La Colombie

Un manifestant de «première ligne» affirme que des groupes illégaux paient pour commettre des excès

À l’occasion des excès avec lesquels se terminent de nombreuses manifestations, concentrations et marches dans la ville de Bogotá, en particulier celles présentées dans le au sud de Bogotá dans les localités où une partie importante de leur population a des besoins suffisants, et où le chômage et la criminalité abondent, un membre de la soi-disant « Première ligne » des manifestations, c’est-à-dire que les hommes qui vont au front et avec des boucliers improvisés ou en « étain » résistent à la réaction du ESMAD Il a déclaré dans une interview que des groupes illégaux paient les participants aux émeutes pour qu’ils commettent des actes de vandalisme.

La plupart de ceux qui commettent des actes de vandalisme sont de jeunes habitants des mêmes localités où se déroulent les affrontements, ils sont généralement au chômage, n’étudient pas et vivent dans des conditions de difficultés économiques extrêmes en zones vulnérables où règnent la criminalité, le trafic et la consommation de drogue.

L’homme a dit avoir été témoin que des hommes qui font partie de groupes illégaux arrivent dans la région et sont en charge de offrir l’argent et confier les actions aux protagonistes, plusieurs d’entre eux sont des ordres très clairs comme celui de attaquer les bâtiments officiels, comme cela s’est produit avec la Supercade du Portail des Amériques dans une région où affrontements et excès ont été le pain quotidien depuis le début de la grève nationale qui aura un mois demain.

Le manifestant a indiqué que les « bailleurs de fonds » des excès et du vandalisme sont responsables du fait que des groupes de jeunes se consacrent au milieu des marches et des concentrations, exclusivement à lancer des pierres, bien que l’attaque contre les policiers ne commence pas forcément. au milieu d’une manifestation, les attaques se produisent simplement sans étincelle initiale.

« Oui, ici à Bogotá cela a été vu … Des entités telles que des anonymes qui viennent financer les garçons pour qu’ils se réunissent exclusivement pour lancer des pierres, brûler des policiers et faire ce qui s’est passé ici dans la Supercade pour y mettre le feu et l’a pillé. « 

Le membre anonyme des manifestations dit qu’une journée en tant que lanceurs de pierres et protagonistes du vandalisme est payée à 20 mille ou 30 mille pesos.

Vous pourriez également aimer...