Le Brésil

Le gouvernement fait une rhétorique hostile, mais la balance commerciale a accru la dépendance à l'égard de la Chine

São Paulo – Le gouvernement Bolsonar a déjà provoqué des secousses diplomatiques pour des attitudes hostiles envers la Chine («virus chinois», «plan de domination communiste», etc.), mais les relations commerciales n'ont jamais été plus dépendantes du géant asiatique. De janvier à septembre de cette année, 68% de l'excédent du solde brésilien est dû aux transactions avec la Chine. Les données proviennent de l'Indicateur du commerce extérieur (Icomex), bulletin mensuel de l'Institut brésilien d'économie (Ibre), de la Fondation Getúlio Vargas (FGV), publié vendredi (16).

«Au plus fort du boom des matières premières, au début des années 2010, l'excédent commercial avec la Chine représentait même 39% du solde total en 2011», rappelle FGV. "Depuis 2018, le pourcentage de contribution de la Chine a augmenté et atteint 68% de l'année jusqu'en septembre." Ainsi, la balance commerciale brésilienne s'élève à 42,2 milliards de dollars EU en 2020. Sur ce total, 28,8 milliards de dollars EU concernent le pays asiatique. Au cours de la même période l'an dernier, la part était de 56%.

Axe pour la Chine

«L'axe du dynamisme du commerce extérieur s'est déplacé vers l'Asie, ce qui expliquait 49% des exportations et 35% des importations de janvier à septembre 2020. Sur la même période, les pourcentages de l'Union européenne étaient de 14% (exportations) et 17 % (importations) », souligne le bulletin FGV. Avec la seule Chine, les participations sont respectivement de 34% et 21%. «L'effet pandémique, qui a frappé plus fortement l'économie européenne que la Chine, a peut-être accru les différences de participation. Mais ce n'est pas tout, puisque la participation de la Chine dépasse déjà celle de l'Union européenne en tant que destination des exportations brésiliennes depuis 2015. »

Parmi les principaux produits d'exportation brésiliens, on trouve – dans cet ordre – le soja, le minerai de fer, les huiles de pétrole brutes (ou autres), les sucres / mélasses et la viande de bœuf. Dans tous ces cas, le principal acheteur est la Chine. Les données, mises à la disposition du public, proviennent du ministère de l'Économie.

Récession et dollar

Après un premier semestre faible, le surplus augmente cette année. Ainsi, on estime qu'il devrait atteindre 58,5 milliards de dollars au total. Mais ceci est principalement dû à la baisse des importations. 25,5% par rapport à septembre 2019 et 14,4% cumulés. Les exportations, quant à elles, ont beaucoup moins baissé (-9,1% et -7,7%).

«La récession mondiale et domestique explique le scénario de baisse des indicateurs de valeur», commente FGV. "En outre, la forte dévaluation du taux de change effectif réel contribue à freiner les importations et à faire baisser les prix des produits brésiliens dans le commerce extérieur." En moyenne cette année, par rapport à 2019, cette dévaluation est de 28%. "On observe cependant que la forte dévaluation qui a commencé en mars 2020 a alourdi les coûts des secteurs qui utilisent des intrants et des composants importés, comme le secteur automobile et électronique."

Bien après la Chine, les États-Unis apparaissent comme le deuxième partenaire commercial. Les transactions en cours avec le pays de Donald Trump, la plus grande idole de Jair Bolsonaro, s'élèvent à 33,4 milliards de dollars jusqu'en septembre. La valeur comprend les exportations et les importations. Avec la Chine, c'est plus de 78 milliards de dollars. Avec les Américains, cependant, le Brésil accumule un déficit de 3,1 milliards de dollars, comme le montrent les propres données du gouvernement.

Vous pourriez également aimer...