Le Venezuela

Tous les bancs de l’opposition proches de Piñera au Congrès

Après la diffusion d’informations détaillées sur les liens entre le président chilien Sebastián Pilera et sa participation à des paradis fiscaux, les députés de l’opposition chilienne ont annoncé ce mardi qu’ils présenteraient une accusation constitutionnelle contre le président, liée aux Pandora Papers, dans la vente de la mine Dominga. compagnie par la compagnie de ses fils.

« Tous les bancs de l’opposition se sont mis d’accord pour lancer un acte d’accusation constitutionnel contre le président Sebastián Piñera », a déclaré Jaime Naranjo, député du Parti socialiste, à la presse au Congrès, entouré d’autres parlementaires.

L’acte d’accusation constitutionnel vise à établir la responsabilité des hauts fonctionnaires, et en cas de succès, il pourrait conduire à la destitution de Piñera, six semaines avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Piñera est au centre de la polémique après qu’une enquête des médias chiliens LaBot et CIPER, qui fait partie des Pandora Papers du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), l’ait lié à la vente en 2010 de la société minière Dominga via une société détenue par ses enfants, l’homme d’affaires Carlos Délano – un ami proche du président – pour 152 millions de dollars, et qu’une grande partie de l’opération a été réalisée dans les îles Vierges britanniques.

De même, une clause controversée a été incluse qui subordonnait le dernier paiement de l’entreprise à « ne pas établir une zone de protection de l’environnement sur la zone d’exploitation de la société minière, comme le prétendent les groupes environnementaux », une décision qui tombe sur la figure du président chilien.

« Les motifs et les fondements de cette accusation seront fondés sur la violation du principe de probité [que obliga a los funcionarios públicos tener un desempeño honesto y leal] et aussi pour avoir gravement compromis l’honneur du pays », a ajouté Naranjo.

Piñera a rejeté toute accusation et conflit d’intérêts possible après avoir confirmé que tous ses actifs étaient placés sous une fiducie aveugle depuis sa première présidence (2010-2014) et qu’il avait été démis de tout crime après que la justice eut enquêté sur les événements en 2017.

Les députés présenteront l’accusation constitutionnelle la semaine prochaine et entendent qu’elle soit votée à la Chambre des députés avant le 21 novembre, date du premier tour de l’élection présidentielle.

Vous pourriez également aimer...