Le Brésil

Traité de Methuen | Politiser!

Tout au long de l’histoire, plusieurs traités internationaux ont été signés avec les objectifs les plus divers – dont beaucoup définissent le développement des chemins de différentes nations. C’est le cas, par exemple, des traités tels que Versailles (1919), Tordesillas (1494) et la paix de Westphalie (1648).

Chacun de ces accords est porteur d’une histoire. Pour les comprendre, il faut observer non seulement les conditions de chacun, mais aussi les contextes nationaux et internationaux qui les imprègnent. Ensuite, les conditions qui ont conduit à la signature du traité de Methuen (1703) seront décrites, ainsi que sa nature et ses conséquences.

Qu’est-ce que le traité de Methuen ?

Le traité de Methuen, également connu sous le nom de traité des draps et des vins, fut signé le 27 décembre 1703. Il réglementait essentiellement les relations commerciales entre le Portugal et l’Angleterre, concernant le commerce, précisément, des draps (par les Anglais) et des vins ( par les Portugais).

Selon les modalités qui y étaient établies, les tissus d’origine bretonne seraient à nouveau autorisés à entrer sur le marché portugais – ce qui avait été interdit dans la seconde moitié du XVIIe siècle. De leur côté, les vins portugais auraient des avantages fiscaux sur le marché anglais, notamment par rapport à leurs plus gros concurrents dans ce domaine, les français.

Il est à noter qu’il s’agissait de l’un des deux traités signés à l’époque, faisant partie de l’ensemble des négociations qui ont conduit le Portugal à faire partie de la Grande Alliance, dans le cadre de la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714). L’autre accord, de nature militaire – signé en mai 1703 – fixait les conditions de l’entrée du Portugal dans l’alliance, alignant le pays sur les puissances maritimes de l’époque – l’Angleterre et les Pays-Bas – en plus du Saint Empire romain germanique et de quelques autres. .

Le traité est nommé pour le rôle important joué par John Methuen et son fils, Paul Methuen, en charge de la négociation de la part de l’Angleterre. Du côté portugais, D. Luís da Cunha a participé de manière pertinente, comme l’a décrit Abílio Diniz Silva, et, principalement, Manuel Teles da Silva, le Marquês de Alegrete.

Il faut noter ici que le traité de commerce, outre sa pertinence historique et ses conséquences, est devenu célèbre dans le domaine économique, représentant un exemple de la Théorie de l’Avantage Comparatif, décrite par David Ricardo.

Quel est le contexte du traité ?

On peut dire que la signature du traité est due à la convergence de facteurs nationaux et internationaux, unissant, par exemple, le contexte de contestation pour le trône d’Espagne et la montée des groupes d’intérêt ruraux à l’administration du royaume. En ce sens, comprenons les principaux facteurs qui ont influencé la signature du traité de Methuen :

La guerre de restauration et les relations européennes (1640-1688)

La seconde moitié du XVIIe siècle peut être considérée comme l’un des moments les plus marquants de la scène politique européenne. Le Portugal n’a pas échappé à cette logique.

Le pays, à l’époque, cherchait à se déplacer entre les pouvoirs après la fin de l’Union ibérique (1580-1640) – une période au cours de laquelle les royaumes d’Espagne et du Portugal étaient unifiés sous une seule couronne. Ce processus s’est déroulé de manière troublée, car, peu de temps après l’accession de João IV comme roi du Portugal, la guerre de Restauration a commencé – combattue entre les Espagnols et les Portugais.

Ce dernier a remporté le litige, quelques années après la mort de Philippe IV, alors roi d’Espagne. Cependant, pour cela, le soutien de pays comme la France, l’Angleterre et les Pays-Bas (Pays-Bas) était nécessaire – conquis par l’intense travail diplomatique promu par la couronne portugaise.

La fin de la période de l’Union ibérique a été importante, surtout compte tenu des accords signés pour le développement du développement portugais. Depuis cette époque, des liens se sont établis entre les Portugais et d’autres puissances – il convient de noter qu’en raison de la nature de la formalisation de ces relations, ces liens ont généralement davantage favorisé ces dernières.

La décadence du sucre portugais et l’incitation à l’industrialisation

Parmi les liens établis par le Portugal, la normalisation des relations avec les Pays-Bas était particulièrement importante. Ceux-ci occupaient la côte nord-est du Brésil, la capitulation des Hollandais ayant eu lieu, définitivement, par le traité de La Haye (1661).

Après le retour de ces terres à Lisbonne, les flamencos s’installèrent aux Antilles. Avec les connaissances acquises sur le production de sucre, né de la période d’occupation au Brésil, ils ont alors commencé leur propre production dans les terres des Caraïbes. Une telle concurrence, comme l’explique Celso Furtado dans son livre Formação Econômica do Brasil (1959), a conduit à une crise du système sucrier portugais – compte tenu des atouts de la production néerlandaise, plus proche de l’Europe par exemple.

Cela aurait généré, comme l’expliquent Sezinando Menezes et Célio Costa, une impulsion à l’un des nombreux cycles d’incitation à l’industrialisation dans la métropole portugaise – qui se produirait toujours en période de flux de faibles revenus en provenance de la colonie.

La politique intérieure au Portugal

Le cycle industriel en question était dirigé par le comte d’Ericeira de l’époque, ainsi que d’autres figures importantes de l’époque, telles que D. Luís da Cunha et Duarte Ribeiro de Macedo.

Ceux-ci, alliés à des groupes de pression et soutenus par leur influence auprès de la cour, ont promu des mesures qui ont favorisé la développement de la fabrication en terres portugaises, comme l’encouragement de l’immigration de spécialistes anglais et, surtout, l’adoption de mesures protectionnistes, comme l’interdiction des articles importés. En ce sens, le pragmatique, promulguée à différentes années, qui interdisait différents produits étrangers, tels que les chapeaux et les tissus, par exemple.

Ces mesures ont servi à stimuler les manufactures portugaises. Cependant, après la mort du comte d’Ericeira en 1690, la pression sur la couronne pour fermer la pragmatique s’est renforcée. Par exemple, en « 1692, les pressions anglaises conduisent le roi à autoriser les marchands portugais à importer des textiles ». De telles actions ont posé de grandes difficultés à l’industrie portugaise naissante, car elle ne pouvait pas rivaliser avec le niveau de productivité des Anglais – qui vendaient des produits meilleurs et moins chers.

La période qui suit la mort du comte d’Ericeira est marquée, outre le déclin de l’influence des industriels, par l’essor des chiffres liés à l’agriculture au sein de l’administration portugaise. Des exemples en sont la présence, en 1703, du « Duque de Cadaval (président du Conseil de justice) et du Marquis de Alegrete (Président du Conseil des finances) » dans le gouvernement de Pedro II. Ceux-ci recherchaient de meilleures conditions pour la commerce du vin, soucieux du rétablissement du commerce entre les Anglais et les Français, après la fin de la guerre de Neuf Ans (1688-1697) – c’est-à-dire qu’ils cherchaient à garantir des conditions plus avantageuses pour les vins portugais par rapport aux Français.

Le cycle de l’or au Brésil

Un autre facteur qui aurait découragé l’élan industriel portugais a été le début du cycle de l’or dans la colonie brésilienne, qui a rétabli les flux de revenus à un bon niveau pour la métropole – limitant les mesures protectionnistes.

La guerre de Succession d’Espagne (1701-1714)

Il est nécessaire de souligner que la péninsule ibérique est devenue le théâtre d’un différend entre les pouvoirs – avec des différends tournant autour de la succession du roi Carlos II, alors décédé, en Espagne. Avec différents prétendants s’organisant pour monter sur le trône, deux se sont présentés avec le soutien de grands royaumes – Philippe d’Anjou, soutenu par les Français, et l’archiduc Charles, d’Autriche, soutenu par la Grande Alliance (des Anglais, des Hollandais et des Allemands).

Ces deux groupes se dirigeaient vers ce qu’on a appelé Guerre de Succession d’Espagne, dans laquelle le Portugal aurait un rôle prépondérant. En effet, selon le camp qu’elles choisiraient, les puissances maritimes se verraient autoriser ou refuser l’accès à la péninsule.

Le gouvernement portugais, qui cherchait alors à s’établir à nouveau parmi les puissances après la Restauration, a été contraint de rechercher le meilleur moyen de garantir sa sécurité – avec des menaces terrestres des Français, alliés de l’Empire espagnol, et des menaces maritimes de la Grande Alliance. . Pour se définir, le Portugal a demandé des garanties à sa défense, comme par exemple la désignation de troupes et la fourniture de matériel.

Dans ce contexte, le royaume portugais en vint à s’aligner sur les Français. Cependant, l’offre faite par la Grande Aliança était plus avantageuse, offrant plus de troupes et, en cas de victoire, des terres que le Portugal et l’Espagne se disputaient à l’époque, comme Colonia do Sacramento. Par ailleurs, on peut considérer que l’alliance historique que le pays avait avec les Anglais, venant au moins depuis la Restauration, pesait également lourdement.

Ainsi, en 1703, sont signés deux traités. Le premier, signé en mai, a établi le Portugal dans le cadre de la Grande Alliance, en définissant ses termes – un traité essentiellement militaire. Le second, signé en décembre, était un accord commercial qui fixait les conditions du commerce des draps et du vin entre le Portugal et l’Angleterre. Au milieu des tensions impliquant les puissances européennes, quelle que soit la controverse sur le contenu du traité, il serait mauvais d’être en désaccord avec les Britanniques.

Les conséquences de la signature du traité de Methuen

Quant à la signature de l’accord militaire, sa principale conséquence a été qu’elle a permis au Portugal d’être parmi les vainqueurs lors de la signature du Tranquillité de paix (1713), qui mit fin à la guerre de Succession.

Quant à l’accord commercial, il y a essentiellement deux lignes d’interprétation sur les conséquences de ces traités. La première, qui a été marquée dans l’historiographie officielle, est qu’en autorisant l’entrée des tissus anglais dans le royaume, les industries portugaises n’auraient pas pu tenir tête aux anglaises, succombant.

Selon cette ligne, ce serait la raison pour laquelle, malgré des conditions favorables – telles que l’émergence d’un marché intérieur et des ressources excédentaires – le Portugal n’a initié aucune sorte de développement industriel au Brésil : les colonisateurs eux-mêmes n’auraient pas l’expérience nécessaire pour une telle entreprise. Cette hypothèse serait étayée par des noms comme Alexandre de Gusmão et Celso Furtado.

En revanche, les Sezinando Menezes et Célio Costa susmentionnés soutiennent que la signature du traité n’a pas eu cet effet. En effet, les manufactures ont continué à exister au Portugal, les importations ayant eu plus d’impact sur les conglomérats urbains-portuaires, avec peu d’effet sur le reste du royaume.

Ainsi, l’accord n’aurait favorisé que les développement de la production viticole dans le pays et l’augmentation des échanges entre les Portugais et les Anglais – certains auteurs affirmant même que ce traité spécifique était avantageux pour le Portugal, en raison des avantages fiscaux qu’il garantissait à ce pays, et désavantageux pour l’Angleterre, qui se trouverait dans des conditions similaires à ceux des autres vendeurs.

Il est également important de souligner que même avec ces controverses, on peut dire que pendant un certain temps, même avec l’augmentation des échanges, la balance commerciale entre les deux pays était déficitaire – le Portugal important plus qu’exportant. Cette dépense a été couverte par le or brésilien, qui, selon l’historiographie officielle[4], aurait été un élément important de la révolution industrielle en Angleterre.

LES RÉFÉRENCES

Sezinando Luiz Menezes et Célio Juvenal da Costa : Considérations autour de l’origine d’une vérité historiographique : le traité de Methuen (1703), la destruction de la production manufacturière au Portugal, et l’or du Brésil

Felipe de Alvarenga Batista : « Les traités de Methuen de 1703 » : guerre, ports, draps et vins

Abílio Diniz Silva : D. Luís da Cunha et le traité de Methuen

Francisco José Calazans Falcon : L’empire luso-brésilien et la question de la dépendance anglaise – une étude de cas : la politique mercantiliste à l’époque pombaline, et l’ombre du traité de Methuen

Celso Furtado : Formation économique du Brésil


Vous pourriez également aimer...