Le Brésil

une histoire qui n’existe qu’au Brésil

Avant d’aborder le cas brésilien des fonds de pension, nous devons parler un peu d’histoire.

Les modèles de protection sociale pour les personnes âgées existent depuis longtemps. L’histoire nous montre que dans la Rome antique il y avait déjà un souci de séparer une partie des soldats des soldats et la garantie d’un «lopin de terre» pour qu’ils puissent rester dans la vieillesse. En Angleterre, au début du XVIIe siècle, le «low relief act» (loi de lutte contre la pauvreté, en traduction gratuite). Mais c’est avec Otto Von Bismarck, dans l’ex-Prusse, maintenant l’Allemagne, que le système a gagné en pertinence et en règles plus définies. La Déclaration universelle des droits de l’homme, publiée en 1948, a introduit dans son article 25 le principe de la protection pendant la vieillesse et en cas de perte de moyens d’existence.

Au Brésil, le record connu le plus ancien est celui des officiers du Montepio de Beneficência da orfos e widuços da Marinha, datant de 1725. En d’autres termes, l’humanité est préoccupée par l’entretien des personnes lorsque la capacité de travail a diminué pendant longtemps et qu’elle était sur cette voie que des fonds de pension ont été créés.

Le système de sécurité sociale brésilien est constitué de «piliers» et la retraite privée fermée est un élément important de ce modèle, constitué aujourd’hui d’environ 300 entités, appelées fonds de pension ou entités de retraite privées techniquement fermées (EFPC).

Ces entités sont soutenues par des participants et des sponsors qui contribuent mensuellement, selon un plan de coûts prédéfini, à constituer une réserve qui deviendra un avantage dans le futur. Pour arriver à la valeur du coût de revient, des calculs avec plusieurs facteurs et variables sont nécessaires, parmi lesquels: valeur et type de complément, âge moyen auquel la population assistée arrivera, taux d’actualisation (rentabilité des actifs), entre autres. Chaque année, les fonds de pension doivent présenter un bilan aux régulateurs et à leur collectivité et démontrer quel est le niveau de solvabilité, c’est-à-dire si les ressources dont ils disposent seront suffisantes pour honorer les engagements pris envers le non. Ce processus se produit dans tous les pays où des fonds de pension existent et les locaux sont très similaires. Des changements dans ces hypothèses entraînent des changements significatifs dans les calculs, conduisant à des déficits ou des excédents, selon la variable mutante.

L’augmentation de la longévité a posé plusieurs défis aux gestionnaires, car il sera nécessaire de payer les prestations plus longtemps, par conséquent, la réserve devra être plus importante et pour cela, augmenter la contribution aux coûts ou l’épargne de la sécurité sociale devra rapporter plus afin de maintenir le niveau des paiements, ce qui conduit à des investissements plus risqués. Les placements risqués les plus connus sont les actions en bourse, appelées par les investisseurs «revenu variable». Depuis la crise de 2008, les actifs à revenu variable, en particulier, ont beaucoup souffert, l’économie mondiale étant confrontée à des hauts et des bas constants.

Au cours des années 2013 et 2014, les économies américaine et européenne ont subi de fortes baisses, ce qui a secoué les marchés financiers. Les années 2015 et 2016 ont été particulièrement dramatiques pour les fonds de pension du monde entier. En 2015, l’indice de solvabilité des fonds de pension en Europe était d’environ 94% et en 2016 il était de 95% selon l’EIOPA (Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles). Aux États-Unis, des fonds comme CalPERS et CalTRS avaient des ratios de solvabilité de l’ordre de 70% et en 2016 l’indice moyen des plans BD américains était de 81,2%, mais qu’est-ce que cela signifie?

Cela signifie qu’au cours de ces années, le déficit était élevé, c’est-à-dire qu’à l’époque, les fonds de pension en Europe et aux États-Unis n’avaient pas assez de ressources pour honorer leurs engagements jusqu’à la fin, il manquerait beaucoup d’argent, quelque chose comme 240 milliards de dollars (équivalent à R 1 billion de dollars).

Le plus grand fonds de pension du monde, le GPIF (Government Pension Investment Fund), du Japon, a présenté à lui seul, en 2015, un résultat de déficit d’environ 200 milliards de dollars.

En 2015, les fonds de pension au Brésil ont également subi les conséquences de cette crise mondiale, aggravée par la crise politique qui a culminé avec la destitution de la présidente Dilma Rousseff en 2016. Pour les terres de Pindorama, le ratio de solvabilité des plans BD a atteint 91,5% traduisant, pour honorer ses engagements jusqu’à ce que le dernier bénéficiaire soit en vie, environ 80 milliards de reais manqueraient. En 2016, ce nombre a régressé, mais il affichait toujours un déficit d’environ 60 milliards de reais.

Mais comment ont réagi les participants, les gestionnaires, les régulateurs et les législateurs en Europe, aux États-Unis, au Japon et au Brésil? Y a-t-il eu une action organisée pour comprendre les conséquences et atténuer les risques éventuels, une enquête sur d’éventuels crimes, etc.?

Eh bien, la réponse était très différente ici et ici.

En particulier en Europe, la plus grande préoccupation concernait l’effet de la longévité sur la durabilité des paiements, et des moyens ont été recherchés pour atténuer cette conséquence avec des possibilités de titrisation des passifs. Quant à la rentabilité des actifs, on savait qu’il s’agissait d’une situation cyclique et que la reprise aurait lieu dans quelques années.

Aux États-Unis, il y a eu un débat sur la meilleure façon d’allouer les ressources et sur la question de savoir si l’investissement en bons du Trésor était bon ou non, car ils tendaient à zéro. Quant au revenu variable, il a fallu attendre la reprise de l’économie. Au Japon, seules les allocations ont été évaluées et les politiques d’investissement ont été maintenues, l’appétit pour le risque n’ayant pas changé.

Au Brésil, c’était très différent, avec la performance de personnes et de groupes aux intérêts les plus divers, il y avait une vraie folie, avec des accusations aux managers et beaucoup de désinformation aux participants.

Les groupes politiques se sont vantés qu’il y avait un «trou» et qu’il était nécessaire d’enquêter. Un IPC a été créé avec une exposition médiatique absurde. Les tabloïds quotidiens et les chaînes de télévision ont annoncé l’avancement des «enquêtes» et des «preuves» de mauvaise gestion et de déviations. Le parquet a demandé l’ouverture d’enquêtes sur la base de «preuves alléguées» de mauvaise gestion ou de manque de diligence, mais avant cela, il a averti les journaux et télévisions de couvrir les témoignages et de connaître le contenu des «plaintes». Un groupe de travail a été créé qui a enquêté sur les investissements et n’a informé qu’une partie des investisseurs, les gestionnaires de fonds de pension. Les banquiers et les «professionnels du marché» qui ont investi dans le même actif n’ont pas été mentionnés. Une partialité effrayante.

Au terme de ce parcours, l’IPC a rédigé un rapport de plus de 800 pages avec des explications diverses, de nombreux processus ont été ouverts pour conclure que les gérants n’ont pas agi avec «diligence», car ils n’avaient pas anticipé la crise. Et la clôture en or: ils ont présenté au Congrès national une proposition de «professionnalisation» de la gestion des fonds de pension pour le secteur privé, en choisissant ces professionnels sur le marché.

Deux ans plus tard, le déficit, ou «brèche» comme le classaient les tiers intéressés, avait diminué de plus de 60% avec l’amélioration de l’économie nationale, malgré diverses pierres d’achoppement.

Conclusion: dans le monde entier, les déficits ont été traités comme quelque chose qui se produit dans les investissements à long terme et lorsque la politique d’investissement est suivie, seuls des ajustements saisonniers doivent être effectués et attendre l’amélioration de l’économie et de la vie qui s’ensuit.

Au Brésil, un groupe d’intérêts économiques a transformé le déficit en «fuite» et criminalisé les gestionnaires de fonds de pension. Avec la proposition de transférer la gestion d’actifs d’environ 1 billion de reais vers le marché financier, il a fait croire qu’il résoudrait le problème et qu’il était nécessaire de retirer les travailleurs de la participation à la gestion de leurs ressources.

Ce combat est toujours en cours et devrait durer longtemps. De rares nouvelles apparaissent de temps en temps, renforçant toujours les accusations et lorsque les peines sont effacées, les managers ont une omission scandaleuse. Les participants ont besoin d’une vigilance éternelle, car il y a de nombreux intérêts à saisir l’épargne de sécurité sociale des travailleurs, comme certains pays comme le Chili. Il est essentiel que les travailleurs soient conscients des conséquences des décisions prises dans la gestion de leur patrimoine, surtout lorsque la promesse est très bonne.

Marcel Barros est un ancien administrateur élu de Previ Sécurité, vice-président de l’Association nationale des adhérents aux caisses de retraite et des bénéficiaires des régimes de santé autogérés (Anapar) et représentant des adhérents aux caisses de retraite au Conseil national des caisses de retraite privées (CNPC )

Vous pourriez également aimer...