La Colombie

Tour de Babel

La tradition raconte que la tour de Babel était une construction des descendants de Noé, autrefois sauvés du déluge universel. Ils voulaient émuler avec Dieu et cela, en représailles, a supprimé la seule langue dans laquelle ils se comprenaient, pour faire place aux différentes langues, ce qui a stoppé leur évolution et qu’ils ont pu réaliser ce qu’ils se proposaient de faire. Il a écrasé leur arrogance et a coupé leur prétention de dieux. Babel signifie confusion. Le langage universel, créatif et absolument puissant a été oublié et les humains parlant dans leurs différentes langues sont obligés d’évoluer de la confusion pariant plus sur le mal que sur le bien. Ils ne peuvent pas communiquer!

Qui croire? Qui écouter? Toute explication donnée peut être clarifiée d’une autre manière. Chaque vérité a une autre vérité à ses côtés. Chaque position politique a sa contrepartie. Toute idéologie a un rival idéologique. Toute approche mérite une autre tout aussi forte, la première. Dans l’ensemble, il est impossible de tirer une conclusion car absolument tout est susceptible d’être interprété d’une autre manière. Chaque photo a son équivalent, chaque vidéo a un antividéo. À chaque pensée vient sa réfutation. Ensuite?

Le problème ne réside pas tant dans ce qui se passe que dans la manière dont il est interprété, transmis et mis en résonance avec les autres. Nous sommes dans une tour de Babel avec l’obligation éthique impérative de nous écouter pour essayer un minimum dans un langage commun. Il est choquant d’entendre les différentes versions des événements. Il existe toujours une «autre» version. L’homologue saute toujours. C’est écrasant! L’impact émotionnel de tout regarder s’envoler dans une impasse. Quel mot faire confiance?
Pour beaucoup, la confusion sauve. Plus nous perdons le Nord parce que toutes les parties ont un minimum de raison, quelqu’un gagnera. Qui? Comme le disait Humberto Maturana, (biologiste chilien) récemment décédé: «ne pas être de nulle part signifie ne pas être engagé dans une idéologie (…) Je peux penser à tout parce que je n’ai pas de réponses toutes faites à mes questions, mais je s’arrêter pour observer, pour comprendre. Ce qui s’oppose à une idéologie, c’est la réflexion. S’il n’y a pas de réflexion, il y a idéologie. Et n’avez-vous jamais cru en une idéologie? Oui, quand j’étais enfant ».

Que faire? La réponse n’est pas seulement politique et sociale. Cela a à voir avec toi, avec moi. C’est la conscience, c’est la capacité de se rendre compte que la Colombie avait les yeux bandés. La colonne de Yolanda Ruiz où elle demande «comment une famille peut-elle vivre avec 331 668 dollars par mois» est accablante. La responsabilité sociale ne peut être éludée et nous devons tous y contribuer. Certes, dans «les pêcheurs fluviaux en difficulté y gagnent», mais le fait qu’il y ait des excès sur tous les fronts ne justifie pas de ne pas percevoir l’inégalité, l’inégalité. Pour beaucoup, nous sommes encore à la conquête ou dans la colonie, époque où des frontières «invisibles» ont été créées pour classer les «bonnes personnes» et les «autres», héritant des privilèges des «bonnes personnes» qui ont conduit à la supériorité et à leur discrimination opposée. Ça continue encore … L’expression colombienne « tu ne sais pas qui je suis » n’est pas par hasard. La démarcation des frontières légalise l’exclusion.
Cela s’appelle Babel et il semble qu’aujourd’hui nous sommes tous plongés dans sa construction.
.Suivez sur Twitter @revolturas

Vous pourriez également aimer...