Le Brésil

STF a une voix de plus en faveur de la «réforme» du travail en action sur l’accès à la justice

São Paulo – Après pratiquement trois ans d’inaction, le jugement sur les questions liées à l’accès au tribunal du travail a repris au goutte à goutte cette semaine. Aujourd’hui (14), le ministre Luiz Fux, président du Tribunal fédéral suprême (STF), a accompagné le rapporteur pour la constitutionnalité des changements introduits dans la « réforme » du travail de 2017

Le vote de Fux n’était que le troisième dans le jugement de l’action directe d’inconstitutionnalité (ADI) 5 766, par le bureau du procureur général (PGR). Il y a maintenant deux ministres en faveur des changements apportés par la loi 13 467. Outre Fux, le ministre réviseur, celui du rapporteur, Luís Roberto Barroso. Edson Fachin s’est quant à lui manifesté pour « l’inconstitutionnalité totale des restrictions imposées ». La séance étant close à 18 heures, le procès reprendra mercredi prochain (20), avec le vote du ministre Nunes Marques.

Restrictions sur les pourboires

L’action PGR porte sur trois articles de la loi promulguée en 2017. Il s’agit du 790-B (versement d’honoraires d’expertise), 791 (indemnités de perte, dues par la partie perdante) et 844 (versement d’honoraires en cas d’absence injustifiée du demandeur à l’audience). « Les dispositions mentionnées présentent une inconstitutionnalité matérielle, car elles imposent des restrictions inconstitutionnelles à la garantie d’une assistance judiciaire gratuite à ceux qui prouvent des ressources insuffisantes », a déclaré le procureur.

En termes d’expertise, par exemple, la loi détermine que le paiement appartient à la personne qui a perdu, même si elle est bénéficiaire de la justice gratuite. Cela n’arriverait pas seulement s’il n’a pas obtenu, en justice, « des crédits capables de supporter la dépense ». Avec des changements dans la loi, un travailleur, par exemple, peut avoir à payer s’il perd un droit revendiqué.

Décourager le travailleur

La mesure a été prise dans l’intention explicite de décourager les recours devant le tribunal du travail, ce qui, dans la plupart des cas, est avantageux pour le travailleur. Pour Fux, il existe de nombreux cas de contentieux (actions) « frivoles » ou « abusifs ».

Mais dans la plupart des cas, les causes sont le non-respect des droits. Selon l’annuaire du Tribunal du travail, en 2020 par exemple, les affaires les plus récurrentes étaient – dans cet ordre – la mise en demeure, une amende de 40 % de la FGTS et une amende pour indemnité de départ tardive. D’autres thèmes communs sont les vacances proportionnelles, les heures supplémentaires et le 13e proportionnel.

Au début du jugement, en mai 2018, Barroso a fait valoir que les frais ne peuvent pas dépasser 30% des crédits du processus lui-même, entre autres situations. En cas de frais pour absence non motivée, le paiement est dû s’il n’y a pas de justification dans les 15 jours. Fachin, en désaccord, a déclaré qu’« il est nécessaire de rétablir l’intégralité du droit fondamental d’accès à la justice du travail pour les nécessiteux ou les démunis ».

Pour le PGR, les normes de « réforme » du travail qui sont remises en cause fragilisent le travailleur « à bas salaire standard ». Et cela fait craindre en lui la crainte de perdre des fonds salariaux pour payer ces dépenses en cas de perte de poursuite, ce qui entraîne une restriction de l’accès à la juridiction du travail et honore le non-respect des droits du travail, notamment ceux liés à la santé et à la sécurité. au travail, dont la détermination judiciaire dépend de l’expertise.

Vous pourriez également aimer...