Le Brésil

Un documentaire expose les conditions de travail dans les plantations de café

São Paulo – L’organisation sociale Oxfam Brasil a lancé le court métrage documentaire la semaine dernière tache de café, dans laquelle il dénonce les mauvaises conditions de travail dans les plantations du Minas Gerais. D’une durée d’un peu moins de 15 minutes, la production est disponible sur YouTube d’Oxfam. « L’informalité, la pauvreté et le travail forcé font partie des problèmes récurrents », informe-t-il.

Le film était basé sur des enquêtes consolidées dans un rapport publié en juillet. Il existe plusieurs témoignages de violations des droits dans l’État qui est le plus grand producteur de café du pays. « Nous avons constaté une routine de violations des droits fondamentaux des salariés ruraux qui travaillent dans les plantations de café du Minas Gerais, tels que le travail analogue à l’esclavage, les bas salaires, le non-respect des droits des femmes et les fausses promesses », rapporte l’entité.

Rien qu’en 2020, 140 travailleuses ont été sauvées des plantations de café au Brésil. Le tout dans le Minas Gerais, selon les données du Sous-secrétariat de l’inspection du travail (SIT), une agence du ministère de l’Économie.

En plus des plaintes impliquant des producteurs, le film inclut également la responsabilité des acheteurs : supermarchés, coopératives et autres entreprises de la chaîne de production. « En plus des pratiques d’esclavage auxquelles ils sont soumis, les travailleurs de la culture du café du Minas Gerais souffrent également d’autres problèmes tels que les bas salaires, l’emploi informel, le manque de représentation syndicale qui garantissent les droits du travail et combattent les inégalités de rémunération entre les travailleurs non- blancs et blancs et entre hommes et femmes.

Recommandations

Enfin, Oxfam fait une liste de recommandations pour les entreprises de la chaîne d’approvisionnement et les supermarchés :

  • Adopter une politique et une approche de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme, en établissant une stratégie pour identifier, prévenir, atténuer et remédier aux violations des droits de l’homme dans les chaînes d’approvisionnement alimentaire ;
  • Faire régulièrement connaître les fournisseurs de la chaîne de leurs marques de café jusqu’au niveau de la ferme ;
  • Publier un document précisant la portée de sa politique de tolérance zéro à l’égard du travail dans des conditions analogues à l’esclavage. Et définir que ses fournisseurs ne peuvent être impliqués, de quelque manière que ce soit, que ce soit dans le même bien ou non, que ce soit par sous-traitance ou par fourniture de tiers, dans des cas de travail forcé ;
  • Adopter une tolérance zéro pour l’informalité et la non-participation, à une convention ou une convention collective, pour les remises sur les salaires liées aux coûts des équipements de protection individuelle (EPI), la nourriture, le logement et l’action des intermédiaires à l’embauche ;
  • Mettre en place des audits inopinés sur les exploitations d’approvisionnement en café pendant la période de récolte ;
  • Établir un processus de dialogue constructif avec les syndicats de salariés ruraux et encourager leurs fournisseurs à soutenir l’activité syndicale dans les exploitations agricoles pendant la période de récolte ;
  • Établir un engagement de salaire vital (salaire décent) pour les travailleurs salariés du café.

Regardez le film complet :

Vous pourriez également aimer...