Le Brésil

Bolsonaro est un symptôme de ce que sont les Brésiliens

São Paulo – La montée de Jair Bolsonaro à la présidence de la République trouve ses racines dans le passé esclavagiste du Brésil, selon Lilia Schwarcz, auteur du livre Encyclopédie noire. Pour l’historien, anthropologue et écrivain, un groupe de Brésiliens s’est senti libre de montrer un visage autoritaire et ségrégateur et, avec cela, a conduit la société à une involution de la citoyenneté, avec pour conséquence un manque de respect pour la démocratie. «Jair Bolsonaro n’est pas une cause, c’est un effet. C’est un symptôme de ce que sont les Brésiliens. Comment pourrions-nous, pendant 400 ans, accepter le système esclave? Comment rendre le racisme brésilien invisible, silencieux? », A-t-il commenté, lors de sa participation à la Programme Giro Nordeste, donne TVE, le 1er avril et re-présenté par le TVT le vendredi soir (9).

Elle rappelle que le Brésil a été le dernier pays à abolir l’esclavage. « Nous l’avons fait après les ‘lanternes’, les États-Unis, Porto Rico et Cuba. » De plus, quand il l’a fait, c’était par «une loi honteuse d’une seule ligne:« il n’y a plus d’esclaves au Brésil ». Il n’y avait pas de politique d’inclusion. La Première République a promis l’inclusion, mais a abouti à l’exclusion sociale ».

De plus, le pays était, de loin, celui qui accueillait le plus de population africaine. « Sur les 12 millions qui sont arrivés dans les Amériques, 4,8 sont arrivés au Brésil et nous savons que nous avions des esclaves dans toutes les régions de l’Etat ». La conséquence a été une société avec un langage violent. «Les Brésiliens ont montré leur visage», résume-t-il.

Des ressentiments

Lilia Schwarcz poursuit le raisonnement en expliquant qu’avec la fin de la dictature, cette facette de la société s’est endormie, mais après le coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff, en 2016, «une partie de la population qui a ressenti du ressentiment pendant 30 ans de démocratie, croyant que j’avais perdu les droits sur de nouveaux agents sociaux qui avaient gagné de l’espace depuis la Constitution de 88 – je veux dire les femmes, la population LGBTQI +, les quilombolas, les peuples autochtones. Cette population rancunière a trouvé un espace pour manifester », a-t-il ajouté.

Sur la base de recherches, il révèle que l’intolérance envers la race, la religion, le sexe, la région et la génération, a augmenté de 80% de 2017 à 2020. «En d’autres termes, le Brésilien qui aimait être représenté en pacifiste, a soudainement changé son image. Le Brésil est champion du fémicide, mais ce n’est qu’en 2015 que le terme est entré dans notre vocabulaire ».

Se battre pour la liberté

Pour lutter contre cette intolérance, l’un des moyens est d’utiliser des politiques telles que les quotas, mises en œuvre et développées au Brésil sous les gouvernements Lula et Dilma. «Le Brésil va devoir être inégal pour égaliser. Et aussi parce que plus nous sommes diversifiés, mieux nous serons ».

C’est dans ce contexte qu’entre le livre récemment lancé par l’anthropologue, dont l’intention, explique-t-il, était d’augmenter la visibilité des biographies de plus de 550 personnalités noires. « LES Encyclopédie noire il s’agit de la lutte pour la liberté. Il y a des histoires merveilleuses de mères enceintes qui se sont enfuies pour que leur fils ne naisse pas en captivité. Il raconte l’histoire de Rosa, dans le Rio Grande do Sul. Elle franchit la frontière avec l’Uruguay et dit: «Je vais franchir la frontière de la liberté». Il y a des histoires du Nord, dans lesquelles ils (les esclaves) vont aux Guyanes, font des échanges, parce qu’ils veulent savoir ce que les rébellions des Guyanes devaient apporter au Brésil ».

«Notre histoire est encore profondément coloniale, blanche et masculine. Nos grands héros sont toujours des hommes. Je plaisante toujours en disant que la princesse Isabel entre parce qu’elle est la fille de Pedro II, pas parce qu’elle est la princesse Isabel. Il n’est pas possible de traiter cela avec moins d’importance. Nous allons élargir la liste des protagonistes de notre historiographie. Tu n’as à sortir personne », a-t-il poursuivi.

Escroqueries et contre-grèves

Revenant sur l’importance de Jair Bolsonaro au pouvoir, Lilia Schwarcz constate que depuis son arrivée au pouvoir, le pays connaît une érosion systématique de la démocratie. «Il n’a pas besoin de frapper, c’est lui le coup. Nous vivons, depuis le début du gouvernement, dans un état putschiste. Nous vivons une série de coups chaque jour ». C’est une caractéristique historique du pays, selon elle, mais dans ce cas, sans la nécessité d’appels trimestriels. «Notre histoire de la République est faite de coups d’État et de contre-coups d’État. La République était un coup d’État militaire civil. Bientôt, les civils ont pris le coup d’État de Deodoro (Deodoro da Fonseca). Et Deodoro a rapidement pris le coup d’État de Floriano (Floriano Peixoto). Et ces coups, en général, sont portés par des hommes politiques, qui font des concessions pour rester au pouvoir ».

Involution

«Nous avons besoin d’un Brésil plus républicain, plus pour res publie (chose publique, en latin). La citoyenneté est une sorte de franchise démocratique et nous avons également besoin de beaucoup plus de citoyenneté. Non seulement des politiciens, mais aussi de la société civile brésilienne », dit-il.

Lilia Schwarcz voit cependant que nous allons dans la direction opposée et, pour cela, compare l’attitude de la société envers pandémie de covid-19 avec celle de la grippe espagnole, il y a environ 100 ans. «Nous avons involontaire. En 1918, les églises fermées (pour les services) et ouvertes pour former des hôpitaux de campagne. Les clubs d’élite ont fermé et également ouvert pour former des hôpitaux de campagne. Nous vivons maintenant un moment de très peu de solidarité, d’empathie et de collectivité ».

Regardez en entier

Vous pourriez également aimer...