Une amende millionnaire à une entreprise américaine pour avoir employé des enfants immigrés

Le Département du Travail (DOL), à travers un communiqué, a officialisé la sanction à une entreprise du Tennessee pour plus de 300 mille dollars. Cette amende est venue pour avoir employé Des jeunes de 14 ans doivent utiliser des « machines dangereuses » et en les obligeant à travailler plus d'heures que ce que la loi autorise, ce qui viole la réglementation sur le travail des enfants aux États-Unis.

L'usine Tuff Torq Corp doit payer une amende de 296 951 $ et se conformer aux lois fédérales sur le travail des enfants à l’avenir. Cette entreprise est responsable de la création de composants d'équipements électriques pour des marques de premier plan telles que John Deere, Toro et Yamaha. C’est pourquoi, pour tout le monde, il était surprenant qu’une entreprise aussi connue soit sanctionnée pour avoir travaillé avec des mineurs.

Comme si cela ne suffisait pas, l'entreprise doit réserver 1,5 million de dollars en relation avec l'emploi des 10 enfants qui travaillaient dans leur usine de Morristown, Tennessee. Avec cet argent, le ministère du Travail a annoncé qu'il serait utilisé au profit de tous ces mineurs, qui bénéficieront d'une série d'aides de l'État.

En 2023, le Le DOL a enquêté sur plus de 955 cas de violations du travail des enfants, qui a impliqué plus de 5 792 enfants dans tout le pays d’Amérique du Nord. De plus, plus de 502 enfants employés en violation des normes relatives aux métiers dangereux ont été inclus dans ces enquêtes.

À la suite de toutes ces enquêtes, le ministère du Travail a réglé ces violations en imposant un grand nombre d'amendes aux employeurs. Ces sanctions économiques Elles s'élèvent à plus de 8 millions de dollars de sanctions civiles.

Face à cette situation, le ministère du Travail espère que les entreprises du pays cesseront d'embaucher des mineurs pour des travaux pénibles, dans le but de préserver l'enfance de tous ces jeunes. C'est pourquoi, les enquêtes se poursuivront mettre fin à toutes ces violations des droits des enfants.