Le Brésil

« Bolsonaro sait qu’il ne mérite pas un autre mandat »

São Paulo – Pré-candidat à la vice-présidence sur la liste de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva, Geraldo Alckmin, je dis que Bolsonaro sait qu’il « ne mérite pas un autre mandat ». « Ce n’est pas que Bolsonaro ne fait pas confiance à la machine à voter électronique. Il ne fait pas confiance aux Brésiliens pour voter, car il sait qu’il ne mérite pas un autre mandat ». Lors d’un événement à São Paulo ce vendredi (27), l’ancien gouverneur a salué l’union des mouvements populaires, qui lui a remis, ainsi qu’à Lula, un document contenant des propositions pour reconstruire le pays. « C’est comme ça qu’on fait un programme. Il ne s’agit pas de faire de la moto, ni de monter sur un hors-bord ou un yacht. C’est avec le peuple. »

Alckmin a déclaré qu’il est temps de mettre fin au scénario actuel de souffrance, de violence et de chômage. Il a également critiqué le « déni » de Bolsonaro pendant la pandémie. Et que, s’ils sont élus, lui et Lula donneront « une voix et un tournant » aux mouvements sociaux.

« On a dit que rien ne retient l’idée à laquelle il est arrivé en son temps. Le temps est venu pour un salaire minimum valorisé, pour une meilleure santé. Le temps de l’espoir est venu, le temps du président Lula est arrivé », a déclaré Alckmin.

Genivaldo, présent

L’un des moments les plus mémorables de la réunion a été lorsque Simone Nascimento, de la coordination nationale du Mouvement noir unifié (MNU), a rendu hommage à Genivaldo de Jesus Santos, un homme noir mort asphyxié par le gaz dans le coffre d’une autoroute fédérale. Véhicule de police (PRF), à Umbaúba, au sud de Sergipe, mercredi dernier (25). « Je lève cette affiche qui demande justice pour Genivaldo, et je demande une minute de silence ».

Simone a déclaré que les mouvements populaires résistent « à cette barbarie dans notre pays ». « En plus de Genivaldo, au moins 23 personnes ont été victimes d’une opération à Vila Cruzeiro. Nous sommes ici pour dénoncer ce projet de génocide en cours dans notre pays, qui gagne plus d’espace pour violer nos corps dans le gouvernement Bolsonaro. En mai, au mois de l’abolition inachevée, il faut affirmer que nous vivons le racisme depuis plus de 520 ans dans ce pays ».

En ce sens, l’activiste a déclaré qu’il sera nécessaire de revoir la politique actuelle du pays en matière de drogue, qui se traduit par l’incarcération massive et le génocide de la population noire. Ainsi, il a également appelé à des changements dans les politiques de sécurité, dans leur ensemble, qui victimisent principalement ceux qui ont la « peau cible », les Noirs.

Unité

Le coordinateur du Centre des mouvements populaires (CMP), Raimundo Bonfim, a souligné l’importance du document Surmonter la crise et reconstruire le Brésil. En effet, pendant trois mois et de nombreuses réunions, les propositions ont été préparées par « des segments de la société civile qui ont plus de liens avec le peuple brésilien et avec les périphéries, qui sont les mouvements populaires ». Il dit qu’il espère que les propositions seront incluses dans le plan du gouvernement de Lula. « Ceux qui ne le sont pas, nous continuerons à nous battre, dans les mouvements et dans la société ».

Bonfim a souligné que ce sont ces mêmes mouvements qui ont promu des actions de solidarité pendant la pandémie, dialoguant avec la « profonde souffrance » du peuple brésilien. « Il y a d’autres mouvements là-bas qui ne descendent dans la rue que lorsqu’ils ont le soutien des médias, pour rompre avec les droits de la classe ouvrière. Le résultat est là : ce gouvernement de la tragédie, de la faim, de la misère et du chômage. Où est le MBL ? Disparu. Bientôt, ils finiront dans les poubelles de l’histoire », a-t-il critiqué.

Bonfim a également déclaré que les mouvements populaires « sont déjà mobilisés » pour garantir à la fois la victoire et l’investiture de Lula. « Si Bolsonaro ne veut pas passer la banderole au président Lula, nous irons là-bas et passerons la banderole ».

Pour Nalu Faria, de la Marche mondiale des femmes (WMM), les problèmes rencontrés par le Brésil sont systémiques. « Par conséquent, nous devons faire face à ce modèle capitaliste, hétéropatriarcal, raciste, déprédateur de la nature et LGBTphobe ». Elle a souligné la nécessité de sauver la souveraineté « énergétique et alimentaire » de la population brésilienne. Il a également appelé à l’élimination de toutes les formes de violence. « Donc, pour construire ce projet, il faut le nommer : c’est un projet ouvrier, populaire, antiraciste et écologique.

Pluralité

Plusieurs leaders de mouvements populaires ont pris la parole. Pour le vice-président de la CUT, Vagner Freitas, la lutte contre le chômage fédère tout le monde. « Pour avoir un logement, accéder à la citoyenneté, il faut avoir un emploi. Et le Brésil non. Ce gouvernement exclut les travailleurs de la possibilité d’avoir un emploi », a déclaré le syndicaliste. Sidnei Pita, de l’Union nationale des mouvements de logement (UNMP), a déclaré que les travailleurs n’oublient pas ce qu’était le programme Minha Casa Minha Vida.

La présidente de l’Union nationale des étudiants (UNE), Bruna Brelaz, a souligné le génocide noir, les attaques contre l’éducation et le chômage comme des menaces pour tous les jeunes. Il a également critiqué la récente tentative des parlementaires bolsonaristes d’instaurer des frais de scolarité dans les universités publiques. « De ce côté-ci, nous voulons discuter d’un plan d’urgence socialement juste, qui inclut l’éducation et garantit plus de droits à notre peuple ».

Coordinatrice exécutive de l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil (Apib), Sonia Guajajara a déclaré qu’il était temps de « s’occuper de la politique ». « Nous luttons chaque jour contre l’exploitation minière illégale qui continue de tuer et de déboiser nos territoires, violant et assassinant nos filles ». Pour la dirigeante indigène, tout cela reste des conséquences des coups d’État de 2016. La secrétaire à l’articulation politique de l’Association nationale des travestis et transsexuels (Antra), a appelé à un « pacte » pour arrêter les meurtres de personnes trans et a rappelé qu’elle a depuis longtemps, depuis 13 ans, le classement mondial de ce type de délit.

Pour Kelly Maforte, de la coordination nationale du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST), le gouverneur qui succède à Bolsonaro a deux défis principaux : « faire face à la faim » et « réguler l’agrobusiness ». « Pour en finir avec la faim, il faut répartir les terres et mettre fin à la concentration des terres ». En ce sens, elle a déclaré que la « graine semée » a déjà germé. « Et nous en récolterons les fruits en octobre, dans ce qui sera une élection historique ».

Vous pourriez également aimer...