Le Brésil

Allemagne 33 et Brésil 21 – Jornal da USP

LES exemple d’Hitler qui, en mai 1933, fit la promotion d’un « nettoyage » de la littérature, incitant ses partisans à brûler sur la place publique, dans plusieurs villes allemandes, tous les livres critiquant le régime nazi ou ne respectant pas les normes imposées par celui-ci, le gouvernement Bolsonaro prône une barbarie pas très différente, quoique à plus petite échelle.

L’initiative vient de la Fondation Palmares. Dans une croisade idéologique assumée, l’institution a annoncé qu’elle exclurait la moitié de sa collection bibliographique. La justification présentée par son président, dans le rapport Portrait de la collection : la doctrine marxiste, est que « toutes les bonnes personnes » seraient « choquées de découvrir qu’une institution entretenue avec l’argent des impôts, sous prétexte de défendre les noirs, abrite, protège et vante un ensemble d’œuvres guidées par la révolution sexuelle, la sexualisation des enfants, pour bandidolâtrie et pour un large éventail de matériel pour l’étude des révolutions et des techniques de guérilla ».

La différence avec ce qui s’est passé en mai 1933 en Allemagne, principalement dans les villes où se trouvaient les principales universités du pays, est que les livres que la Fondation Palmares purgera ne seront pas réduits en cendres. Ils seront donnés – qui sait qui et avec quels critères. Dans la panoplie d’auteurs à purger, ouvrant à demi l’ignorance et la vision du monde pervertie des responsables de cette initiative, se distinguent, entre autres, Max Weber, H. Wells, Eric Hobsbawm, Antonio Gramsci, Simone de Beauvoir et Celso Furtado. Ce sont des penseurs dont les travaux sont classés « bizarres » par le rapport.

La Fondation Palmares a annoncé son intention de conserver dans sa collection uniquement les livres à thème noir, à l’exception de ceux écrits par des « Noirs racistes de gauche ». Venant de ceux qui l’ont écrite et prononcée, niant les principes d’altérité et de pluralité du monde civilisé, c’est une phrase abjecte, qui nous ramène à ce que disait la philosophe Hannah Arendt il y a plus d’un demi-siècle, dans Crise de la République, un essai classique sur la violence et les mensonges en politique. « On ne peut se fier aux mots que lorsqu’ils sont sûrs que leur fonction est de révéler et non de cacher », a-t-il déclaré. Que voulait dire le président de la Fondation Palmares avec cette phrase ? Quelle était votre véritable intention – cacher, plutôt que révéler, votre propre racisme ? La stigmatisation des « Noirs racistes de gauche », comme technique de disqualification de ceux qui ne pensent pas comme lui et comme Bolsonaro, renvoie aussi à un autre passage important d’Hannah Arendt dans un texte non moins classique sur la vérité dans la vie politique. « Le résultat d’un remplacement cohérent et total de la vérité des faits par des mensonges n’est pas que ceux-ci deviennent acceptés comme la vérité, et la vérité est calomniée comme un mensonge, mais un processus de destruction du sens à travers lequel nous nous orientons dans le monde réel », a soutenu dans l’ouvrage Entre passé et futur.

La similitude avec ce qui s’est passé en Allemagne il y a près de neuf décennies, lorsque Stefan Zweig, Thomas Mann, Eric Maria Remarque, Bertolt Brecht, Alfred Kerr et Eric Kästner ont été brûlés et/ou persécutés, est aussi inquiétante que tragique et lugubre. Baptisée Loi nationale contre l’esprit non allemand, la combustion de livres faisait partie d’une stratégie du ministre allemand de la Propagande et des Lumières populaires, Joseph Goebbels, pour promouvoir « la synchronisation de la culture aryenne » et réaffirmer « les valeurs traditionnelles allemandes ».

Les actes, en particulier ceux qui ont eu lieu dans des villes allemandes dotées d’universités importantes, ont bénéficié d’une large couverture médiatique. A Berlin, l’incinération a même été retransmise « en direct » par les radios. Ces actes étaient justifiés au nom de « la nécessité d’une purification radicale de la littérature allemande des éléments étrangers qui pourraient aliéner la culture allemande », comme l’affirme le dramaturge allemand Hanns Johst (1890-1978), alors membre d’une des organisations de intellectuels formellement approuvés depuis la montée du nazisme au pouvoir.

Si en Allemagne l’incendie des livres a précédé l’avènement de la censure politique et l’imposition d’un contrôle culturel strict par le régime nazi, au Brésil l’initiative de la Fondation Palmares a été précédée d’une série de mesures autocratiques prises par le gouvernement Bolsonaro. Ils vont des affronts moraux répétés qu’il a faits à la mémoire de l’éducateur Paulo Freire au déni scientifique, dans le cas de la pandémie ; du démantèlement des agences de financement de la recherche à la destruction progressive des écoles publiques ; de la défense de la tradition au mépris des Lumières ; de la dépréciation des doutes méthodiques des intellectuels et des professeurs au soutien sans restriction des pasteurs qui utilisent des dogmes religieux pour entraver l’accès des couches sociales les plus pauvres et les moins instruites aux idées du monde moderne ; de l’offensive contre la liberté de pensée et la chaire à la tentative de caractériser comme « immoralité administrative » les manifestations d’étudiants et de professeurs dans les universités fédérales ; de la censure de l’IPEA à l’asphyxie financière de l’IBGE ; de l’obsession d’imposer un filtre idéologique à l’Enem à l’interdiction faite aux organismes publics de publier des études qui « affaiblissent son image extérieure » ; des manifestations successives contre le Tribunal fédéral à la rupture de la discipline et de la hiérarchie militaire et à la contamination politico-idéologique des officiers subalternes.

La liste est peut-être longue, mais elle a sa cohérence. Il s’agit d’initiatives qui tentent de saper les garanties fondamentales et les libertés publiques et d’atrophier les organes de contrôle institutionnels. Ce sont des initiatives qui tentent également d’utiliser des règles et des procédures démocratiques pour éroder progressivement le régime démocratique – comme le nazisme, puisque Hitler a élu et, une fois au pouvoir, a détruit l’état de droit, mis fin à la sécurité juridique, incendié le Parlement, il a propagé l’antisémitisme. et promu l’Holocauste, assassinant des millions d’origines juives.

Pour cette raison, aussi emblématique que la relation qui peut être faite entre l’incendie de livres en mai 1993 et ​​la purge des livres annoncée par le président de la Fundação Palmares est le cas du chef du Secrétariat spécial à la Culture, le dramaturge Roberto Alvim. En janvier 2020, il a non seulement prononcé un discours à l’esthétique nazie, mais s’est également approprié les discours de Goebbels, affirmant que la culture brésilienne devrait être « héroïque, nationale et impérative, sinon elle ne sera rien ».

Le lien entre cette déclaration et ce que dit le rapport de la Fondation Palmares est clair. « Tout comme un livre exclusivement sur les systèmes hydrauliques sera exclu simplement parce que c’est un livre sur les systèmes hydrauliques, les (livres) marxistes le seront également. Car, à proprement parler, le marxisme et les systèmes hydrauliques n’ont rien à voir avec la portée de Palmares et avec la culture noire », dit le texte. C’est un non-sens, révélant que l’auteur connaît peu l’économie et la sociologie, pas plus qu’il ne connaît l’histoire. Ce non-sens montre aussi qu’il n’a pas le pouvoir de se présenter comme le porte-parole des « bons citoyens » – quoi qu’il entende par cette expression ambiguë, dangereuse et partiale. Et cela laisse encore place au doute, dans le sens où il n’a peut-être jamais entendu parler d’un poète allemand du XVIIIe siècle, Heinrich Heine (1797-1856), pour qui « là où tu brûles des livres, tu finis par brûler des gens ».

Vous pourriez également aimer...