Le Brésil

Bolsonaro est le plus grand coupable de l’inflation, selon l’enquête PoderData

São Paulo – Le président Jair Bolsonaro (PL) est le principal responsable de l’inflation, selon une enquête PoderData publiée ce vendredi (27). Sur les 3 000 personnes interrogées du 22 au 24, 42 % reprochent à Bolsonaro la flambée des prix au Brésil. L’inflation dans le pays (IPCA-IBGE), qui est d’environ 12,13% sur la période cumulée de 12 mois, est la plus élevée depuis octobre 2003, la première année du premier gouvernement du président Luiz Inácio Lula da Silva.

Pour 18% des répondants, la faute revient aux gouverneurs. La pandémie de covid-19 a été citée par 16%, et la guerre entre la Russie et l’Ukraine par 9%.

Parmi ceux qui approuvent le gouvernement de Bolsonaro, la tendance est de blâmer les gouverneurs pour le scénario actuel. Parmi les répondants de ce groupe, 38 % font cette affirmation. Parmi ceux qui désapprouvent le gouvernement bolsonariste, 68% citent le président comme responsable. Une enquête publiée hier (26) par le même institut de recherche montre que 54% de la population brésilienne désapprouve le gouvernement actuel.

Ce sont les plus pauvres (46%) et les habitants de la région du Nord-Est (47%) qui blâment le plus Bolsonaro pour la famine. Le Nord compte la plus grande part de ceux qui blâment les gouverneurs pour l’inflation (33%).

L’enquête montre également que pour 76% de la population, la vie a été affectée par la récente hausse des prix. Ceux qui ne remarquent pas les augmentations ne sont que 1 %, tandis que 20 % disent que ce facteur ne leur nuit pas. Il y a encore 3% qui n’ont pas su comment répondre à l’enquête. Suivant la tendance de la première question, les plus pauvres (80%) et les habitants du Nord-Est (81%) sont ceux qui rapportent le plus de pertes dues à l’inflation.

Parmi les plus riches, 3% déclarent n’avoir constaté aucune hausse des prix, tandis que 66% se sentent lésés.

Selon l’institut, les données tendent à refléter l’affrontement entre Bolsonaro et les responsables de l’État. Depuis le début du gouvernement, Bolsonaro a blâmé les gouverneurs pour le chômage, les prix de l’essence et du diesel et l’ICMS. La lutte est encore plus grande avec les gouverneurs du Nord-Est.

Les postes les plus chers cités dans l’enquête sont les achats en supermarché, selon 47%, et le carburant et le transport, pour 27%. Cet élément était une plainte de 9% des répondants à l’enquête précédente. Et pour 19%, les plus chères étaient les factures d’eau et d’électricité, qui l’étaient pour 38%. Selon les données de l’Agence nationale du pétrole, du gaz naturel et des biocarburants (ANP), les prix du diesel et de l’essence sont à des niveaux record.

L’enquête a été réalisée par le biais d’appels vers des téléphones portables et des lignes fixes dans 301 communes des 27 unités de la fédération. La marge d’erreur est de 2 points de pourcentage. L’intervalle de confiance est de 95 %. L’enregistrement TSE est BR-05638/2022.

Vous pourriez également aimer...