La Colombie

Adriana Chamorro et sa deuxième production solo

Adriana Chamorro, la chanteuse et journaliste de Cali qui a mis «  Canela  » en salsa il y a quelques années et qui a enveloppé tout Cali de son «  Embrujo de amor  », présente sa deuxième œuvre musicale en tant que soliste: «  Stay with me  », produite par elle mari Jose Aguirre, directeur de Niche, qui contient 10 chansons entre des reprises et des chansons inédites et un hommage à Gloria Estefan.

Basée à Miami, l’ancienne chanteuse du Canela Orchestra ouvre un espace dans le domaine musical avec son propre projet et sa fondation Vozs Mujer, à travers laquelle elle soutient des femmes plus talentueuses en musique.

Vous etes peut etre intéressé: Les grands paris des chaînes de télévision colombiennes pour 2021

Vous vous êtes fait connaître avec l’orchestre Canela au moment de la fureur des orchestres de salsa féminines à Cali, quels succès avez-vous fait connaître dans le groupe?

J’ai été le chanteur principal de l’Orchestre de Canela pendant 14 années ininterrompues, où j’ai enregistré presque toutes les productions qui ont été faites à cette époque, dont de nombreux succès ont été libérés dans ma voix, tels que ‘Embrujo de amor’, ‘Déjala’, ‘Intrusa et amant »,« Femme et ego »,« Contamíname »et« La borrachera »qui a été un succès à la Foire de Cali. Ce fut une tournée très intéressante où j’ai rencontré beaucoup de monde, de nombreux pays, avec mes compagnons nous avons beaucoup contribué au style de l’orchestre.

Qu’as-tu fait en quittant la scène?

Quand j’ai abandonné Canela, j’ai fait une pause dans les scènes, mais j’ai continué à enregistrer en studio, j’ai participé à différentes productions en faisant des chœurs avec Yuri Buenaventura, Grupo Kema, Grupo Niche avec le maestro Jairo Varela, puis j’ai reçu une invitation du maestro Alberto Barros à son Tributo a la Salsa Colombiana et je suis retourné sur scène avec lui. Pendant deux ans, nous avons travaillé ensemble et j’ai réalisé l’affection des gens, qui m’ont dit de revenir et je suis revenu. Dieu merci, je présente ma deuxième production, «Reste avec moi».

Comment s’est passée l’expérience de travailler avec un musicien et compositeur comme Jose Aguirre?

Cela a été merveilleux, assez fructueux, depuis que je l’ai rencontré, quand il était très jeune, il faisait encore partie du groupe Caney, j’ai pu percevoir l’immense talent qu’il a non seulement en tant qu’instrumentiste à la trompette, mais aussi pour sa façon spectaculaire de jouer de la guitare et de la bas. Quand j’ai découvert ses chansons en tant qu’auteur, je lui ai dit que c’était sa force, le plus grand talent qu’un musicien intégral puisse avoir et que cette veine en tant que compositeur allait le mener très loin. Aujourd’hui je me sens super fier d’avoir réalisé il y a de nombreuses années que Jose est un musicien merveilleux, avec une vertu que très peu ont et c’est qu’il peut gérer dix artistes et chacun trouve un son unique, qui ne ressemble pas au des autres.

Les productions que Jose a faites pour Yuri Buenaventura ne ressemblent en rien à celles qu’il a faites pour Son de Cali ou Diego El Cigala, le groupe pop Kema, Javier Vásquez, Luis Enrique, et ce merveilleux travail qu’il a fait pour Grupo Niche, avec le Cali Big Band ou la Calle Maestra ou pour moi, aucun n’est comme les autres. C’est un musicien qui parvient à comprendre le son de chaque artiste. Il écrit des choses merveilleuses, il y a beaucoup de gens qui ne connaissent toujours pas son côté compositeur et il y a des produits impressionnants qu’il a fait dans la musique.

Que signifie avoir une famille musicale?

On se comprend mieux en termes de temps dont chacun a besoin, les absences, les voyages, les admirateurs et admirateurs, et ça a été très sympa, car notre famille se déplace autour de la musique. Depuis que nous nous réveillons, nous passons toute la journée autour de la musique. Mes enfants sont totalement talentueux, mes sœurs et les frères de Jose. Nous sommes une très belle famille qui croit en l’art et qu’en dépit des circonstances difficiles que nous traversons dans le monde, nous ne sommes pas le dernier maillon de la chaîne, comme beaucoup le disent, mais nous sommes le premier, celui qui guérit le soul, et nous sommes très heureux de le combiner avec la musique et l’amour familial.

Quelle a été l’importance des reprises dans votre carrière musicale? Quel accueil ont-ils eu?

J’ai toujours aimé faire des reprises, il me semble que c’est une façon de sauver de belles chansons que j’ai entendues à un moment donné et que du coup parce qu’elles sont anciennes ou que les artistes ne sont pas actuels, elles sont oubliées. C’est une belle opportunité de montrer aux gens de merveilleuses reprises sur d’autres rythmes. Je soutiens de nouvelles compositions et dans ma maison elle se compose tout le temps, mais j’aime beaucoup les reprises, l’une des plus marquantes de ma carrière est «Déjala», que j’ai chanté avec ma sœur dans le cadre de notre répertoire des Sœurs Chamorro. J’ai suggéré aux propriétaires de Canela de l’enregistrer et Jose a fait l’arrangement pour nous il y a plus de 20 ans et c’est devenu un succès, 15 ans plus tard, un groupe de femmes du Pérou l’a utilisé pour une émission de télé-réalité et a gagné. Chacun des membres a enregistré la même version de Canela, avec les mêmes arrangements et proclamations et c’est devenu un succès là-bas.
J’ai fait ma propre version. J’adore ‘El Cigarette’ parce que ma sœur aînée est demandée à leurs spectacles et je voyais le public le chanter fort et j’ai dit « à quel point ils pouvaient danser », c’est pourquoi nous avons fait une version avec salsa et montuno, avec un solo de La merveilleuse trompette de Jose.

Quelles autres couvertures apportez-vous dans votre prochaine production? Y en a-t-il de nouveaux?

‘Tarde’, une belle version de la chanson de Juan Gabriel, ils vont l’adorer, c’est un rythme différent, et ‘Things of love’ que j’ai fait avec Paula Zuleta, une chanteuse de Cali qui faisait également partie de Son de Azúcar, Canela et était un an avec Grupo Niche, grand ami. Il y a aussi «Le chat sous la pluie», qu’on me demande depuis au moins cinq ans au Mexique de l’enregistrer, nous l’avons fait avec les arrangements de mon beau-frère, Leo Aguirre. Les autres chansons sont inédites, on chante par amour, par dépit, pour les femmes.

Sauce dans les talons

Quelle a été l’évolution des femmes dans le genre salsa?

Les femmes ont eu une participation très importante à la salsa et une grande évolution. Anacaona est une institution féminine qui a émergé à Cuba depuis plus de 80 ans, et ces femmes ont prévalu, bien qu’elles n’aient pas reçu la valeur ou la pertinence qui leur est due, elles seules ont fait leur chemin dans un monde aussi complexe et ont élevé leur nom et le nom de votre pays dans le monde.

En Colombie, les femmes ont joué un rôle important dans la salsa, on suit le chemin de Celia Cruz, il y en a beaucoup qui jouent des instruments, comme Alexandra Albán, une percussionniste de Nariño qui a été fabriquée à Cali, avec des orchestres féminins et aujourd’hui aux Etats-Unis elle est une image De l’une des plus importantes compagnies d’instruments, Meinl Percussion, il enregistre avec Bobby Cruz et Richie Ray, avec Tito Nieves et participe à des événements salsa et pop. Il en va de même pour Elisabeth Timbal, influenceuse dans les réseaux sociaux, le kettledrum de la salsa caleña, et Las Guaracheras. C’est une période de grande évolution en Colombie, au Pérou, à Cuba et à Porto Rico, mais à Cali, nous sommes près d’une centaine de femmes qui fabriquent actuellement de la salsa.

Dans les données

Après sa première production solo de «Lo que me gusta», elle présente «Stay with me» avec les reprises: «Cosas del amor» feat Paula Zuleta; «La cigarette»; «Déjala», «Tarde», «Oigan a este» avec La Tita (rappeur de Cali); «  Voici comment ça s’est passé ici  » avec Los Hermanos Medina (cumbia non publiée), «  El mujeriego  » (version 2020; «  Arte y parte (Ni una más)  » chanson de Jose Aguirre sur la fraternité, avec des chanteuses et instrumentistes de Cali et d’autres pays Et un hommage à Gloria Estefan avec les chansons «Ce ne sera pas facile» et «Volverás».

Adriana Chamorro est la présidente de Vozs Mujer, et Carmen González, chanteuse de Son de Azúcar, la vice-présidente. Ils se joignent aux femmes artistes pour trouver des espaces et les rendre visibles. Elles ont organisé trois éditions du festival Las Mujeres Le Cantan à Cali et des ateliers sur les pépinières et ont une base de données de cent femmes dans l’industrie de la musique. Le mouvement Salsa en Tacones est dirigé par: Adriana, Irmay la Melodiosa, Carmen González et Francia Elena Barrera.

Vous pourriez également aimer...