La Colombie

Avec des machettes et des bâtons, les trains de première ligne dans un camp dans le sud-ouest de Bogotá

La polémique sur l’autorisation de la Mairie de la ville de Bogotá à installation du camp des membres de la première ligne vieillit, en tenant compte du fait que la prochaine 20 juilletLors de la célébration de l’indépendance de la Colombie, des marches et des manifestations sont prévues et il est à craindre que les troubles observés dans les premiers jours de la grève nationale ne se reproduisent.

Dans une vidéo, il a été enregistré que, dans les camps installés dans une zone inhabitée de la Le Tintal dans la partie sud-ouest de la ville de Bogotá, près du chenal de la rivière Bogotá et à côté d’immeubles résidentiels, plusieurs jeunes du train dit « de première ligne » avec des bâtons et des machettes simuler des affrontements avec la Force publique.

Le maire de la ville de Kennedy a nié avoir autorisé l’installation des camps, alors que le maire de Claudia López l’a fait, mais malgré le fait que des dizaines de jeunes cagoulés avaient en leur pouvoir machettes et armes blanches, les autorités communales affirment avoir effectué un accompagnement auprès des jeunes installés dans le secteur.

Plusieurs membres de la « première ligne » d’autres villes comme Arménie et Villavicencio Ils se sont rendus dans la ville de Bogotá pour rejoindre leurs pairs installés dans la région d’El Tintal, la ville de Kennedy.

Dans une vidéo, il a été démontré comment des dizaines de jeunes installés sur les lieux s’entraînaient en simulant des confrontations avec la police, pour cela ils ont utilisé armes blanches, machettes, boucliers et bâtons, suscitant l’indignation et la peur chez les habitants des complexes résidentiels voisins.

Selon certains membres des premières lignes installés dans les camps, ceux qui simulent des affrontements sont peu nombreux et ne re-représentent pas tous ceux qui seront là avant le 21 juillet en accord avec le District de Bogotá.

Le secrétaire du gouvernement de Bogota, Luis Ernesto Gomez, a affirmé que différentes organisations accompagnaient ces jeunes, mais que leur fournir de la nourriture et d’autres types d’éléments ne constitue pas un délit, a également indiqué qu’aucune plainte n’avait été déposée pour les expulser et que 12 des personnes hébergées Dans ces camps, ils étaient en réunion avec de hauts responsables de la Gouvernement et avec le maire Claudia López.

« Malgré les positions radicales, nous avons pu montrer que ce sont des jeunes qui s’intéressent à la construction. Nous avons cherché à ce que ces voix qui cherchent à construire avoir un rôle prépondérant si bien que ce sont les violents qui s’isolent, et il faut dire que certains ont permis d’identifier des cas de violences et de micro-trafic. Cette collaboration a même permis de démanteler des groupes de micro-trafic autour du Portail des Amériques qu’ils voulaient se cacher derrière la manifestation », a déclaré le secrétaire du gouvernement de la ville de Bogotá.

Vous pourriez également aimer...