Le Brésil

TSE interdit les manifestations politiques à Lollapalooza. « Censure absurde », dit le député

São Paulo – Le Tribunal électoral supérieur (TSE) a interdit les actes de propagande électorale lors du festival Lollapalooza et a imposé une amende de 50 000 reais pour les nouveaux événements. Le document a été obtenu par l’analyste des politiques de CNN Thaïs Arbex.

Le tribunal a accédé à la demande du PL, le parti du président Jair Bolsonaro. Selon le parti, il y a eu un crime de propagande électorale précoce lors des émissions de Pabllo Vittar et Marina, qui ont déclaré leur soutien à l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva. Selon la loi électorale, les campagnes commencent officiellement le 15 août.

Dans la décision, le ministre Raul Araújo, rapporteur du procès, souligne que la Constitution fédérale garantit la libre expression de la pensée, « l’expression de l’activité intellectuelle, artistique, scientifique et de communication, indépendamment de la censure ou de la licence ». Pourtant, les artistes cités dans le procès « font de la propagande électorale claire au profit d’un éventuel candidat au poste de président de la République ».

« Les artistes et chanteurs susmentionnés qui se sont produits lors de l’événement musical de testilla, en plus de distiller des commentaires élogieux à l’éventuel candidat, ont expressément demandé au public présent d’exercer le suffrage en leur nom, en vocalisant des paroles de soutien et en brandissant un drapeau et un accessoire dans référence au pré-candidat de votre choix », indique le ministre dans le document.

La censure

« La censure du TSE contre Pablo et Lollapalooza est absurde. Quel est ce pays dont l’expression d’opinion s’est transformée en propagande politique précoce ? », a déclaré la députée Erika Kokay (PT-DF) sur les réseaux sociaux.

« L’argument du président autoritaire est la manifestation de @pabllovittar en faveur de Lula. C’EST LA CENSURE ! Le bolsonarisme utilise un dispositif arbitraire pour faire taire ceux qui ne défendent pas sa politique. Il a peur ! », a déclaré la députée Talíria Petrone (Psol-RJ) sur son compte Twitter.

Lire aussi : Pour la démocratie et la mémoire, contre les risques de coups d’État, les mouvements font une nouvelle « Marche du silence »

Historique

Le TSE a jugé une affaire similaire en 2018, lorsque le chanteur Roger Waters, chanteur principal du groupe Pink Floyd, a critiqué Bolsonaro lors de concerts organisés au Brésil. La candidature de Bolsonaro a poursuivi Fernando Haddad (PT) et Manuela D’Ávila (PCdoB) pour abus de pouvoir économique.

À l’unanimité, le TSE a rejeté l’action. Pour les ministres, Haddad et Manuela ne pouvaient être tenus responsables du discours du chanteur. A l’époque, les ministres avaient souligné qu’il n’était pas prouvé que les concerts de Roger Waters aient eu un quelconque impact sur le résultat des élections.

Vous pourriez également aimer...