Sur le ballon | Les Griffey diffament George Steinbrenner

«Pourquoi et pourquoi les femmes épilent-elles complètement leurs sourcils, si elles le peignent plus tard? C’est du gâchis!… Joseph McKadew.

Les meilleurs. Le premier espoir natif d’Amérique latine, selon « Baseball America », est le voltigeur dominicain Julio Rodríguez des Mariners, qui frappe avec puissance en classe A High. Julio est deuxième de tous, juste derrière le droitier de 21 ans Hunter Green (Reds), qui en Double A, lance la balle rapide jusqu’à 103 miles par heure. Le deuxième hispanophone, quatrième parmi tous, Luis Matos, est un jeune de 19 ans originaire de Valera, au Venezuela, centre de terrain des Giants, en classe A.

Le suivant est Roansey Contreras, droitier dominicain des Yankees, déjà en Double A, à 21 ans. En 132,1 manches, il a raté 113 retraits au bâton et n’en a marché que 36. Vient ensuite Oswaldo Peraza, de Barquisimeto, un arrêt-court des Yankees de 20 ans, qui en classe A High, frappe 300 avec cinq circuits.

La langue dégoûtante de CC – Le manager des White Sox, Tony LaRussa, a peut-être réagi de manière inappropriée au home run de la recrue Yermín Mercedes. Mais l’intervention grossière et insolente de CC Sabathia contre lui est inacceptable. Sabathia semble, avec des termes non publiables, plus d’humeur à offenser Hall of Fame Tony qu’à commenter ce qu’il a fait. Gardez votre sale langue CC.

Menteurs les Griffeys.- Dans un documentaire intitulé « Junior », sur la vie de Ken Griffey Jr., il dit qu’il n’a jamais signé avec les Yankees parce que George Steinbrenner l’a discriminé dans son enfance, en leur ordonnant de le retirer de la pirogue tandis que son père jouait avec le club du Bronx. Et qu’en même temps, un fils de Graig Nettles (blanc) était dans le champ pendant l’entraînement.

Mensonge! Aucun fils de joueur de baseball, ni blanc ni noir, n’est autorisé sur le terrain de jeu, car l’assurance ne le couvre pas. Et ils n’acceptent pas les enfants de n’importe quelle couleur, dans la pirogue. D’un autre côté, Griffey Sr. n’a jamais gagné un million de dollars par saison avant de rejoindre les Yankees en 1982 (1 041 667 $ et jusqu’à 1 100 000 $ en 1986). Plus tard, seulement en 1987 (Bravos) a reçu un million. Il est tombé de ces sommets jusqu’à sa retraite en 1990. S’il y avait eu discrimination, ils ne lui auraient pas versé autant d’argent.

Aussi, pendant le règne de Steinbrenner Sr., il y avait de nombreux Noirs très bien payés, à la fois américains et latino-américains, sur la liste des Yankees, et en grande harmonie.

Merci à la vie qui m’a tant donné, même un lecteur comme vous.

ATTENTION.- Le fichier de ces colonnes dans google si vous entrez par « le sport revient nous unir ».

★★★★★