La Colombie

État et droit à la vie

24 novembre 2020-11: 35 p. m.
Pour:

José Gregorio Hernández Galindo

Compte tenu de ce qui se passe en Colombie – avec des informations quotidiennes qui, au milieu de la pandémie, enregistrent sans cesse des meurtres de dirigeants sociaux, de défenseurs des droits de l'homme, d'autochtones, de jeunes, d'enseignants, de politiciens, démobilisés; et qu'en raison du retour des massacres, des menaces des paramilitaires et des groupes criminels de tendances différentes, la société doit exiger que l'État remplisse sa fonction.

Face à une indolence gouvernementale incompréhensible, nous continuons d'assister au reportage passager et quotidien sur le massacre du jour, bientôt déplacé dans les médias et les réseaux par l'actualité liée aux candidatures présidentielles émergentes, les combats entre la droite, la gauche et le centre, le football, les déclarations de le JEP et contre le JEP, les changements de chroniqueurs dans les magazines et la relance économique.
En conséquence, les menaces de mort et les massacres se poursuivent – sans grande inquiétude -, auxquels les autorités arrivent tardivement pour compter le nombre de morts et offrir des récompenses, en promettant toujours qu'il n'y aura pas d'impunité.

Nous sommes, sans aucun doute, confrontés à une situation des droits de l'homme très grave et critique. Ce qui ne semble pas avoir été vu par l'exécutif en territoire colombien, alors que, en revanche, il demande une enquête et une sanction du Vénézuélien pour violation de ces mêmes droits. Comme si rien ne se passait ici. Comme si chaque acte criminel, en passant inaperçu, n'existait pas. Cela a conduit les organisations humanitaires à adresser des requêtes à la Cour pénale internationale pour obtenir leur intervention à cet égard. Cela ne serait pas nécessaire tant que les mécanismes internes de protection et de défense des droits et de lutte contre l'impunité fonctionneraient réellement, les tribunaux internationaux étant complémentaires et n'agissant que de manière subsidiaire. Lorsque le support interne ne fonctionne pas.

Si l'Etat colombien connaît vraiment et est conscient de sa mission – au-delà de la popularité de ses plus hautes autorités -; s'il respecte les traités internationaux et le bloc de constitutionnalité; et s'il est protecteur des droits et des garanties, s'il est vraiment humanitaire; si vous comprenez que l'une de ses finalités essentielles est d'assurer avant tout la validité effective de valeurs telles que la coexistence – qui, par définition, requiert la garantie de la vie comme présupposé -, la dignité de la personne humaine, la justice, l'égalité et la paix; S'il s'agit d'un État de droit social et démocratique, l'indolence actuelle, l'incapacité, l'extrême froideur de nos autorités face à la vague criminelle qui a envahi le pays ne sont ni compréhensibles ni acceptables.

Selon les articles 1, 2, 5 et 11 de la Charte politique, l'État a été institué dans le but essentiel de garantir les droits inaliénables de toutes les personnes se trouvant sur le territoire – la vie, la première d'entre elles. Le président de la République – dit l'article 188 – "symbolise l'unité nationale et en jurant de respecter la Constitution et les lois, il s'engage à garantir les droits et libertés de tous les Colombiens". En ce sens, il devrait exercer un leadership national, et non celui d'un parti, pour atteindre les objectifs de l'État.

Vous pourriez également aimer...