Le Brésil

Une exposition virtuelle de photos apporte de nouvelles perspectives à la pandémie – Jornal da USP

L’exposition présente les œuvres finalistes d’un concours organisé l’année dernière par le programme USP 60+

Par Juliana Alves

Photo de Nilvane Machado: expression de sentiments quotidiens marqués par la distance sociale – Divulgation / PRCEU-USP

«Le moment de la photographie recouvre légèrement le sentiment d’isolement», déclare Nilvane Machado, l’un des participants à l’exposition photographique virtuelle 50 jours, 50 images, promu par le doyen de la culture et de l’extension universitaire de l’USP (PRCEU). Le spectacle présente des images réalisées par 35 lauréats du concours photographique organisé l’année dernière par USP 60+, ce programme Pro-Rectory destiné à un public de plus de 60 ans. Ouverte le 22 mars, l’exposition présente jusqu’au 10 mai une image par jour, accompagnée d’un témoignage et d’un autoportrait de l’auteur, sur Facebook et Instagram. Au total, 50 images seront publiées.

Pour Nilvane, la photographie est une manière de recadrer, d’exprimer les sentiments quotidiens de distance sociale imposés par la pandémie de covid-19. Elle considère que l’initiative du Pro-Recteur est «très importante», car elle envisage un public encore perçu avec des préjugés en raison de l’âge. Elle dit que c’est un stimulant pour participer à des projets qui utilisent l’art comme stratégie de créativité et d’estime de soi.

Autre participante de l’exposition, Sueli Almeida dit que photographier, c’est mettre dans la production d’images son essence, ses connaissances, sa manière d’être et d’interpréter ce qui se passe autour d’elle. « En ce sens, imaginez ce qu’un jeune de 60 ans a de l’expérience, n’est-ce pas? »

Photo de Sueli Almeida: la nature comme objet photographique et inspiration artistique – Communiqué de presse / PRCEU-USP

La vision des photographes de plus de 60 ans a ses particularités. Ossamu Tazito, qui participe à l’exposition avec une photo dans laquelle il explore de nouvelles variations de couleurs et d’angles, décrit le concours comme une «expérience enrichissante», utile pour exd’encourager d’autres manières de voir les paysages avec lesquels il vit depuis des décennies. «Les détails, les variations de lumière, les décorations de la maison, tout peut avoir un nouvel angle. Nous pouvons développer notre look photographique où, quand et quand nous le voulons », enseigne Ossamu.

Dans les images et les témoignages de chaque subjectivité choisie, la subjectivité est observée, parfois même de manière poétique. Antonio Temoteo expose les craintes d’un avenir incertain face à la quarantaine. Miguel Romero, quant à lui, réfléchit sur l’humanité et l’avenir: «Pourquoi devrions-nous passer par tout ce processus de recyclage intérieur? Que nous est-il encore réservé, pauvres mortels? ». Maria Antonieta Borrillo, quant à elle, en apprend plus sur elle-même, avec des caractéristiques auxquelles elle n’a pas prêté attention, lors de la réalisation de l’autoportrait.

Photo d’Ossamu Tazito: à la recherche de nouvelles variations de lumière et d’angles – Communiqué de presse / PRCEU-USP

Les déclarations des 35 participants à l’exposition 50 jours, 50 images ils permettent au public de savoir ce que c’était de photographier à distance sociale et d’expérimenter tout au long du processus. Sueli Almeida, par exemple, explique qu’elle s’est sentie privilégiée de vivre dans une maison avec une cour arrière, où elle vit parmi les fleurs et les animaux qui «remplissent divers moments des jours et de l’âme». Cet environnement a abouti à la capture de belles images – l’une d’elles, présente au salon, a fixé un colibri parmi les fleurs.

Sueli travaille avec la photographie de spectacles de théâtre, l’un des secteurs les plus touchés par la pandémie de covid-19. Le concours Pro-Rectory a été l’occasion de revenir à la lentille pour des aspects sans rapport avec la pandémie, comme la nature. Elle comprend que le concours était un outil pour «exposer au monde qui est encore vivant, se réinventer et avancer, malgré les regrets».

Selon le coordinateur du programme USP 60+, Egidio Dórea, le jury du concours a été impressionné par la qualité des photos finalistes. «Nous avons eu des participants de plusieurs États du Brésil. En d’autres termes, nous avons réussi à extrapoler les murs de l’Université », célèbre Dórea. Pour lui, le l’impact positif des rapports des participants et la sensibilité montrée dans les images capturées indiquent que l’initiative du pro-recteur a atteint son objectif. Il confirme pour cette année une autre édition du concours, qui sera probablement aussi dans la maquette numérique.

L’exposition virtuelle 50 jours, 50 images peut être visité gratuitement sur les pages de l’exposition sur Facebook et Instagram. Plus d’informations sont disponibles sur la page du projet 50 jours, 50 images.

Vous pourriez également aimer...