Le Brésil

La loi nationale contre la faim met en garde contre l'urgence d'assurer la sécurité alimentaire de la population

São Paulo – Transmis en ligne par différentes organisations de la société civile, la «Loi nationale contre la faim: pour une alimentation et des revenus plus sains pour la population» a marqué la Journée nationale de l'alimentation, ce vendredi 16. Au cours de la mobilisation, le «Manifeste populaire contre la faim et pour le droit de bien manger» a été lancé, signé par 159 entités. Des représentants de la FAO ont participé à la campagne Periferia Viva, CONSEA, Front populaire brésilien, Front People Without Fear, La Via Campesina (Cloc), Plateforme des travailleurs et des paysans, Campagne de revenu de base d'urgence, Via Campesina, CNBB, Campagne Let's Need Everyone (CMP ), Champ d'unité (Contag). De plus, des artistes ont présenté des performances engagées sur la question de l'alimentation et du droit à la terre.

Cet acte a également été marqué par la déclaration faite ce matin par l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva, toujours ce matin.

«Cet acte s'inscrit dans la lutte pour défendre la nourriture, contre la faim, pour la défense des droits des peuples. Cet acte rassemble plusieurs organisations, construites par le Front populaire brésilien, Front People Without Fear, Via Campesina, Forum des centres syndicaux. Ce n'est pas seulement un voyage virtuel. Il a des actes de dénonciation et de solidarité. Nous distribuons de la nourriture à ceux qui en ont le plus besoin. Une alimentation saine est l'outil d'unité entre la classe ouvrière des campagnes et la ville », a déclaré Michela Calaça, du Mouvement des paysannes, de Via Campesina.

Le directeur du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST), Kelli Mafort, a réaffirmé le besoin urgent du pays de remédier rapidement au problème de la faim, qui menace à nouveau la population. «Notre souveraineté alimentaire est menacée. Nous avons des Brésiliens confrontés à la faim. Pour mettre fin à la faim, il est nécessaire de s'engager dans un projet politique qui puisse garantir une alimentation et une vie décente ».

La souveraineté

L'ancien directeur de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano, a participé à l'acte et a attiré l'attention sur l'importance des actions politiques contre la faim. «La faim est une préoccupation constante pour toutes les sociétés. Les producteurs d'aliments sains le savent bien. Plus de 500 millions de petits agriculteurs dans le monde se consacrent à la santé, à l'alimentation et à la vie. »

Pour le spécialiste, le gouvernement actuel du président Jair Bolsonaro méprise la sécurité alimentaire des Brésiliens. «Malheureusement, au Brésil, le souci (de la faim) a disparu dans les derniers gouvernements. Personne ne pense que la sécurité alimentaire de notre peuple est importante dans ce gouvernement. Ils démantèlent ce que nous avons construit à grands frais depuis le premier gouvernement Lula. Il n'est plus question de Zero Hunger, qui a créé Bolsa Família, qui a créé l'achat de l'agriculture familiale pour les repas scolaires, avec des produits frais et sains », a-t-il déclaré.

Crise et faim

Graziano a salué ceux qui luttent pour fournir une alimentation digne et saine à la population et a attiré l'attention afin qu'ils n'oublient pas les citoyens les plus vulnérables. «Comme nous le savons, seuls ceux qui ne combattent pas perdent. Les agriculteurs luttent, ils sont dans la rue, ils attirent l'attention du peuple sur une veille permanente contre la faim. S'il y a une leçon à tirer, c'est que nous ne pouvons pas négliger la faim. La faim revient si nous nous négligeons. Toute crise provoque la soi-disant inflation des pauvres, du riz et des haricots. »

Dans sa participation à la loi nationale contre la faim, la secrétaire générale de la CUT, Carmen Foro, a mis en garde contre le scénario difficile qui attend le pays, s'il n'y a pas de confrontation ferme avec les politiques néolibérales qui guident le gouvernement Bolsonaro. «Le Brésil est revenu sur la carte de la faim. Il faut dénoncer les politiques désastreuses de ce gouvernement. Un gouvernement qui n'investit pas dans l'agriculture familiale. Cela satisfait simplement votre cupidité et votre opposition aux politiques de garantie alimentaire. Notre devoir est de faire pression sur le Congrès, de faire des propositions et de dénoncer le terrible retour de la faim dans notre pays. Continuons, dénonçant les atrocités du capitalisme et cette mauvaise gestion.

Solidarité

Depuis le début de la pandémie de covid-19, des mouvements sociaux dans les campagnes et dans la ville sont descendus dans les rues pour aider à lutter contre la faim en distribuant de la nourriture aux couches sociales les plus vulnérables. «Aujourd'hui est un jour de lutte, pour revendiquer notre droit humain à une alimentation adéquate. Nous dénonçons ce gouvernement et annonçons l'alliance des mouvements ruraux et urbains. Nous sommes dans la rue pour aider les gens, pour faire preuve de solidarité. Nous sommes dans les rues pour apporter la solidarité et lutter pour le droit à une alimentation adéquate », a déclaré Adília Nugueira, de Periferia Viva.

Pour le coordinateur national de la Centrale des mouvements populaires (CMP), Raimundo Bomfim, «en période de crise sanitaire, des millions de personnes souffrent de la faim, malgré un pays aux vastes ressources naturelles et à une production alimentaire vigoureuse, notamment par l'agriculture familiale. Pourtant, malheureusement, notre peuple meurt de faim. CMP a une forte présence en périphérie, menant des actions de solidarité pour atténuer les pires effets. Le revenu de base des citoyens est urgent pour que les gens puissent se nourrir ».

Le théologien Leonardo Boff a rappelé la perversité du système économique qui, au nom de l'intérêt de certains, chevauche la vie en général. "Le Brésil est revenu sur la carte de la faim grâce à des gestions qui privilégient les profits exorbitants du capital, qui n'a ni patrie ni sens humanitaire", a-t-il déclaré.

À son tour, l'actrice Letícia Sabatella a déclaré: «Les jeunes, en particulier les jeunes noirs, continuent de mourir dans les périphéries, incapables de s'émanciper et de produire. Les peuples et communautés traditionnels sont de plus en plus attaqués pour permettre au capital de réaliser plus de profits ».

Vous pourriez également aimer...