La Colombie

À quoi ressemblera votre vieillesse?

15 mars 2021 – 23h35


Pour:

Gloria H.

La maladie, la vieillesse, la mort sont des sujets «impopulaires». Tous les trois étaient liés à la vie, mais il semble que si nous le pouvions, ils seraient éliminés. Pour l’état d’esprit réussi, ce sont des références sans nom. Mais de plus en plus ils sont plus proches et, ou oui ou oui, il faut leur faire face. Surtout la vieillesse finit par être un «nouveau» sujet parce que les gens n’ont pas vécu aussi longtemps et sont morts jeunes. Atteindre 50 était un exploit. Cependant, aujourd’hui, la vie se prolonge et les hommes et les femmes âgés abondent dans des conditions optimales avoisinant 70 et 80 ans. Et de plus!

J’ai lu sur les réseaux le «compte-rendu de collecte» qu’un père transmet à ses enfants, tous deux professionnels, après le décès de sa femme. L’homme est seul, il semble sans ressources et il se plaint des solutions que ses enfants lui proposent. Nous ne pouvons oublier que les situations idéales sont une chose et la réalité de la vie en est une autre. L’homme de mon histoire n’a pas de filles et il semble qu’il attend que ses fils l’emmènent vivre chez eux. « Tout ce que je leur ai donné, tout ce que j’ai fait pour eux … » comme une facture qui doit être retournée, est la revendication du veuf. Lentement lentement. Regardons l’autre côté. Un professionnel, sa femme, deux adolescents, dans un appartement de trois pièces. Et le beau-père «au chômage», peut-être grognon et prétend-il, essayant de s’intégrer dans cette nouvelle famille. Facile?

Je le répète, personne ne s’attendait à ce que la vie s’étende «aussi longtemps», et cela n’était pas non plus considéré comme l’option d’un soutien financier pour les personnes qui n’ont jamais épargné, une responsabilité désormais assumée par les descendants. Ils n’y ont pas pensé … D’ailleurs, un veuf est différent d’une veuve, pour quelque chose on a détecté qu’il n’y a pas de mendiants dans la rue, mais des mendiants.
Les femmes construisent de meilleurs réseaux de soutien et d’entreprise, tandis que beaucoup d’hommes, machistes et animés par leur opinion, ne le font pas et finissent par gérer une solitude suffocante.

Pour cette raison, bien que non généralisable, il n’en va pas de même d’accueillir un vieillard comme une vieille femme. Sur la table cette réalité qui n’est pas facile à résoudre et qui doit trouver un équilibre. Les parents n’éduquent pas les enfants (nous l’espérons) pour leur garantir de «rendre» la faveur et de servir de soutien dans la vieillesse. Le fardeau de leurs parents ne peut pas être placé sur eux parce que maman et papa n’ont jamais pensé à leur avenir. Donc, là oui, l’affirmation du fils « Je ne t’ai pas demandé de m’amener dans ce monde » semblerait plus qu’évidente. De nombreuses familles considèrent que l’idéal est d’avoir un clan, où tout le monde s’implique avec tout le monde et bénéficie d’un soutien sans restriction. Je le répète, ce n’est pas facile. Le «crâne» du fils ou de la fille ou le conchudo, ou la «bonne vie», ne peuvent pas devenir un fardeau coupable pour le reste de la famille. Les dépendances, quelles qu’elles soient (économiques, émotionnelles, affectives) sont désastreuses. Construire son indépendance est la chose la plus proche du respect et de la santé émotionnelle.

Il existe des alternatives saines pour affronter la vieillesse. Maisons gériatriques, appartements spéciaux? Même si vous pensez qu’il reste «beaucoup de temps à parcourir», c’est soudainement plus rapide que vous ne le pensez. Toutes les personnes âgées ne sont pas des personnes «aimantes», tendres et bonnes. Vous arrivez à la vieillesse avec la valise des frustrations de votre vie. Et croyez-moi, certains l’ont trop chargé. Et ni son monde n’est facile ni ne le sera pour ceux qui l’entourent. Est-ce pour cela que vous pensez déjà à votre vieillesse?
Suivez sur Twitter @revolturas

Vous pourriez également aimer...