Le Venezuela

La gauche espagnole propose un accord pour respecter les élections au Venezuela

Le député du Groupe parlementaire confédéral de United We Can Enrique Santiago a plaidé pour un plan d'observation électorale à convenir, dans le but de reconnaître et de respecter les élections parlementaires au Venezuela par les secteurs de l'opposition.

«Nous sommes surpris qu'ici, il ait déjà été dit qu'il ne peut y avoir de processus électoral au Venezuela, que ce ne sera jamais un processus légal acceptable. Un accord entre le gouvernement et l'opposition est nécessaire, c'est toute l'opposition, pas celle que nous aimons le plus ou que nous approuvons nos positions », a déclaré le député.

Lors de son intervention au Congrès d'Espagne dans le débat sur la proposition de loi présentée par le Parti populaire, dans lequel il sollicite le soutien du Parlement espagnol pour l'opposition vénézuélienne, il a exhorté cette Chambre à respecter les résultats des élections vénézuéliennes afin qu'elle ait crédibilité.

"C'est leur engagement à respecter les résultats qui sont validés par les organisations internationales, dont l'Union européenne, ce qui n'est pas valable, c'est d'accepter les résultats électoraux en fonction du vainqueur", a-t-il déclaré.

Il a appelé les dirigeants espagnols à ne pas utiliser le Venezuela pour faire de la politique en Espagne. "Aidons un processus démocratique, acceptons les résultats et cessons d'utiliser le Venezuela pour faire de la politique intérieure en Espagne", a-t-il déclaré.

Il a rappelé que les processus électoraux vénézuéliens sont ceux avec la plus grande observation internationale en Amérique latine par des organisations telles que l'Organisation des États américains, l'Union européenne et la Fondation Carter, et à sa satisfaction "aucun résultat n'a jamais été contesté pour aucune de ces dernières".

En revanche, le parlementaire espagnol a condamné tous les actes d'ingérence et de violation des droits civils et démocratiques contre le Venezuela.

«Nous trouvons cette obsession de présenter le Venezuela comme le plus grand violateur des droits humains au monde surprenante, alors que le pays voisin, par exemple la Colombie, où déjà 250 signataires de l'Accord de paix ont été assassinés en un an et
signifie, moyen. Chaque semaine, il y a un massacre en Colombie de paysans, plus de 13 tués par les violences policières ces dernières semaines et personne, ceux qui s'en soucient autant », a-t-il dit.

Face aux sanctions et au blocage imposés par les États-Unis (USA), Santiago a déclaré que: «Selon le droit international et la Charte des Nations Unies, seul le Conseil de sécurité est habilité à imposer des sanctions. Venez, exigez l'imposition de sanctions au Conseil de sécurité des Nations Unies, car les blocus économiques et commerciaux causent non seulement des dommages irréparables au peuple vénézuélien mais aussi, au cas où ils ne l'auraient pas remarqué, font perdre des voix à l'opposition. jour après jour".

"Il est du devoir de tous les groupes parlementaires et de la diplomatie en général, de défendre les principes de la coexistence entre les nations civilisées et d'éviter tout type d'ingérence dans les affaires des autres pays", a-t-il conclu.

Vous pourriez également aimer...