement durable à l’agenda international

Nous sommes en 1972 lorsque, pour la première fois, le terme soutenable apparaît dans le contexte du cycle économique, exprimé dans le rapport Les limites de la croissance1 . Dans ce rapport, il était dit que la limite de la planète serait atteinte dans les cent prochaines années, s’il n’y avait pas de reformulation, à l’échelle mondiale, de la croissance démographique, de l’industrialisation et de la manière dont nous exploitons les ressources naturelles.

Ce rapport a été une étape importante pour la communauté internationale. Le mot durabilité a été lié, par les écologistes, « […] à la capacité systémique d’adaptation et de réorganisation face aux pressions extérieures ». Cette capacité permet à un certain écosystème, même après avoir subi un choc fort, au point de compromettre sa stabilité, de pouvoir maintenir sa structure de fonctionnement.

La même année est également marquée par la réalisation du Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain, à Stockholm (Suède), inspiré par les principaux impacts environnementaux causés jusqu’à présent – ​​tels que les bombes nucléaires pendant la Seconde Guerre mondiale et l’industrialisation croissante du cycle économique. La Déclaration résultant de l’événement a établi 19 principes qui, en bref, visent à défendre et à préserver l’environnement, inspirant les générations actuelles et futures à vivre en équilibre avec la nature.

En 1983, le médecin et ancien Premier ministre de Norvège, Gro Harlem Brundtland4, est invité à présider la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU et publie en 1987 le rapport Notre avenir à tous, qui définit pour la première fois le concept de développement durable :

1. Le développement durable est celui qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Il contient deux concepts clés :

le concept de « besoins », en particulier les besoins essentiels des pauvres du monde, auxquels il faut accorder la priorité absolue ; et

l’idée des limites imposées par l’état de la technologie et de l’organisation sociale à la capacité de l’environnement à répondre aux besoins présents et futurs.

2. Ainsi, les objectifs de développement économique et social devraient être définis en termes de durabilité dans tous les pays – développés ou en développement, orientés vers le marché ou planifiés au niveau central. Les interprétations varient, mais elles doivent partager certaines caractéristiques générales et dériver d’un consensus sur le concept de base du développement durable et d’un large cadre stratégique pour y parvenir.

3. Le développement implique une transformation progressive de l’économie et de la société. Une voie de développement durable au sens physique du terme pourrait théoriquement être poursuivie même dans un environnement social et politique rigide. Mais la durabilité physique ne peut être assurée que si les politiques de développement tiennent compte de considérations telles que les changements dans l’accès aux ressources et la répartition des coûts et des avantages. Même la notion étroite de durabilité physique implique un souci d’équité sociale entre les générations, souci qui doit logiquement être étendu à l’équité au sein de chaque génération. (traduction gratuite).

Dans les deux rapports, on s’inquiète de la impacts environnementaux causé par le cycle économique adopté, c’est pourquoi le principal défi est d’adopter des politiques publiques visant un développement économique social en harmonie avec l’environnement.

L’agenda environnemental a pris forme à l’échelle internationale, c’est ainsi qu’en 1992 l’Eco-92 (Rio-92) a eu lieu, également appelé le dôme de la terre, à Rio de Janeiro. L’événement a donné lieu aux documents suivants, qui deviendront les premiers plans de développement durable et de préservation de l’environnement à exécuter au cours des décennies suivantes : Agenda 21, Déclaration de Rio, Déclaration de principes sur les forêts, Convention sur la biodiversité et Convention sur le changement Climatique.

L’Agenda 21 s’impose comme le premier programme d’action global dans lequel les gouvernements ont inscrit dans leurs plans d’action des activités visant à adapter progressivement le modèle économique au développement durable. Parmi les engagements pris figurent la protection des ressources naturelles, sous leurs diverses formes, et la lutte contre les atteintes à l’environnement (réduction de la pollution et de la déforestation, élimination appropriée des déchets toxiques, etc.).

Une autre avancée apportée par l’Agenda 21 a été l’inclusion dans le débat environnemental de sujets tels que : modes de production et de consommation non viables, pauvreté et dette extérieure des pays en développement.

En 2012, le Rio+20, la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, tenue au Brésil, a lancé le document L’avenir que nous voulons, qui réaffirme les principes de la Déclaration de Rio-92, reconnaissant comme le plus grand défi mondial la éradication de la pauvreté. En outre, des travaux ont commencé pour créer les principaux objectifs visant à atteindre le développement durable, appelés à l’avenir ODD.

En 2015, l’Agenda 2030 est également lancé : un plan d’action pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et faire en sorte que les gens atteignent la paix et la prospérité. Avec 17 Objectifs de développement durable (ODD) et 169 objectifs, l’Agenda 2030 est assez audacieux, établissant cinq grands domaines d’action : les personnes, la planète, la prospérité, la paix et le partenariat.

Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC)

Créé en 1992, le Secrétariat de l’ONU est chargé de soutenir la réponse mondiale à la menace du changement climatique. La première conférence a eu lieu en 1995 à Bonn, en Allemagne. Pourtant, ce n’est qu’en 2015, lors de la COP 21, que le principal traité international, juridiquement lié au changement climatique, a été signé par 197 pays membres des Nations Unies, entrant en vigueur en 2016 : l’Accord de Paris.

A lire aussi : que fait l’ONU ?

Ce traité international est une étape importante dans la processus multilatéral sur le changement climatique, parce que, pour la première fois, un accord contraignant rassemble toutes les nations autour d’une cause commune pour entreprendre des efforts ambitieux pour lutter contre le changement climatique et s’adapter à ses effets. L’objectif principal de l’Accord de Paris est limiter le réchauffement climatique à moins de 2 degrés Celsius, de préférence à 1,5 degrés Celsius, par rapport aux niveaux préindustriels.

Le dernier rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), publié en 2019, partage des données inquiétantes recueillies jusqu’en 2018, telles que :

  • a) 2018 a été la quatrième année la plus chaude jamais enregistrée, les trois autres se situant entre 2015 et 2018 ;
  • b) la température des océans, ainsi que leur niveau, continuent d’augmenter ;
  • c) sur tous les continents, les phénomènes météorologiques extrêmes ont causé des impacts négatifs ;
  • d) la communauté internationale n’est pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de changement climatique afin de contrôler les augmentations de température.

Ce n’est un secret pour personne que les catastrophes naturelles, de plus en plus alimentées par l’accélération du changement climatique, causent d’énormes impacts socio-économiques. En 1994, lorsque le premier rapport de l’OMM a été publié, les niveaux de dioxyde de carbone étaient de 357,0 parties par million; en 2017, le niveau pris en compte était de 405,5 parties par million, soit 146 % de plus qu’estimé dans la période préindustrielle (1850-1900). En plus d’émettre plus de CO2, nous continuons à détruire l’écosystème qui capte naturellement ce gaz, comme les mangroves et les zones humides.

En savoir plus sur le changement climatique ici!

Sommet des leaders du climat

Organisé en avril/2021, le Sommet des leaders du climat a été convoquée et présidée par le président des États-Unis Biden, marquant le retour des États-Unis dans les discussions internationales sur le climat. Celles-ci ont été interrompues sous l’administration de Donald Trump, ancien président responsable de la sortie des États-Unis de l’Accord de Paris.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un événement officiel des Nations Unies – car il ne remplace pas la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP) – le Sommet des dirigeants sur le climat a une pertinence internationale, abordant les principaux sujets abordés lors de la COP 26, qui se tiendra à novembre/2021, au Royaume-Uni.

40 dirigeants ont été invités à participer, dont : le grandes économies du monde, également responsable des émissions de CO2, comme la Chine, l’Inde et la Russie ; membres du Forum sur l’énergie et le climat des grandes économies – qui regroupe les 17 pays qui représentent 80 % des émissions mondiales de carbone – ; à pays vulnérables les impacts du changement climatique ; et les pays qui mènent des actions importantes pour préserver l’environnement.

Dans son discours, le président Joe Biden a déclaré qu’il avait l’intention de réduire les émissions de gaz carbonique aux États-Unis de 50 % d’ici 2030, avec pour objectif d’atteindre un autre objectif en 2050 : le projet zéro émission. La nouvelle administration a déjà clairement indiqué son intention de reconstruire les relations avec l’Europe et d’élargir le dialogue avec la Chine, qui a déclaré dans son discours au sommet son intention de travailler avec les États-Unis pour atténuer les émissions de carbone d’ici 2060.

A lire aussi : qu’est-ce que le marché du carbone ?

Quant au Brésil, le président Jair Bolsonaro a promis que le pays aura neutralité climatique jusqu’en 2050 : « J’ai déterminé que notre neutralité climatique sera atteinte d’ici 2050, 10 ans avant le signal précédent. Parmi les mesures nécessaires pour ce faire, je souligne ici l’engagement d’éliminer la déforestation illégale d’ici 2030″.

Des universitaires dans le domaine de la politique internationale ont exprimé leur inquiétude quant aux relations diplomatiques entre le Brésil et les États-Unis. En effet, le Brésil manque à ses engagements environnementaux, comme par exemple la lutte contre la déforestation et les incendies en Amazonie, Cerrado et Pantanal. Cette posture, selon une interview accordée à CNN Brasil, pourrait faire du pays une cible de représailles économiques à l’avenir.

Vous avez aimé le contenu ? Laissez votre avis dans les commentaires !

LES RÉFÉRENCES

MEADOWS, Donella H. et al. Les limites de la croissance

RIBEIRO, Débora Cristina B. ; EWALD, Ariane Patricia. Éthique et publicité pour enfants

Accord de Paris

Programme 2030

CNN Brasil – Le Sommet sur le climat a un discours de Bolsonaro et de 30 autres dirigeants mondiaux

CNN Brasil – En 100 jours, Biden relance la discussion sur le climat et répète la diplomatie vaccinale

Commission Développement Durable

CNN Brésil – Les entreprises européennes menacent de boycotter le Brésil pour une déforestation accrue

André Aranha Corrêa do Lago : conférences sur le développement durable

Notre avenir commun

Rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM)


Vous pourriez également aimer...