La Colombie

Accusations portées contre trois policiers pour la mort de 6 jeunes lors de manifestations à Cali

Trois membres de la Police nationale ont été cités pour la mort de six jeunes lors des manifestations dans le cadre de la Grève nationale de ce 2021. Le processus est mené par l’Unité nationale des droits de l’homme.

Le bureau du procureur a appelé le colonel Edgar Vega Gómez, commandant opérationnel de la police métropolitaine de Cali ; Le lieutenant Nestor Mantilla, commandant du GOES, et le patrouilleur Wilson Orlando Esparragosa, qui doivent répondre du crime d’homicide aggravé.

Les événements pour lesquels les hommes en uniforme sont signalés se sont produits le 3 mai à Siloé, Calypso et Puerto Resistencia, pendant les jours de manifestation, où les citoyens sont morts. José Ambuila, Kevin Antonio Agudelo, Harold Antonio Rodríguez, Heinar Alexander Lasso, Edwin Villa et Miguel Ángel Pinto.

Les trois agents devaient venir témoigner mercredi, cependant, leur défense a demandé un report de la procédure, c’est pourquoi elle était prévue le 9 décembre.

De son côté, Elmer Montaña, avocat des familles des victimes, a non seulement demandé la révocation des agents de leurs fonctions, mais aussi une mesure d’assurance contre les accusés, puisque considère que cela garantirait la « transparence de l’enquête » et cela les empêcherait d’utiliser leur position pour l’entraver.

« En tant qu’avocat des victimes, je reconnais et apprécie le travail accompli par le parquet colombien afin de ne pas laisser impunis les homicides de personnes assassinées par des membres de la police », a déclaré Montaña.

Selon le bilan du ministère de la Défense sur la grève nationale, entre le 28 avril et le 27 juin 2021, 24 décès liés aux jours de manifestations ont été enregistrés.

Pendant ce temps, 1 147 personnes ont été blessées dans des villes telles que Bogotá, Cali, Neiva, Medellín, Bucaramanga, Pasto, Popayán, Pereira, Tuluá, Cartago et Yumbo, et d’autres municipalités de la Valle del Cauca.

Concernant les dommages aux infrastructures, 165 sièges du gouvernement, 26 biens culturels, 28 péages, 4 échelles, 154 caméras de sécurité, 56 caméras photomult et 135 feux de circulation ont été touchés. De plus, 557 véhicules institutionnels, 118 CAI, 3 districts de police, 15 commissariats, 4 sous-stations, une école de formation, entre autres, ont été vandalisés.

A leur tour, les autorités ont procédé à 1 408 arrestations en flagrant délit, 96 par décision de justice, 69 arrestations de mineurs et 73 030 objets tranchants, 1 178 pneumatiques et 2 681 armes à feu ont été saisis.

Vous pourriez également aimer...