Une opération sauve 17 personnes du travail forcé dans des restaurants de sushis

São Paulo – Dix-sept personnes ont été sauvées d’une situation de travail analogue à l’esclavage dans le nord de la ville de São Paulo, toutes travaillant dans des restaurants de sushis. Le plat de cuisine japonaise a donné son nom à l’opération, déclenchée après une plainte confidentielle. Tous les établissements appartiennent au même groupe.

Selon le ministère public du Travail, « l’action a constaté que les travailleurs, du Nord-Est, n’étaient pas inscrits sur e-Social, étaient logés dans des conditions dégradantes et effectuaient des horaires de travail pénibles pouvant atteindre 14 heures par jour ». En plus de MPTdes membres de la Surintendance régionale du travail de São Paulo (représentation locale du ministère du Travail) et de la police fédérale ont participé à l’opération Sushi.

maisons insalubres

Ainsi, selon l’inspection, les salariés se trouvaient dans des conditions jugées dégradantes. « Les employeurs logeaient les travailleurs dans deux maisons insalubres, où ils dormaient sur des matelas sales et sans literie, avec des murs humides et complètement moisis et un risque élevé d’incendie dans les lieux », rapporte le MPT. « Les travailleurs de l’une des maisons ont été forcés de partager une douche cassée, en plein hiver, à l’intérieur de la salle de bain sale. L’un d’eux a déclaré qu’il ne s’était pas baigné dans le froid depuis cinq jours. Le contrôleur des impôts Paulo Roberto Warlet da Silva a déclaré que cela, « en plus d’affecter sa dignité, était incompatible avec l’hygiène requise par la surveillance sanitaire dans les restaurants ».

De plus, un témoin dont l’identité n’a pas été révélée a déclaré au groupe de travail que les travailleurs avaient commencé le voyage à 8 heures du matin pour préparer la nourriture, mais que la carte de pointage n’avait été frappée qu’à midi par d’autres personnes. Comme les restaurants prenaient les commandes jusqu’à 23 heures, ils devaient rester jusqu’à ce que le dernier soit servi. « Une autre constatation de la diligence est que les restaurants se sont appropriés les montants versés aux employés, tels que les pourboires, et ne les ont jamais reçus pour les heures supplémentaires », indique le bureau du procureur.

L’entreprise devait justifier de la formalisation des inscriptions et du versement des indemnités de départ. Il s’est également engagé à rénover les logements. En attendant, les employés resteront à l’hôtel. Une réunion est prévue la semaine prochaine pour discuter d’un contrat d’ajustement de conduite (TAC), en plus de l’indemnisation du préjudice moral individuel et collectif. « Beaucoup de gens viennent à São Paulo avec l’idée d’une vie meilleure, mais souvent la réalité que l’on trouve ici est bien différente », a commenté l’avocate du travail Alline Oishi Delena.

A lire aussi :

★★★★★