Le Brésil

Boulos est plus facile à tourner que Covas pour en profiter, selon un analyste

São Paulo – La dernière ligne droite du deuxième tour des élections à São Paulo promet de «fortes émotions». Le politologue Cláudio Couto prédit une «compétition serrée» entre Bruno Covas (PSDB) et Guilherme Boulos (Psol), comme dans une «finale de championnat». Selon lui, la situation est toujours favorable à l'actuel maire. Mais Boulos représente la nouveauté et le changement, une partie enthousiaste de l'électorat, selon l'analyste.

Outre le climat qui pointe vers une certaine «vague» du virage, Couto considère les tendances présentées dans les enquêtes. Alors que Boulos a progressé, de 42% à 45% des votes valides, dans l'enquête Datafolha publiée mardi (24), Covas a reculé du même montant, 58% à 55%.

«La tendance de croissance est donc la sienne (Boulos), bien plus que celle de Bruno Covas», déclare Couto, qui est professeur au Département de gestion publique de la Fundação Getúlio Vargas (FGV). «Il est plus facile pour nous d'imaginer un croisement de courbes (d'intention de voter) jusqu'au jour du scrutin que Covas ouvrant un plus grand avantage. Surtout, s'il ne se passe rien de très exceptionnel », a-t-il évalué lors d'une Journal actuel du Brésil.

Roue en direct

Couto a également salué la participation des candidats au programme Roue en direct, de TV Cultura, ce lundi (23). Le sabbat avec les journalistes, en plus d'un bloc avec débat direct, a permis «d'expliquer les positions de chacun». Surtout, il a aidé à la prise de décision par les indécis.

«Je ne vois pas beaucoup de possibilité que les votes aient été échangés de manière significative. Mais ce fut un débat très utile pour résoudre l'indécision de nombreux électeurs. Celui qui était encore indécis avait une bonne occasion de prendre sa décision ».

Rôle du vice

L'un des points forts a été la façon dont les candidats ont traité leurs copains respectifs. "Alors que Boulos insistait pour montrer le nom de Luiza Erundina, attirant l'attention sur sa personnalité, son expérience et sa trajectoire antérieure à la mairie, Bruno Covas a dû faire face à la situation de ne pas trop exposer son adjoint", a déclaré Couto.

Les positions conservatrices de son adjoint, Ricardo Nunes (MDB), principalement sur les questions liées à l'éducation, ont fait «chipoter» Covas, selon l'analyste. Pour Couto, Covas et son adjoint ont «des positions très différentes». «Alors que le député a cette position de droite, presque bolsonariste, Bruno Covas est un homme politique modéré de centre-droit. C'est un profil complètement différent ».

Regardez l'interview

Rédaction: Tiago Pereira – Edition: Helder Lima

Vous pourriez également aimer...