Le Brésil

Avec Biden, l'isolement du Brésil augmentera, dit Celso Amorim

São Paulo – L'ancien ministre des Affaires étrangères (2003-2011) et de la Défense (2011-2015) Celso Amorim prédit que l'isolement international du Brésil, "déjà énorme", devrait s'intensifier avec l'arrivée du démocrate Joe Biden en Présidence des États-Unis. L'alignement «servile» du président Jair Bolsonaro sur Donald Trump, avec le refus, jusqu'à présent, de féliciter Biden pour la victoire dans le conflit électoral, empêche le Brésil d'être considéré comme l'interlocuteur privilégié des Américains dans la région.

«Les États-Unis ne vont pas rompre leurs relations avec le Brésil. Ils ne mépriseront pas le marché brésilien. Mais tout ce qui dépend de la bonne volonté du gouvernement américain, on ne peut pas compter dessus », a affirmé Amorim, dans une interview au programme Magazine Brésil TVT, ce dimanche (8).

Amorim a déclaré que la «soumission totale» du gouvernement brésilien à Trump avait causé «de grands dommages» au Brésil. À titre d'exemple, il a cité l'affaiblissement des relations du Brésil avec la Chine. De plus, dans les organisations internationales, le Brésil s'est éloigné des pays en développement, préférant agir comme un «chien de garde» des intérêts nord-américains.

Il prédit que le gouvernement Biden devrait se concentrer davantage sur le multilatéralisme et le dialogue dans les relations avec d'autres pays, par rapport à Trump. En Amérique latine, l'ancien chancelier estime qu'au départ, il est «peu probable» que la nouvelle administration adopte une position moins interventionniste dans la région.

«Nous assistons à un mouvement et à un moment de reprise pour les forces progressistes en Amérique latine. C'était d'abord l'Argentine, puis la Bolivie. Et aussi le plébiscite au Chili. Tout cela prédit que l'intervention américaine est moins susceptible de soutenir un coup d'État. Du moins, pas maintenant », a-t-il détaillé.

Politique interne

L'élection de Biden renforcerait non seulement l'isolement international, mais devrait également entraîner des changements dans la politique interne du gouvernement brésilien, selon Amorim. Il a cité, par exemple, des pressions "bienvenues" en faveur de changements dans la conduite de la politique environnementale. Biden a promis, par exemple, d'articuler un fonds international pour la protection de l'Amazonie.

Cependant, Amorim a déclaré qu'il était contre d'éventuelles menaces de représailles de la part du gouvernement américain. Ce type de position, selon l'ancien ministre, contribuerait à renforcer une posture «pseudonationaliste» du gouvernement Bolsonaro.

Regardez l'interview

Rédaction: Tiago Pereira – Edition: Helder Lima

Vous pourriez également aimer...