La Colombie

Vendre au monde

L’un des défis d’attention urgente que le pays a est de savoir comment renforcer la vocation exportatrice de son secteur productif à travers une offre à valeur ajoutée, irriguer l’économie avec de nouvelles sources de ressources, générer des emplois et réduire le solde négatif de la balance commerciale , qui est la différence entre les exportations et les importations.

Pour vendre au monde, il est essentiel de produire des biens qui répondent aux nouvelles tendances de consommation, qui respectent l’environnement, qui facilitent le divertissement et le plaisir, qui génèrent de nouvelles expériences alimentaires ou vestimentaires, comme les vêtements de sport. Bien sûr, il doit s’agir de produits de haute qualité et à des prix efficaces pouvant rivaliser avec l’immense offre, en particulier en provenance de Chine. Pour ce faire, la question que nous devons nous poser est de savoir comment amener nos entreprises à ce niveau.

Une bonne partie de la réponse réside dans ce que l’on appelle les clusters, qui comprennent des chaînes d’entreprises dans des secteurs identiques ou complémentaires qui, avec les centres de recherche, les universités et les entités de développement commercial, promeuvent les forces productives des régions colombiennes.

Or, les clusters sont plus efficaces pour la productivité que les entreprises prises isolément, car il est plus facile d’impacter un large spectre d’unités productives avec les politiques publiques et les bonnes pratiques du secteur privé que de le faire individuellement.

Selon le Colombia Cluster Network, dirigé par Confecámaras, le pays compte actuellement 107 initiatives de cluster, réparties dans 23 départements, dont 78 % sont gérés par 28 chambres de commerce.

Il s’agit d’un engagement important d’augmenter les ventes à l’étranger afin de réduire le déficit commercial du pays, qui au premier semestre s’est élevé à 55,7%, en raison de l’augmentation de 28,4% des importations.

Bien que l’augmentation des importations reflète également l’augmentation de la dynamique économique du pays due à la réactivation de la demande intérieure, il est clair qu’il est nécessaire d’augmenter et de raffiner l’offre nationale vers le marché intérieur et le monde, et de se consolider dans les chaînes de valeur mondiales.

Les clusters constituent une voie solide vers cet objectif de par la force de leurs filières, leur capacité à générer de l’emploi, leur complémentarité régionale, leur potentiel à satisfaire les besoins ou à développer de la valeur ajoutée, et leur contribution à la survie des entreprises qui les composent.

Il ne faut pas oublier que la compétitivité d’un pays se construit à partir des régions rendant efficace la plate-forme à partir de laquelle les entrepreneurs peuvent produire et commercialiser leurs produits, à moindre coût, et dynamiser leurs vocations productives.

En ce sens, un objectif important devrait être de capitaliser sur les opportunités du marché latino-américain, qui comptait en 2020 plus de 650 millions de consommateurs, en profitant des capacités productives des clusters.

Ceux-ci ont été créés et renforcés en Colombie depuis une décennie par les chambres de commerce et parmi eux figurent ceux de l’énergie durable, de la technologie, de la construction, du tourisme, de la mode, de la pharmacie, des protéines blanches, de la pétrochimie, de la métallurgie, de la beauté, des dérivés laitiers, du café, du cuir , la gastronomie.

L’un des principaux axes de la politique publique visant à promouvoir l’internationalisation et la productivité doit donc se concentrer sur les clusters qui, en Colombie, regroupent plus de 240 000 entreprises qui contribuent à environ 35% de l’emploi formel total du pays et ont été déterminants pour faire face à la crise économique causée par la pandémie.

Vous pourriez également aimer...