Le Brésil

Une décennie pour garantir l’avenir de l’océan – Jornal da USP

deux020 a été l’année où la Terre s’est arrêtée en raison de quelque chose d’invisible avec une grande capacité à détruire des vies. En 2021, ce sera le moment où tout le monde devrait voir quelque chose d’immense et avec le pouvoir de soutenir l’humanité: l’océan. Oui, l’océan sera le bal de la saison, et pas seulement pendant un an, mais pendant une décennie afin de devenir un thème commun à tous – que vous viviez sur la côte, mangiez du poisson ou tiriez vos revenus de la mer.

En 2017, les Nations Unies (ONU) ont fait un grand saut en lançant la proposition de Décennie des sciences océaniques pour le développement durable (ou Décennie de l’océan), qui se déroulera entre 2021 et 2030. Comme dans les autres décennies proposées par l’ONU depuis 1960, qui a abordé des questions telles que le racisme et la biodiversité, l’idée est que les pays membres de l’ONU unissent leurs forces vers un objectif commun. C’est un «appel à l’action», pour que la société dans son ensemble soit mobilisée et active par rapport à un certain thème. Pour la première fois, depuis plus de 30 décennies déjà proposées, l’Océan a gagné le feu des projecteurs. Mais pourquoi maintenant?

L’un des facteurs est l’expansion des connaissances à son sujet et son influence sur le fonctionnement de la planète. La compréhension que les activités humaines dépendent (et influencent) fortement l’océan, comme la production d’oxygène, est de plus en plus latente. régulation du climat, séquestration et stockage du carbone; biodiversité immense, importante et encore méconnue; en plus de divers autres services écosystémiques.

Un autre facteur est la dégradation dont il souffre. La pollution de divers types, la surpêche, l’invasion d’espèces exotiques, la suppression des habitats et le changement climatique ont un impact sur la biodiversité et les bénéfices que l’océan apporte à l’humanité. La première évaluation mondiale de l’océan, publiée en 2016, était très claire en déclarant qu’aucun endroit dans son immensité n’est exempt d’impacts humains. Trouver des solutions à tant de problèmes est un besoin urgent qui dépend directement de la science.

La Décennie de l’océan a été proposée sous la coordination de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), un organisme des Nations Unies, afin d’étendre les efforts pour inverser cette tendance et la science dont nous avons besoin pour l’océan que nous voulons. À cette fin, la Décennie vise un océan propre, sûr, sain et résilient, productif et exploré de manière durable, prévisible, transparent et inspirant et engageant.

+ Plus

Publié: 08/01/2021

Ces 7 objectifs sont interconnectés et contribuent au développement durable de l’océan et de la planète dans son ensemble. Un océan propre, avec des sources connues et contrôlées de polluants terrestres et marins, est sain et capable de supporter toutes les pressions qui pourraient se produire à l’avenir. La réduction de la pollution réduit le risque de consommation d’organismes marins qui ont tendance à accumuler des composés nocifs pour la biodiversité et la santé humaine.

En plus d’être une source de nourriture, l’océan peut être une source de minéraux (pétrole et gaz) et d’énergie propre (vents et vagues) qui doivent être exploités de manière rationnelle et en partager largement les bénéfices avec la société. Le développement d’une économie océanique dépend de la sécurité de ceux qui y travaillent, comme les pêcheurs et les marins, ou de ceux qui en sont influencés, comme le tourisme dans la zone côtière.

Pour que l’utilisation durable de l’océan se produise, il est essentiel que nous puissions prédire le comportement complexe du biome marin, qui dépend de la génération et du partage des données. Par conséquent, les connaissances sur le plus grand environnement de la planète doivent être largement diffusées afin que la société comprenne son importance et soit inspirée et impliquée dans sa protection.

Ainsi, pour surmonter les défis imposés par la recherche de la durabilité de l’océan, il est nécessaire de générer des connaissances et d’élargir leur compréhension et leur appréciation par la société. Par conséquent, il est essentiel que les actions de communication et de diffusion du milieu marin et les connaissances scientifiques produites soient considérablement élargies. Les gens devraient avoir la possibilité d’élargir leurs connaissances sur le fonctionnement de l’océan et sur l’importance et les influences dans la vie quotidienne.

Une stratégie consiste à insérer le thème dans les programmes des écoles primaires et secondaires du pays. Un autre front correspond au rôle que jouent les médias dans la communication sur l’océan – un thème qui apparaît fréquemment dans les médias, mais pas nécessairement de manière appropriée ou informative.

Il est également essentiel de jouer un rôle large et intégré dans la formation des enseignants, notamment pour développer des stratégies sur la façon d’aborder l’océan en classe, compte tenu des différentes réalités du pays. Compte tenu du caractère transversal de l’Océan, l’intériorisation du thème dans les cours de premier cycle est urgente, quel que soit le domaine spécifique de la formation des enseignants: biologie, géographie, physique ou chimie, puisque toutes les matières interagissent d’une manière ou d’une autre. l’autre avec la mer.

Il est également nécessaire d’agir fortement dans la formation des professionnels qui traitent directement ou indirectement de la mer, tant au niveau du premier cycle que du troisième cycle – ce qui nécessite des efforts articulés du ministère de l’Éducation (MEC) et de la Science, technologie et innovation (MCTI). . Mais il ne suffit pas que ces professionnels connaissent la structure et le fonctionnement de l’Océan, ils doivent comprendre la relation entre celui-ci et la société et contribuer à promouvoir le développement durable.

Le Brésil navigue déjà pour atteindre ces objectifs. Entre 2017 et 2018, l’agenda Océan a pris de l’importance ici, en particulier après la Conférence Océan, organisée en 2017 à New York par l’ONU. Plus récemment, en 2020, le MCTI, à travers la Coordination des Géosciences, Océan et Antarctique, a mené un partenariat entre plusieurs institutions pour élaborer le Plan National de la Décennie de l’Océan.

Dans ce contexte, la Chaire UNESCO pour la durabilité de l’océan a été créée en 2018 avec l’Institut d’études avancées et l’Institut océanographique de l’Université de São Paulo afin de promouvoir l’agenda Océan. La chaire entend, entre autres actions, diffuser les connaissances sur l’Océan et encourager la recherche appliquée aux demandes de la société.

L’année 2021 sera un nouvel horizon pour articuler, hiérarchiser et mobiliser des personnes qui rassemblent des visions, des intérêts et des principes différents, pour envisager un avenir pour l’océan qui est ce dont tout le monde a besoin et (non) consciemment veut.

Vous pourriez également aimer...