Le Brésil

Symbole de la lutte contre l’apartheid, Desmond Tutu décède à l’âge de 90 ans

Opera Mundi – L’archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la paix et icône de la lutte contre l’apartheid, est décédé ce dimanche (26), à l’âge de 90 ans. L’homme religieux luttait contre le cancer de la prostate depuis la fin des années 90 et, ces derniers temps, sa santé s’est détériorée.

Dans un communiqué, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a exprimé sa tristesse et salué « l’intelligence extraordinaire » de Desmond Tutu, « une figure essentielle de l’histoire du pays », qui faisait partie d’une génération de citoyens qui ont libéré l’Afrique du Sud de l’apartheid ». Le chef de l’Etat a également rappelé la lutte religieuse « pour les opprimés à travers le monde ».

« L’arc« Comme l’appelait affectueusement la population, il fut le premier archevêque noir de l’Église anglicane en Afrique du Sud. Il devint célèbre dans le pays lorsqu’il était prêtre et mena la résistance pendant les pires moments de l’apartheid. Courageux et infatigable, il a organisé des marches pacifiques contre la ségrégation et dénoncé le régime raciste de Pretoria, exigeant des sanctions internationales.

Son combat non violent lui a valu le prix Nobel de la paix en 1984. Après l’instauration de la démocratie en Afrique du Sud en 1994 et l’élection de Nelson Mandela, avec qui il était un ami, Tutu a dirigé la Commission vérité pour la réconciliation, dans le but de tourner la page de la haine raciale dans le pays.

Au sein de l’institution, il coordonne les enquêtes sur les violations des droits de l’homme commises entre mars 1960 et décembre 1993. La commission parvient à mener un travail minutieux de recueil de déclarations et de données sur les massacres commis par le régime raciste. Cependant, un comité spécial en charge des amnisties a permis l’échange d’informations pour le pardon de certains auteurs des atrocités, ce qui a généré un déluge de critiques de la communauté noire contre les Tutu.

L’archevêque était affaibli depuis plusieurs mois, après des décennies de lutte contre le cancer. Il ne parlait plus publiquement, mais il a toujours salué les médias lors de ses déplacements, comme lors de l’événement religieux qui a fêté ses 90 ans au Cap en octobre, ou lorsqu’il s’est rendu récemment à l’hôpital pour se faire vacciner contre le covid-19.

Critique de la corruption et défenseur de l’aide à la mort

Fidèle à ses engagements, Desmond Tutu a été un critique sévère des gouvernements successifs de l’African National Congress (ANC), mouvement et parti qui ont lutté contre l’apartheid avant d’arriver au pouvoir. Il a également critiqué l’ancien président Thabo Mbeki, ainsi que la corruption et les échecs dans la lutte contre le sida.

Dans tous les domaines, il a critiqué le « Status Quo” sur la question raciale, les droits des homosexuels et les injustices. Tutu était également un grand partisan du mouvement en faveur de l’aide à la mort et n’a jamais caché que, lorsqu’il le déciderait, il affronterait le moment de front.

« Je me suis préparé à ma mort et j’ai clairement dit que je ne voulais pas être maintenu en vie à tout prix », a-t-il déclaré dans un article publié dans le journal. Le Washington Post en 2016. « J’espère être traité avec compassion et être autorisé à passer à la prochaine étape du voyage de la vie comme je le souhaite », a-t-il ajouté.

vague d’agitation

La mort de Tutu a créé une vague d’agitation dans le pays. La Fondation Mandela a qualifié la mort du religieux d’« incommensurable ». « Il était plus grand que nature (…), un être humain extraordinaire. Un penseur. Un chef. Un pasteur ».

En signe de deuil, les joueurs de cricket sud-africains portaient un brassard noir lors de la première journée du championnat de ce sport. « Nous pleurons sa mort », a réagi l’archevêque anglo-saxon du Cap, Thabo Makgoba. « En tant que chrétiens et croyants, nous devons célébrer la vie d’un homme profondément spirituel », a-t-il réitéré.

Après le président sud-africain, le premier dirigeant à réagir à la mort de Tutu fut le Premier ministre britannique Boris Johnson. Sur Twitter, il s’est dit « profondément attristé ». « Nous nous souviendrons de lui pour son leadership spirituel et sa bonne humeur inébranlable », a-t-il écrit.

Près d’un demi-siècle d’oppression

L’histoire de l’apartheid en Afrique du Sud s’est écrite progressivement à partir de 1948 après l’arrivée au pouvoir du Parti national. Avec un appareil de lois nouvelles, un État raciste et ségrégationniste s’est construit, regroupant les populations non blanches (noirs, indigènes et métis) selon leur race. Lieux de résidence, circulation des personnes, mariages : tout a commencé à être régi par des textes écrits spécialement pour privilégier la domination des blancs.

Les lois qui autorisaient la ségrégation raciale pendant plus de quatre décennies en Afrique du Sud ont été abrogées le 30 juin 1991. C’était le premier pas vers la fin définitive de l’apartheid, consolidé lors des urnes d’avril 1994, avec la victoire de Nelson Mandela.

Avec les informations de RFI (Paris/France)

:: A lire aussi : Boric devant Allende : changements attendus dans la politique chilienne ::

Vous pourriez également aimer...