Le Brésil

Tente des candidats : un cours forme les femmes à entrer en politique

São Paulo – Tenda das Candidatas a lancé des candidatures pour recruter des femmes intéressées à faire de la politique. Avec 90 postes vacants, le cours vise à former de nouveaux dirigeants et à les préparer à une campagne électorale compétitive.

Les cours auront lieu entre novembre 2021 et juin 2022, avec 30 cours au total. Le tout en ligne et d’une durée maximum de deux heures. Les cours englobent la préparation personnelle, financière et émotionnelle des candidats, ainsi que des règles, des conseils et des bonnes pratiques pour une plate-forme politique cohérente.

Hannah Maruci, professeur de sciences politiques à l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), est l’une des responsables du projet. Selon elle, à travers l’information, l’enjeu de la Tente des Candidats est de réduire les inégalités politiques actuelles.

« Le projet est structuré avec des spécialistes dans chaque domaine. Par exemple, dans le premier bloc de cours, il y aura une préparation émotionnelle avec des psychologues qui ont fréquenté d’autres candidats, une préparation à une campagne politique, la sécurité numérique et un autre cours avec Anielle Franco sur les femmes noires en politique », a-t-elle expliqué, dans une interview à Radio actuelle du Brésil, ce lundi (18).

Tente des candidats

Sur les 90 postes vacants du projet, au moins 60 % d’entre eux seront destinés à des femmes noires. les femmes quilombolas ; Les Autochtones, les femmes handicapées et les personnes LBTQIA+ auront chacun 10 % des postes vacants. Selon Tenda das Candidatas, la politique doit refléter la composition de la société brésilienne afin de pouvoir, dans la pratique, développer des projets qui bénéficieront à l’ensemble de la population.

Il s’agit de la deuxième édition du cours. Le premier, qui s’est tenu en 2020, a montré qu’il existe une demande de participation à la politique élective, explique Hannah. « Nous avons eu plus de 400 candidatures, mais nous n’avons sélectionné que dix femmes, car c’était la capacité à l’époque. Deux femmes ont été élues. Donc, pour cette deuxième saison, nous avons vu qu’il est possible d’aider, à travers les bons outils, les femmes qui sont intéressées à entrer en politique.

Le projet aura également une extension, pour les candidats élus et aussi pour les non-élus. « Il y aura une classe spécifique sur la violence politique, qui est institutionnelle et sociale, qui se poursuivra après leur élection. En fait, notre idée est de faire un prolongement du parcours pour les femmes élues et aussi pour les femmes non élues, qui repartent traumatisées et blessées pendant la campagne. Cette violence est une barrière solide et nous devons la surmonter », a-t-il conclu.

Les candidatures sont dues jusqu’à mercredi prochain (20) et peuvent être déposées sur le site Web de la tente des candidats.

suivre l’entretien

Vous pourriez également aimer...