Le Venezuela

Un cardinal parmi les 10 jugés pour corruption au Vatican

Dans un processus sans précédent, impulsé par les réformes du pape François, le Vatican jugera dix personnes pour des crimes liés aux investissements immobiliers du secrétaire d’État à Londres, dont le puissant cardinal Angelo Becciu, et le fera également pour la première temps avec les nouvelles normes approuvées par le pontife pour mettre fin à l’apparition des hautes fonctions de l’Église, selon EFE.

Le cardinal Becciu et les neuf autres personnes, dont des travailleurs laïcs et religieux du Vatican et des personnalités de la finance internationale, en plus de quatre entreprises, comparaîtront le 27 juillet prochain à la première audience du procès accusé de délits financiers tels que détournement de fonds, blanchiment d’argent, fraude, extorsion et abus de pouvoir.

Le procès, qui met en lumière l’intérêt du pape à « assainir » les finances du Vatican, est « directement lié aux indications et réformes de Sa Sainteté dans l’œuvre de « transparence et d’assainissement » face aux « activités spéculatives illégales et néfastes », a souligné le Vatican en annonçant cette initiative inhabituelle.

C’est François lui-même qui le 24 septembre, et par surprise, contraint Becciu à démissionner de son poste de préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints et les droits du cardinal pour son implication dans divers scandales financiers et peut-être en vue de probables poursuites.

« Un schéma »

Becciu, 73 ans, qui a toujours clamé son innocence dans le scandale de plusieurs millions de dollars impliquant l’achat par le Vatican d’un immeuble dans l’un des quartiers les plus riches de Londres, devient le plus haut responsable du Vatican accusé de crimes financiers.

Le cardinal, accusé de détournements de fonds et d’abus de fonction également en faillite, ainsi que de corruption, est soupçonné d’avoir ordonné des versements d’une valeur de 575 000 euros à une autre des prévenues, Cecilia Marogna, et l’enquête a permis de vérifier que ces sommes « ont entièrement, pour faire des achats », selon le portail Vaticanews.

De plus, il est crédité du financement des entreprises de son frère avec des fonds du Vatican.

Pourtant, il nie tout et se revendique « victime d’un complot délibéré » qui l’a exposé « pendant ces longs mois », au cours desquels « tout a été inventé » à son sujet, « à un pilori médiatique sans précédent (…) , souffrant en silence, même pour le respect et la protection de l’Église, à laquelle j’ai consacré toute ma vie ».

« Enfin, le moment de la clarification est venu, et la Cour pourra voir le mensonge absolu des accusations portées contre moi et les sombres complots qui les ont manifestement soutenus et nourris », a déclaré Becciu aujourd’hui après avoir entendu son accusation.

L’investigation

L’enquête, ouverte en juillet 2019 à la suite d’une plainte de l’Institut des œuvres de religion et du Bureau du vérificateur général, a bénéficié de la collaboration du Parquet et du Noyau de police économique et financière de la Garde des finances de Rome, ainsi que les parquets de Milan, Bari, Trente, Cagliari et Sassari et leurs sections de police judiciaire.

L’instruction de l’affaire, pour laquelle des commissions rogatoires ont été délivrées aux Emirats Arabes Unis, en Grande-Bretagne, à Jersey, au Luxembourg, en Slovénie et en Suisse, « a permis l’établissement d’un large réseau de relations avec des acteurs des marchés financiers qui ont généré des pertes considérables. pour les finances du Vatican, ayant également utilisé les ressources réservées aux œuvres de charité personnelle du Saint-Père ».

Au total, la secrétaire d’État a investi plus de 350 millions d’euros dans la propriété londonienne, selon les médias du Vatican, sans connaître le montant total des pertes, bien que toutes ces données puissent se révéler au cours du procès, qui deviendra sans doute dans un centre d’intérêt des médias mondiaux.

La secrétaire d’État a déjà annoncé qu’elle se constituerait partie civile dans la procédure et qu’elle sera représentée par l’ancienne ministre italienne de la Justice Paola Severino.

Les nouvelles règles

Autre nouveauté du procès, c’est qu’il sera régi par les nouvelles normes émises par le pape le 30 avril dans un « motu proprio » (document pontifical) qui attribue d’éventuels procès pénaux aux cardinaux et évêques à la justice ordinaire du Vatican. désormais compétence de la Cour de cassation (Suprême).

Bien qu’on ne sache pas si Francisco avait déjà à l’esprit que Becciu allait être poursuivi, la vérité est que le texte a modifié la juridiction des organes juridiques de l’État du Vatican dans le but d’atteindre « l’égalité » en matière de justice.

« L’exigence prioritaire est que, également avec des changements réglementaires opportuns, le système procédural existant émerge l’égalité de tous les membres de l’Église et leur dignité et leur position égales, sans privilèges qui remontent dans le temps et ne sont plus compatibles avec les responsabilités de chacun dans la « aedificatio Ecclesiae » (construction de l’Église) », a déclaré le pape.

Vous pourriez également aimer...