Le Brésil

La gauche a des chances de se présenter au deuxième tour à São Paulo, selon un politologue

São Paulo – Le sondage d'Ibope sur les intentions de vote, publié jeudi (15), indique Celso Russomanno (républicains) et Bruno Covas (PSDB) en tête de la course à la mairie de São Paulo. Cependant, le politologue Aldo Fornazieri estime que les prévisions basées sur des enquêtes à ce stade sont prématurées et que la gauche pourra se présenter au second tour des élections.

Selon Ibope, Russomanno apparaît avec 25% des intentions de vote, tandis que l'actuel maire Covas en a 22%. Le troisième est Guilherme Boulos (Psol), avec 10%, Márcio França (PSB) apparaît avec 7% et le candidat PT, Jilmar Tatto, figure avec 4%.

Pour le professeur de la Fondation de l'École de sociologie et de politique de São Paulo, il n'est pas encore possible de prédire quel sera le scénario pour le jour des élections, puisque la propagande électorale a récemment commencé. «Tout est encore prématuré. L'enquête elle-même montre que dans le 40% spontané n'a toujours pas de vote défini, il est donc possible de dire que l'élection est ouverte ", dit-il, dans une interview Journal actuel du Brésil.

Le politologue cite en exemple la course électorale de 2012 à São Paulo. Cette année-là, les premiers sondages sur les intentions de vote mettent José Serra (PSDB) et Russomanno, alors candidat du PRB, avec 26% chacun, et Fernando Haddad (PT) avec 9%, cinq jours avant le début de la période électorale. Des mois plus tard, le PT a été élu.

«Je pense que Covas a de meilleures chances d'aller au second tour, car les votes de Russomanno ne sont pas soutenus. Je pense aussi que la gauche, en passant par Boulos ou Tatto, a aussi des chances d'aller pour un second tour », explique Fornazieri.

Suivez l'interview

Les influences

Avec plus de temps à la télévision et favorisé par l'agenda de la mairie, Bruno Covas était le seul candidat à présenter une baisse du taux de rejet, passant de 31% à 23%. Russomanno a dépassé le toucan dans le pourcentage de paulistanos qui ne voteraient pas pour lui, de 27% à 30%. Ibope a entendu 1 001 électeurs de São Paulo entre le 13 et le 15 octobre.

Aux élections municipales de 2020, Aldo Fornazieri affirme que la télévision et la radio auront une plus grande influence sur le vote des électeurs, remplaçant partiellement l'espace conquis par WhatsApp lors de la course présidentielle de 2018. «Alors que la campagne de rue et les réunions sont restreintes par pandémie, je pense que la télévision et la radio peuvent récupérer cette influence. Les candidats disposant de peu de temps à la radio et à la télévision essaieront de compenser sur les réseaux sociaux. »

Une autre note du politologue concerne la nationalisation des élections municipales. L'expert est catégorique en disant que les questions nationales n'interfèrent pas tellement dans le choix des villes. «Les candidats qui recherchent une politisation nationale ont tendance à perdre. A São Paulo, la personne qui essaie le plus de nationaliser la campagne est Russomanno, se liant au président de la République. Il est douteux que ce type de stratégie ait un effet », a expliqué le professeur.

Vous pourriez également aimer...