Le Brésil

un pour tous et un pour quelques-uns

São Paulo – Les images des grands actes isolés en vert et jaune à Brasilia et à São Paulo et des plus de 200 manifestations de différentes couleurs à travers le Brésil ont donné le ton pour ce 7 septembre, jour de l’indépendance. Et ils dessinent un pays divisé. D’un côté, les quelque 30% de Brésiliens qui, selon les sondages, soutiennent toujours le gouvernement de Jair Bolsonaro, devant une majorité qui, pas forcément de gauche, aimerait voir sa fin. Cette minorité bruyante, de manière incompréhensible, se prononce en faveur d’un président qui a nié la science, entravé l’accès aux vaccins contre le covid-19 autant qu’il a pu, raillé les morts face à la « petite grippe ». Et ils restent aux côtés d’un leader qui a livré le pays à son sort et regarde, sans bouger d’une paille, le chômage croître, la faim monter, l’inflation monter, le pays brûler sans eau et galoper vers une panne électrique.

Le jour de l'indépendance
Avec un hélicoptère payé avec des fonds publics, Bolsonaro survole un événement à Brasilia qu’il a aidé à organiser ce 7 septembre (Photo: Marcos Corrêa/PR)

Selon la police militaire du district fédéral, 105 000 personnes se sont répandues sur la pelouse sèche de l’Esplanada dos Ministérios à Brasilia. Les menaces d’invasion à la Cour suprême (STF) et au Congrès national, proférées au son des klaxons d’énormes camions et camping-cars dans la nuit du 6, ils ne se sont pas matérialisés. Sous un soleil de plomb, la majorité – composée d’hommes blancs et plus âgés que jeunes – aurait pu écouter le discours répétitif du président de la République contre les institutions qu’ils devaient respecter à la « plume ».

saint nom en vain

Bolsonaro a pris la parole quelques instants après avoir utilisé des hélicoptères achetés et entretenus avec des fonds publics pour survoler l’acte. Peut-être que l’ampleur de la manifestation – plus importante qu’elle n’aurait dû l’être, mais bien plus petite que ceux qui pariaient sur le coup d’État attendu – a freiné l’élan de l’ancien capitaine. « A partir d’aujourd’hui, une nouvelle histoire commence à s’écrire au Brésil. Je demande à Dieu, plus que de la sagesse, de la force et du courage pour bien décider », a-t-il déclaré.

Le jour de l'indépendance
Bolsonaro parle « au nom de Dieu » lors d’événements à Brasilia et à São Paulo, et dit qu’il ne quitte la présidence qu’en prison, mort ou avec la victoire (Photo : Marcos Corrêa/PR)

Le saint nom a été réutilisé en vain à São Paulo, où Bolsonaro s’est également rendu, soutenu par l’argent durement gagné du peuple brésilien. « En ce moment, je tiens à vous remercier tous encore une fois. Dieu merci pour ma vie et ma mission. Et dites à ceux qui veulent me rendre inéligible à Brasilia que seul Dieu peut me sortir de là.

Selon le Premier ministre de São Paulo, 115 000 personnes portaient du jaune vert pour entendre leur président. Le ton était tout aussi antidémocratique, mais un peu plus prudent que celui utilisé à Brasilia. Comme si dans la fuite rapide entre les deux capitales, l’actuel président de la République avait été alerté des dangers qui entourent ceux qui violent réellement les lois brésiliennes.

Crimes de Bolsonaro

Bolsonaro recueille environ 130 demandes de destitution qui reposent en « analyse » éternelle au sein du conseil d’administration de la Chambre des députés depuis l’époque de Rodrigo Maia (DEM-RJ) et maintenant sous Arthur Lira (DEM-AL). Nombreux sont les crimes à responsabilité commis au quotidien dans la présidence de la République par l’ancien capitaine.

Comme l’a expliqué le juriste et gouverneur du Maranhão, Flavio Dino, sur ses réseaux sociaux, dans la loi 1.079/50, article 6, c’est un crime de responsabilité « d’utiliser la violence ou la menace, de contraindre un juge, ou un jury, à prononcer ou omettre de rendre une ordonnance, une sentence ou un vote, ou de faire ou de ne pas faire un acte de sa fonction ». A l’article 359 L, du code pénal, « tenter, par la violence ou la menace grave, d’abolir l’Etat de droit démocratique, empêchant ou restreignant l’exercice des pouvoirs constitutionnels », est passible d’une peine d’emprisonnement de quatre à huit ans. , en plus de la peine correspondant aux violences.

En dehors de Bolsonaro a pris Anhangabaú

D’autre part, Vale do Anhangabaú, à São Paulo, a mis fin aux manifestations du Grito dos Excluídos et du Fora Bolsonaro au Brésil. Et il a réuni les forces progressistes engagées pour mettre fin aux risques posés par le maintien de Jair Bolsonaro à la présidence de la République.

Jour de l'Indépendance à Anhangabaú
Acte de clôture du Grito dos Excluídos, à Vale do Anhangabaú, à São Paulo, a réuni 50 000 personnes, selon les organisateurs (Photo : Guilherme Gandolfi)

Les participants étaient l’ancien maire de São Paulo et ancien ministre de l’Éducation, Fernando Haddad ; la direction du MTST et du Psol, Guilherme Boulos ; le président du PT Gleisi Hoffmann (PR) ; la présidente de l’Union nationale des étudiants (UNE), Bruna Belaz. Des dirigeants syndicaux et des mouvements sociaux ont également manifesté.

« La démocratie n’est pas tombée du ciel, elle est venue de la lutte de la classe ouvrière », a prévenu le président de la CUT, Sérgio Nobre. « Cet acte, contrairement à celui de l’Avenida Paulista, est un acte de solidarité », a-t-il comparé, rappelant les près de 600 000 décès causés par le covid-19 au Brésil. Nobre a également critiqué les privatisations, les retraits de droits, les attaques contre le service public appelant au soutien populaire à la mobilisation, le 14, pour la défense des fonctionnaires et contre le PEC 32. « C’est un jour pour toute la classe ouvrière brésilienne. . »

les gens dans les rues

Gleisi a déclaré que les discours de Bolsonaro le 7 septembre avaient révélé sa peur de la justice. « Il devra expliquer d’où vient l’argent pour payer ses actes d’intimidation », a-t-il déclaré, se félicitant de la participation des Brésiliens au Cri des exclus dans tout le Brésil. Dans plusieurs des centaines d’actes, de la nourriture a été distribuée aux plus nécessiteux. « Notre cause est l’agenda du peuple », a-t-il déclaré.

Fête de l'indépendance à Brasilia
Sous la devise « La vie en premier lieu », des manifestations du Cri des exclus ont distribué de la nourriture aux plus nécessiteux (Photo : Divulgation, acte à Brasilia)

Fernando Haddad a accusé Bolsonaro de « défendre les filles » et a déclaré que le jour où le président répondrait devant le tribunal approchait. L’ancien maire a souligné les différences entre les deux manifestations qui se déroulent dans la ville. A Anhangabaú se trouvaient les défenseurs de la démocratie. A Paulista, ceux qui ont défendu la dictature et le fascisme. « Après trois ans de destruction d’emplois, de vie et d’espoir, que font ces gens à Paulista ? Pourquoi n’êtes-vous pas ici avec nous ? », a-t-il demandé.

Boulos a renforcé l’importance de ce 7 septembre qui montrait que la gauche ne « leur laissera pas la rue », les Pocketnaristas. « Nous n’avons pas peur des menaces de coup d’État. La peur est de l’autre côté. La crainte, c’est Carluxo (conseiller Carlos Bolsonaro), qui devrait être arrêté prochainement.»

Vous pourriez également aimer...