Le Brésil

Bolsonaro est reconnu coupable d’avoir enfreint la loi et d’avoir utilisé le terme « lèpre » dans son discours

São Paulo – Ce n’était pas la première fois et, compte tenu de l’impunité habituelle, ce ne sera peut-être pas la dernière. Dans un discours tenu en décembre, dans la ville de Chapecó (SC), le président Jair Bolsonaro a enfreint une nouvelle loi brésilienne, en utilisant les termes « lèpre » et « lépreux » dans un discours pour désigner les personnes atteintes de la lèpre. L’interdiction d’utiliser ces mots remonte à 1995, après la promulgation de la loi n° 9/010. Mais cette fois, la justice a réagi au vocabulaire du président. Le procès intenté en décembre par le Mouvement pour la réinsertion des personnes atteintes de la lèpre (Morhan).

« Dans le cas spécifique, les termes ‘lèpre’ et ‘lépreux’ ont été utilisés par le représentant dans un discours tenu lors d’une cérémonie officielle de la présidence de la République et dûment enregistré par la télévision nationale du Brésil – NBR », observe le juge Fabio Tenenblat, du 3e Tribunal fédéral, de Rio de Janeiro. La décision a été publiée lundi (17). Découvrez-le dans son intégralité.

« Par conséquent, et encore plus si l’on considère que les normes garantissant les droits fondamentaux doivent être interprétées de manière extensive, il ne fait aucun doute que, du moins aux fins de la loi n° 9 010/1995, il s’agit d’un document officiel. Il y a donc eu manquement à cette règle », a-t-il souligné.

En outre, le magistrat a souligné le danger de préjudice lié au non-respect de la terminologie officielle prévue par la loi n° 9.010/1995. Il a également évoqué la « dette historique » que la société doit aux personnes touchées par la lèpre. « Et, plus que cela, les chocs psychologiques causés par l’utilisation de termes stigmatisants et discriminatoires par les pouvoirs publics ».

décision historique

Au vu de cela, le juge a fait droit à la demande de Morhan. Et il a ordonné à l’Union et « quiconque la représente », donc, y compris Bolsonaro, de s’abstenir d’utiliser le terme « lèpre » et ses dérivés.

Le ministère de la Santé veut raccourcir le temps de traitement de la lèpre

Coordinateur national de Morhan, Artur Custódio célèbre la décision historique qui, selon lui, pose un nouveau jalon dans la lutte contre la stigmatisation de la lèpre. « En même temps que nous agissons pour en finir avec la maladie et avons une politique de réhabilitation décente pour ceux qui ont des séquelles, nous devons combattre vigoureusement la stigmatisation structurelle de la maladie », a-t-il déclaré dans une note envoyée au rapport du Réseau brésilien actuel.

« La Rapporteuse spéciale des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des personnes touchées par la lèpre et de leurs familles, Alice Cruz, caractérise la loi 9010/95 comme l’une des rares lois anti-discrimination contre la lèpre dans le monde », rappelle-t-il. « Il a fallu aller en justice pour chercher à garantir une interdiction qui est déjà prévue par la loi. Lorsque le président fait allusion à la « lèpre » dans un discours officiel, il viole la loi 9010 de 1995. Il porte également atteinte à la dignité des personnes touchées par la lèpre, en utilisant un langage chargé de préjugés. »

D’autres fois

Dans son discours, Bolsonaro a déclaré que « quiconque a lu ou vu des films de cette époque, lorsque le Christ est né, le grand mal de ce moment était la lèpre. Le lépreux était isolé, loin de lui. Aujourd’hui, nous avons aussi la lèpre, mais le monde ne s’est pas arrêté à ce moment-là.

Au cours des dix dernières années, le Brésil a enregistré 312 000 nouveaux cas de lèpre. Le nombre place le pays en deuxième position dans le classement maladie mondiale, derrière l’Inde. « Ici, la moyenne est de 30 000 nouveaux cas par an. Le nombre est resté avec une légère baisse, mais il n’est toujours pas considéré comme significatif de dire que la maladie est en déclin.« , a déclaré le vice-président de la Société brésilienne de dermatologie (SBD), Heitor Gonçalves, dans une interview avec Agence Brésil.

En 2007, l’ex-président Luiz Inácio Lula da Silva a signé une loi qui accordait des pensions aux citoyens qui souffraient d’un congé de maladie. La loi n° 11 520 soutient tous les Brésiliens soumis à l’isolement obligatoire dans les hôpitaux de la colonie jusqu’en 1986, en leur accordant une indemnisation sous la forme d’une pension viagère.

Vous pourriez également aimer...