Le Brésil

Violences faites aux femmes pendant la pandémie : connaissez vos droits !

Violences faites aux femmes pendant la pandémie : connaissez vos droits !  Image : Pixabay.com
Image : Pixabay.com

En 2020, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré un statut pandémique en raison de la première variante du nouveau coronavirus. Une pandémie, c’est quand une maladie provoque une crise inhabituelle. Parmi les effets négatifs, depuis près de deux ans de pandémie, figure l’augmentation des violences faites aux femmes.

La violence est ici considérée comme : la violence physique, psychologique ou sexuelle. Par ailleurs, selon une étude du Forum brésilien de la sécurité publique avec l’Institut Datafolha, présentée lors d’une audience publique à la Chambre pour la défense des droits des femmes, en août 2021, malgré le fait que la violence à l’égard des femmes ait diminué dans les environnements publics, au cours de la pandémie, elle rose à l’intérieur.

Selon l’Agence nationale de la radio :

« Au cours de la dernière année, 1 femme sur 4 de plus de 16 ans déclare avoir subi une forme ou une autre de violence. (…) La proportion de victimes est plus élevée chez les femmes noires et les plus jeunes »

Selon une enquête de l’Institut Datafolha, en 2020, 17 millions de femmes ont subi une forme ou une autre de violence au Brésil. Parmi ces femmes, 4,7 millions ont été agressées physiquement – révélant que toutes les 8 minutes une femme est battue au Brésil. En outre, l’étude a apporté des données sur le revenu familial des femmes qui ont subi des violences au cours de la période, l’une d’entre elles déclare que 46,7% des femmes qui ont subi des violences ont également perdu leur emploi.

Compte tenu de ce scénario, nous devons comprendre quels sont les droits des femmes dans cette situation.

15 ans de la loi Maria da Penha

Une loi n’est rien de plus qu’un ordre de justice pour créer des règles de comportement pour les relations entre les personnes, dans n’importe quel environnement, aussi simple que cela !

Pour en savoir plus sur les lois, consultez notre contenu ici.

La loi nº 11.340/06, créée il y a 15 ans, est née de la plainte de Maria da Penha Maia Fernandes, une brésilienne devenue handicapée en raison des agressions qu’elle a subies. Maria da Penha, comme tant d’autres victimes, a perdu confiance en la justice brésilienne. En effet, selon les informations du ministère public de l’État de São Paulo :

« Alors que la justice brésilienne prenait le temps d’agir et de tenir l’auteur responsable, quinze ans plus tard, en 1998, avec l’aide du Centre pour la justice et le droit international (CEJIL) et du Comité latino-américain et caribéen pour la défense des droits des Femmes (CLADEM), elle a réussi à faire analyser son cas par la Commission interaméricaine des droits de l’homme de l’Organisation des États américains (OEA). Dans la pétition, il était allégué qu’« il existe une tolérance de la violence contre les femmes au Brésil, car il n’a pas pris les mesures nécessaires pour poursuivre et punir l’agresseur ».

Il convient de noter que pendant des centaines d’années, les femmes ont été considérées comme soumises aux hommes pour diverses raisons, telles que des problèmes économiques, la religion, l’éducation, la culture, entre autres, de sorte qu’à cette époque, la législation brésilienne ne soutenait pas les victimes de violence domestique.

Pour en savoir plus sur le patriarcat, consultez notre contenu ici.

Ainsi, en 1998, Maria da Penha a dénoncé à la Commission interaméricaine des droits de l’homme de l’Organisation des États américains (OEA) les agressions qu’elle a subies de la part de son mari Marco Antonio Heredia Viveros. Après sa dénonciation, le Brésil a été condamné pour omission et négligence. Ainsi, grâce au courage de cette Femme, nous avons maintenant une loi visant à protéger les femmes contre les violences conjugales et familiales.

Comme l’a déclaré Silvia Pimentel, coordinatrice du Comité latino-américain pour la défense des droits des femmes, « la condamnation du pays est une sanction morale, qui contraint internationalement l’État violateur »

Dans ce cas, Maria da Penha a été indemnisée et la commission a exigé que le Brésil se conforme d’une manière « des procédures pénales rapides et efficaces”.

Selon la Cour de justice du Paraná, la loi Maria da Penha définit que « La violence domestique à l’égard des femmes est un crime et indique des moyens de prévenir, de faire face et de punir les agressions ». La loi garantit ainsi l’inclusion et la protection des femmes victimes de violence conjugale et familiale dans divers programmes d’aide.

Cependant, jusqu’en 2021, la loi n’incluait pas la violence psychologique à l’égard des femmes dans sa liste de crimes. Le décret-loi n° 2 848/1940 a approuvé l’inclusion de ce type de violence en tant que délit, passible d’une peine d’emprisonnement de 6 mois à 2 ans et d’une amende.

Ainsi, la loi Maria da Penha définit actuellement 5 formes de violence à l’égard des femmes :

  • La physique – toute conduite portant atteinte à l’intégrité ou à la santé de la femme ;
  • psychologique – lorsqu’il cause des dommages émotionnels, réduit ou nuit à l’estime de soi, perturbe le développement moral et psychologique, la possibilité d’acquérir des biens matériels, le contrôle des actions, des comportements, des croyances et des décisions ;
  • Moral – menaces, gêne, humiliation, manipulation, isolement, persécution, insulte, chantage, ridicule, exploitation, limitation du droit à la liberté.
  • Sexuel – toute conduite qui vous gêne d’être témoin ou de participer sexuellement sans votre désir, lorsque vous êtes intimidé, menacé, forcé, ou vous demandez de vendre ou d’utiliser votre sexualité d’une autre manière, qui vous empêche d’utiliser des méthodes contraceptives, d’être contraint au mariage, à une grossesse, l’avortement ou la prostitution.
  • Équité – tout comportement qui retient, diminue ou détruit partiellement ou totalement vos biens matériels.

La loi Maria da Penha est considérée comme l’une des trois meilleures au monde, par les Nations Unies, pour son caractère innovant, après tout, elle comprend des mesures de protection, des actions de prévention, un soutien aux femmes et des groupes de réflexion pour les hommes.

Outre la protection de la Femme apportée par la Loi Maria da Penha, de nombreuses politiques publiques ont émergé de la Loi n° 11.340/06 pour lutter contre les violences domestiques et familiales, telles que :

  • Maison des femmes brésiliennes (CMB);
  • Service de police spécialisé pour les femmes (DEAM);
  • Centre de référence pour les femmes victimes de violences ;
  • Tribunal de la violence domestique et familiale à l’égard des femmes ;
  • Service d’Assistance aux Femmes Victimes de Violences Sexuelles (SAMVVIS) ;
  • Centre de service pour les femmes victimes de violence (défenseurs publics de l’État et procureurs publics de l’État) ;
  • Secrétariats d’État et municipaux pour les femmes;

Il y a aussi les projets :

  • Maria da Penha va à l’école ;
  • Maria da Penha se rend à Roça, sous la coordination du Ministère de la Femme, de la Famille et des Droits de l’Homme (MMFDH) ;
  • Investissement dans la qualification des femmes comme moyen de rompre la dépendance économique.

Toutes les avancées apportées par les Lois ont conduit à des changements importants dans la vie de nombreuses femmes. Il est indéniable que la Loi a permis la création d’un réseau d’adaptation, impliquant une série d’acteurs capables de promouvoir une prise en charge humanisée des femmes en situation de violence.

Alors pourquoi le nombre de violences à l’égard des femmes est-il élevé et augmente-t-il pendant la pandémie ?

Selon une enquête menée par UNICAMP, réalisée par l’ONG « Gender and Number » et par l’Organisation féministe « Toujours vivant »:

« La dynamique sexiste des ménages de tous les jours a été mise en évidence et intensifiée avec la pandémie, approfondissant les inégalités qui structurent la société brésilienne. »

Cela signifie que pendant la pandémie, les gens ont commencé à passer plus de temps à la maison et que la violence à l’égard des femmes s’est aggravée.

En lien avec ce constat, une enquête menée par la Commission de défense des droits humains des femmes ajoute des données recueillies en rapport avec les agressions subies pendant l’isolement social :

« – 44,9% des femmes n’ont rien fait par rapport à l’agression la plus grave subie ;
– 21,6 % d’entre eux ont sollicité l’aide de leur famille ;
– 12,8 % ont sollicité l’aide d’amis ;
– 8,2% ont recherché l’église ;
– Seulement 11,8 % l’ont signalé à un commissariat pour femmes ;
– 7,5% l’ont signalé à un commissariat commun ;
– 7,1 % des femmes ont fait appel à la police militaire (Appelez le 190 !);
– et 2,1 % ont appelé le Women’s Call Center (Appelez le 180 !) »

Afin de réaliser l’enquête, 2 079 personnes interrogées ont participé et sur 1 089 femmes, 879 ont accepté de répondre au module d’auto-complétion spécifique sur les personnes à qui elles demandent de l’aide.

La loi Maria da Penha garantit la structure d’accueil des femmes, par le biais de canaux de signalement. Cependant, les enquêtes montrent que les appels reçus ne suffisent pas pour que les cas signalés parviennent aux commissariats. Ajouté à ce fait, la portée juridique de la startup Jusbrasil suggère que :

« Le nombre de commissariats et de tribunaux spécialisés est insuffisant et même le comportement sexiste de certains juges et délégués rend difficile le respect de la loi.

En ce sens, il est considéré qu’il y a insuffisance de structure publique adéquate pour accueillir les victimes, car après les plaintes reçues par les voies, même lorsqu’elles sont transmises aux commissariats communs et spécialisés pour femmes ou aux tribunaux,

« Les tribunaux de justice du pays ne prêtent pas suffisamment attention à la loi Maria da Penha. Malgré les recommandations du Conseil national de la justice (CNJ), il y a un manque de budget pour la mise en place de juridictions spécialisées ».

Ainsi, non seulement pour une meilleure application de la législation dans le système judiciaire, mais aussi visant à réduire la situation complexe de la victime brésilienne, certaines propositions sont en discussion au Congrès.

UN SIGNE ROUGE!

Le Congrès brésilien a approuvé, sans vote, la loi 14.188/2021, qui s’appelle campagne : « Panneau rouge contre la violence domestique et familiale ». Dans cette initiative, la femme qui subit des violences peut signer avec un X rouge dans la paume de sa main dans des établissements comme les pharmacies, les hôtels, les marchés, les offices publics et les employés l’accueilleront immédiatement et appelleront la police pour venir en aide à la victime.

C’est pourquoi, NE SOYEZ PAS SILENCIEUX! BRISER LE SILENCE! C’est peut-être le moyen le plus efficace de contenir la violence, DEMANDER DE L’AIDE!

Laissez votre avis dans les commentaires ! Quelles mesures devraient être prises pour aider à lutter contre les violences faites aux femmes pendant la pandémie?

LES RÉFÉRENCES

Connaissez-vous déjà notre chaîne YouTube ?


Vous pourriez également aimer...