Le Venezuela

Plasencia répudie les déclarations de Duque sur le dialogue avec l’opposition

Le ministre des Affaires étrangères, Félix Plasencia, a répudié ce lundi les déclarations du président colombien, Iván Duque, sur l’intention de reprendre la table de dialogue national entre le gouvernement et l’opposition.

«Il n’est pas surprenant qu’un homme politique de son acabit, incapable de respecter ce qui a été convenu dans les accords de paix en Colombie, s’exprime ainsi sur les énormes efforts que toutes les parties concernées ont déployés en faveur de la promotion du consensus entre le et Vénézuéliens », a écrit le chancelier de la République sur le réseau social Twitter.

Dans une interview à l’agence EFE, le président colombien a mis en cause les efforts déployés par le gouvernement et l’opposition pour rétablir un processus de dialogue pour trouver une issue à la situation au Venezuela.

« Revenir à table, c’est simplement prolonger l’agonie des dialogues qui n’ont aucun fondement car ce que veut le dictateur, c’est se doter du pouvoir, cela n’a aucun sens », a déclaré Duque.

Duque considérait comme une condition prioritaire que « Maduro sorte de l’exercice de la dictature et de l’usurpation », tout en exprimant son « discrédit » envers le processus de négociation au Mexique, interrompu en octobre dernier après l’enlèvement par les États-Unis (EE USA) de le diplomate Alex Saab.

Les accords de paix, signés en 2016 entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et les anciennes Forces armées révolutionnaires de Colombie, ont été bafoués par le gouvernement Duque. Depuis la signature des accords de paix, 1 287 leaders sociaux ont été assassinés dans ce pays.

De cette façon, Plasencia a souligné que l’obsession de Duque pour le Venezuela empêche l’actuel président de se soucier des vrais problèmes de la nation de la Nouvelle-Grenade, où se déroule un massacre.

« L’obsession compulsive du Venezuela dont souffre le Capo, qui s’est retranché dans le palais Nariño, ne vise qu’à cacher les massacres, les personnes déplacées et la tragédie humanitaire que vit la Colombie, un narco-État sur mesure pour M. . Duque », a-t-il posté. Sur Twitter.

Vous pourriez également aimer...