Le Venezuela

Un tribunal britannique remet en question l’autorité de Guaidó au Venezuela

Les avocats de la Banque centrale du Venezuela (BCV) ont averti la Cour suprême britannique de statuer sur l’or vénézuélien détenu au Royaume-Uni que l’opposant Juan Guaidó n’exerce aucun pouvoir dans le pays, rapporte AVN.

L’avocat Jeffrey Jowell a clairement fait savoir aux cinq magistrats de la plus haute instance judiciaire, le deuxième jour de l’audience, que « M. Guaidó ne contrôle absolument rien au Venezuela ».

Il a souligné qu’il n’y aurait aucun moyen de superviser la gestion de l’or, dans le cas où il serait remis au conseil d’administration de la BCV nommé par le « président vénézuélien » autoproclamé, puisque, selon l’argument, ces personnes manquent de accès aux archives de l’établissement bancaire.

De même, Jowell a souligné qu’ils n’avaient pas non plus d’infrastructure locale, il n’y aurait donc aucun moyen de vérifier que les fonds, évalués à environ 2 milliards de dollars, peuvent être utilisés au profit des Vénézuéliens.

L’audience sur l’or vénézuélien devrait se prolonger jusqu’à ce mercredi ou jeudi. Cependant, il est peu probable que les magistrats rendent un verdict dans les prochains jours.

L’année dernière, le litige a été porté devant les tribunaux britanniques, après que la Banque d’Angleterre ait refusé de remettre les réserves d’or à la BCV, car il y avait eu une demande similaire du conseil d’administration nommé par Guaidó.

Dans un premier temps, parce que le chancelier britannique Jeremy Hunt avait reconnu Juan Guaidó comme « président », un tribunal de commerce de Londres a déterminé qu’il avait le pouvoir de disposer des 30 tonnes de métal précieux.

La Cour d’appel a ensuite infirmé ce verdict, estimant que la reconnaissance de Guaidó en tant que président « de jure » (par la loi) n’excluait pas que Maduro soit reconnu par le Royaume-Uni comme président « de facto » (en fait), donc que l’affaire a été portée devant la Cour suprême.

Pese a que Londres mantiene relaciones diplomáticas con el gobierno del presidente de la República Bolivariana de Venezuela, Nicolás Maduro, por razones prácticas, este martes reiteró, en una declaración remitida a la Corte Suprema, su reconocimiento al líder opositor como “único presidente legítimo” du Vénézuela.

Pour cette raison, l’avocat Nicholas Vineall a souligné que cette déclaration confirme que les autorités britanniques ne reconnaissent Guaidó que comme « chef de l’État », mais pas comme chef du gouvernement.

Toute reconnaissance « de facto » comme chef du gouvernement serait irrationnelle car il n’exerce aucun pouvoir au Venezuela, a-t-il souligné.

De son côté, Jowell a demandé aux juges de tenir compte du fait que le conseil d’administration de la BCV nommé par le président Maduro a demandé à la Banque d’Angleterre de remettre l’or au Programme des Nations Unies pour le développement pour être en charge de l’achat de fournitures médicales destinées à lutter contre le Covid-. 19 et réduire la pauvreté au Venezuela.

Vous pourriez également aimer...